Eve Thibeault

Nous avons lu pour vous : Tu ne perds rien pour attendre

Le roman Tu ne perds rien pour attendre de Janis Otsiemi commence par un prologue qui met l’accent sur le thème de la vengeance. Ainsi, on y retrouve un inconnu qui entre par effraction dans la maison d’un homme avec l’intention de le tuer.

     Suite au prologue, nous apprenons que ce n’était qu’un rêve récurrent nourri par la soif de vengeance qu’éprouve le personnage principal par rapport au chauffard qui a tué sa mère et sa sœur. Puisque le chauffard était le fils d’un homme riche et influent, il n’a jamais été arrêté. Jean-Marc Ossavou cherche donc à se faire justice par l’intermédiaire de son travail. La vengeance est un thème récurrent des romans policiers noirs, et le roman d’Otsiemi ne fait pas exception à la règle.

     Un soir, en rentrant chez lui, le lieutenant Jean-Marc Ossavou de la sécurité urbaine de Libreville au Gabon offre à une jeune femme qui marchait sur le trottoir de la ramener chez elle. Lors du trajet, elle lui dit que son nom est Svetlana et qu’elle travaille au casino La Roulette. Le lendemain, il retourne chez elle, mais découvre qu’elle est morte deux heures auparavant. Elle avait été étranglée et abandonnée au centre Michel Marine. Les lieutenants de la gendarmerie n’avaient jamais été capables de retrouver le coupable. Jean-Marc décide de se mettre sur l’affaire. Puisqu’il n’y a pas de nouvelle piste, il n’obtient pas la permission d’enquêter de son supérieur. Avec l’aide de Roger, son coéquipier et ami, il tente de trouver de nouvelles pistes afin de résoudre le meurtre de la jeune femme.

     Le roman Tu ne perds rien pour attendre de Janis Otsiemi est un exemple de roman noir. Le roman noir est une branche du roman policier qui ignore le récit du crime pour se concentrer sur l’action en cours. Les détectives du roman noir doivent descendre au niveau des criminels pour les affronter dans leur monde, ce qui les rend vulnérables.

     Dans ce roman, le lieutenant Jean-Marc Ossavou prend des airs de justicier puisqu’il n’a pas l’approbation de ses supérieurs. Son enquête est basée sur la visite fantastique du fantôme de la victime qui, indirectement, lui demande de la venger. Il décide donc d’enquêter illégalement, ce qui lui fait perdre son immunité. Puisqu’il abandonne son statut de policier pour devenir, le temps de cette enquête, un justicier, il se place au même niveau que les criminels et du coup, il n’a plus l’assurance de survivre à l’histoire. Il perd presque la vie lors de la bataille finale.

     Dans le roman d’Otsiemi, Jean-Marc ne se concentre pas beaucoup sur le meurtre de Svetlana, mais cherche plutôt à la venger. On ne découvre jamais réellement comment le meurtre est survenu, mais on en comprend le motif. Svetlana s’était accidentellement aventurée dans le monde du crime organisé et lorsqu’elle avait découvert que son patron était trafiquant de cocaïne elle avait été tuée.

     Grâce à son roman, Otsiemi nous fait découvrir un genre de roman différent des romans à énigmes classiques. Les romans noirs, comme Tu ne perds rien pour attendre, touchent des thèmes plus sombres par l’intermédiaire de crimes sordides et de l’univers du crime organisé. Tous les lecteurs qui préfèrent le suspense et l’action au jeu d’énigme apprécieront le style du roman noir et du roman d’Otsiemi.