Caroline Ferron-Savoie

Blagues de la Baie : l’humour au service de l’acadianité

Depuis maintenant plusieurs années, les memes (une blague sous forme de photo, de court vidéo ou de gif animé, avec une anecdote ou un bref message significatif) ont pris d’assaut le web et sont devenus une forme d’humour très populaire. Outre leur valeur diver tissante, ces blagues sont également devenues des vecteurs d’identité pour les minorités visibles.

     Que ce soit au Nouveau-Brunswick, avec la page Niaiseries Acadiennes, ou au Québec, où fut popularisée la page Conneries Québec, les francophones peuvent accéder à du contenu humoristique dans leur langue maternelle, ainsi qu’à des blagues à saveur régionale mettant en vedette des personnalités locales, des restaurants du coin, ou des valeurs communes. Mais de quoi rient les Acadiens néo-écossais?

     Depuis mon arrivée dans la région de Clare, il y a de cela plusieurs années, je me suis toujours intéressée à la culture locale : les habitudes alimentaires, les superstitions et croyancesreligieuses,ledialecte, les contes et la littérature orale, la musique et les créations des artistes locaux. Mon premier constat : une richesse culturelle incroyable, mais très peu de plateformes pour en parler. Je me suis creusé la tête : comment valoriser l’acadianité de Clare sans être trop moralisatrice ou prêcheuse?

     Du 4 au 6 octobre dernier, l’Université Sainte-Anne fut l’hôte d’un colloque intitulé Les médias francophones sous toutes leurs coutures : rôles, défis, occasions dans un environnement en changement. Plusieurs discussions, tables rondes et conférences touchaient le rôle que jouent les médias en milieu minoritaire. Au fil des conférences, il devint évident pour moi qu’un des facteurs importants pour la vitalité et la visibilité d’une communauté minoritaire était une bonne couverture médiatique. Mais à qui et de quoi parler? Les morceaux du casse-tête sont tombés en place lorsque j’ai fait le lien entre le criant besoin d’une présence médiatique francophone et acadienne, et l’absence d’une page Facebook dédiée à l’humour des Acadiens et Acadiennes de la Nouvelle- Écosse, ce dont leurs confrères canadiens-français profitent au Québec et au Nouveau- Brunswick.

     Le samedi 5 octobre, c’est donc avec des papillons dans l’estomac et les doigts croisés que j’ai partagé sur Facebook le premier « post » de la page Blagues de la Baie. Soixante-douze heures et une trentaine de publications plus tard, la page avait déjà rejoint plus de mille personnes et rassemblé une soixantaine d’adeptes.

     Que réserve l’avenir à Blagues de la Baie? Qui sait! C’est avec votre appui continu que je pourrai continuer à créer des memes hilarants, qui valorisent le dialecte de Clare, la culture acadienne de la région, et les mœurs et coutumes des gens d’ici. Vous désirez appuyer cette initiative? Visitez le site web (Facebook), et rejoignez notre communauté de petits bouffons! Vous n’avez rien à perdre, sauf peut-être du poids, à force de vous cramper de rire.