Colin durant une session d’enseignement.
Colin durant une session d’enseignement.

Mes chums sont cools! 

Amber d'Entremont
Amber d'Entremont
Quand j’étais jeune, il n’y avait qu’un seul garçon que ma mère laissait dormir chez elle et il s’appelait Colin Frotten. Nous nous sommes rencontrés en deuxième année à l’école Buttes-Amirault et avons obtenu ensemble notre diplôme à l’École secondaire de Par-en-Bas. Colin et moi avons même chanté lors d’un concours organisé à l’Université Sainte-Anne quand nous étions petits, nous nous sommes habillés pour le rôle de Aladin et Jasmine et vous savez que nous avons chanté A Whole New World, pas du tout cheesy. Haha! Quoi qu’il en soit, je suis complètement ravi de dire que ce gars de Buttes-Amirault a également réussi à se rendre dans la grande ville de Toronto et qu’il est en fait membre de la faculté de l’école que j’ai fréquentée il y a quelques années, The School of Toronto Dance Theater.
Colin durant un de ses nombreux spectacles.

Où et avec qui avez-vous commencé votre formation musicale? Était-ce d’abord le piano?

J’ai commencé à jouer du piano à l’âge de six ans et je n’ai jamais arrêté! Le chant m’est venu peu de temps après. Dans mes années de formation, j’ai étudié le piano pendant plusieurs années avec Sally Kenney. En ce qui concerne le chant, j’ai un peu étudié quand j’étais enfant avec Loma Cole, mais ma formation vocale formelle a vraiment commencé à l’université Mount Allison où j’ai obtenu un baccalauréat en musique. 


Quand avez-vous su que vous vouliez faire carrière dans la musique?

En y repensant, je ne sais pas si je pourrais en repérer un moment précis, mais aller à l’école pour la musique n’était pas tant un choix, mais plutôt une partie organique de mon voyage. Une fois sur place, j’ai commencé à développer ma passion pour le chant. Je me souviens avoir joué pour des étudiants en chant dans leurs leçons à l’école et en me disant : « Je veux faire ça aussi!» À l›époque, j›étais sous contrat en tant que pianiste étudiant collaborateur, ce qui signifie que je jouais pour des chanteurs et les instrumentistes dans leurs cours, leurs entraînements, leurs auditions, leurs enregistrements, et pour leur des spectacles et des récitals. J’ai vraiment pu expérimenter de première main ce qu›est une carrière dans la musique pourrait entraîner. Je n›arrivais pas non plus à croire que j›étais payé pour faire ce que j’aimais!


Qu’est-ce qui vous a inspiré ou qui vous a inspiré?
   Tant de personnes et d’expériences m’ont inspiré, que je me sens reconnaissante envers elles toutes! Je devrais commencer par le fait que je suis originaire Buttes-Amirault, un petit village près de Yarmouth, en Nouvelle-Écosse. Notre riche histoire acadienne, profondément enracinée dans la musique et a sans aucun doute eu un impact énorme sur ma vie. J’ai grandi en jouant à l’église et je l’ai fait pendant presque dix ans, et ces années ont été fondatrices dans ma formation de musicien, même si je ne le savais pas à l’époque. Ce que je préfère quand je rentre chez moi, c’est le fort sentiment d’appartenance à la communauté que je ressens quand je viens en visite, même après avoir été absent si longtemps. La véritable hospitalité acadienne à son meilleur!

À l’exception de ma famille, qui m’a toujours soutenu et m’a inspiré à poursuivre mes rêves, je dois dire que mes professeurs et mes mentors sont ceux qui m’ont inspiré et continuent de m’inspirer chaque jour. Lorsque j’enseigne ou que j’entraîne, je fais souvent référence aux sages paroles de mes anciens professeurs, car elles sont une source d’inspiration constante dans ma vie quotidienne.


Comment êtes-vous arrivé à Toronto, où vous êtes-vous présenté et avec qui?

J’ai déménagé à Toronto en 2014 parce que cela me semblait être l’endroit où il fallait être en ce qui concerne la musique et les arts. Je me produis maintenant régulièrement en tant que pianiste et ténor collaborateur dans toute la ville, et je travaille également comme coach vocal, directeur musical et administrateur des arts. Cette ville m’a offert de nombreuses possibilités, dont la plupart n’auraient pas été donnés si je n’étais pas venu ici. Travailler dans le domaine artistique signifie porter plusieurs chapeaux, et j’en ai beaucoup à choisir au quotidien!

