Gérald C. Boudreau

Consulat de la France à Moncton et Halifax

C’est avec indignation que je lis dans notre journal, Le Courrier de la Nouvelle-Écosse (11 octobre 2019), la lettre ouverte au sujet de la fermeture du Consulat général de France en Atlantique.

     Je suis profondément offusqué de cette intention de la France à nous enlever le Consulat à Moncton et Halifax, un bureau français qui, au cours des décennies, a contribué de façon bien tangible à un partage culturel essentiel entre notre mère patrie et l’Acadie d’aujourd’hui, comme le démontre si bien la lettre en question.

     On rapporte que la méconnaissance de notre histoire nous amène souvent une répétition des erreurs du passé. La négligence de la France envers l’Acadie, surtout au 18e siècle, qui a mené au Grand Dérangement, va-t-elle se répéter au 21e siècle en abandonnant l’Acadie seule à ses propres moyens, dans cet vaste océan anglophone et anglicisant de l’Amérique du Nord?

     Je souhaite ardemment que la France reviendra à ses sens en corrigeant son intention, mais surtout en constatant qu’elle a tout à gagner en retenant le partenariat indispensable avec une Acadie forte et vibrante de vitalité. Emmanuel Macron, Président de la France : ne répétez pas les erreurs de notre histoire passée.