Aujourd’hui, je travaille comme responsable de la communication et de l’engagement à la School of Toronto Dance Theatre. Nous sommes un collège privé situé au cœur du centre-ville de Toronto, et nos étudiants suivent une formation professionnelle en danse contemporaine. Je fais également partie du corps professoral en tant que professeur de musique résident. Lorsque je ne fais pas la promotion de leur prochain spectacle, que je ne publie pas sur les médias sociaux de l’école ou que je ne parle pas aux donateurs et aux membres de la communauté, j’enseigne également la musique aux étudiants de première et deuxième année!


Lorsque je n’enseigne pas (et que COVID-19 n’est pas là), je suis également très actif dans le domaine de la musique et de la direction d’orchestre. Parmi mes récentes prestations, citons le rôle de ténor soliste dans Le Messie de Haendel (chœur et orchestre symphonique, Saint John, N.-B.); Le soleil des eaux de Pierre Boulez (chœur 21 et l’orchestre symphonique de Toronto); la 9 symphonie de Beethoven (orchestre baroque et chœur de chambre Tafelmusik; et l’orchestre symphonique de Fredericton); et Didon et Énée (atelier d’opéra).

Il a inclus beaucoup plus de choses mais je n’ai plus de place! Impressionnant, n’est-ce pas?


    Y a-t-il eu un moment où vous avez eu l’impression de ne pas être assez bon? Et qu’est-ce qui vous a fait changer d’avis, le cas échéant?
   Absolument - tant de fois! Mais cela fait partie du métier de musicien et d’artiste ; on apprend à prendre le mauvais et à le mettre à profit. Même après avoir joué d’un instrument pendant vingt ans ou enseigné un art auquel vous avez consacré près de trois décennies de votre vie. Tout est une occasion d’apprendre, et les portes s’ouvrent toujours à d’autres choses que vous n’auriez jamais crues possibles. Un moment précis, qui, avec le recul, me fait réaliser que j’ai vécu un changement important dans ma carrière, a été lorsque j’ai appris que je n’avais pas été accepté dans un programme de master. Je voulais obtenir mon master en piano collaboratif, et c’est tout ce que j’avais en tête. Après avoir reçu la nouvelle, j’étais dévasté et je ne savais pas trop où aller. Je pensais que je ne travaillerais jamais dans la musique, et que c’était fini. Mais une fois que les émotions se sont calmées, j’ai décidé de tenir bon et de m’installer à Toronto, malgré le fait que je venais de terminer mes études et que j’avais très peu de contacts dans la ville. Le dévouement à votre métier fera beaucoup de chemin, et je me sens si chanceux qu’il n’a pas fallu longtemps pour créer des liens - le monde des arts à Toronto est beaucoup plus petit que je ne le pensais! Mais une partie de mon succès, je pense, est due au fait que j’ai sauté la tête la première quand j’ai emménagé ici, et que je ne me suis pas enfermée trop vite. J’ai dit oui à tout ce que je pouvais et de ces premiers concerts sont nées d’autres recommandations et des relations à vie.

   J’ai remarqué, lors de vos visites à domicile, que votre voix avait changé... Comment cela est-il arrivé?

C’est très intéressant! Oui, après des années de formation vocale, votre voix va certainement changer, mais votre façon de parler va également changer, à plus petite échelle. C’est incroyable que vous ayez remarqué cela après ne pas vous être vu pendant des années ! Le travail de la voix n’est pas seulement pour le chant ; c’est aussi très utile pour améliorer et renforcer votre voix parlée, car vous travaillez votre respiration, utilisez votre air efficacement et apprenez à parler avec une voix soutenue. Garder son corps en bonne santé est également important pour garder votre voix en bonne santé!


J’adore le fait qu’en ce moment même, Colin puisse entrer dans le studio C et/ou parler avec un de mes anciens professeurs de danse. Je suis incroyablement fier de lui et un peu envieux. Je suppose que cela signifie que lorsque la COVID-19 sera partie, je devrai réserver un vol pour lui rendre visite, ainsi qu’à la ville qui a été ma maison pendant 6 ans. Bravo, Colin, tu es une source d’inspiration et un chum très cool. 


Performance Sweeney Todd