Rosie Aucoin-Grace
Difficile de croire que ce quai de La Pointe, sur l’île de Chéticamp, était le lieu du premier établissement de pêche de la région et un port très actif.  
Difficile de croire que ce quai de La Pointe, sur l’île de Chéticamp, était le lieu du premier établissement de pêche de la région et un port très actif.  

Les contes de sorts et de sorcellerie à Chéticamp

CHÉTICAMP – À la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, des événements ont eu lieu dans la région de Chéticamp, qui étaient considérés comme des manœuvres de certaines personnes connues sous le nom de « sorciers ». Les habitants de Chéticamp ont réagi à ces événements en accomplissant des rituels qui étaient censés délivrer la victime de la sorcellerie.
Ruines d’une pierre tombe dans le cimetière de La Pointe sur l’île de Chéticamp.  

Bien qu’aujourd’hui, on ne parle plus de sorciers dans la région acadienne, beaucoup d’entre nous ont entendu des histoires à ce sujet transmises de génération en génération qui contribuent à créer une image du passé.


 Le groupe le plus souvent considéré comme ayant pratiqué la sorcellerie à Chéticamp était les Jersiais-Huguenots, qui venaient travailler pour la Compagnie Robin-Jones.


Cette histoire remonte à une époque où les résidents de Chéticamp étaient sans prêtre pendant une longue période. Les prêtres résidents étaient trop souvent absents pour visiter leurs autres missions. Les paroissiens étaient répartis sur un territoire trop vaste pour que l’influence du prêtre et l’enseignement de la religion puissent contrecarrer la tendance trop naturelle à la superstition parmi la population. La croyance populaire dans la région acadienne veut qu’il y ait eu des sorciers qui ont jeté des charmes, qui ont pratiqué des extorsions diaboliques, et qu’il y existe des fantômes et des feux follets.


L’extrémité sud de l’île de Chéticamp, connue sous le nom de La Pointe, devient le quartier général du marchand jersiais. Charles Robin, dont le commerce de la pêche dominait l’économie.  Peu à peu, la vie de nos ancêtres acadiens s’organise autour de l’industrie de la pêche et comme les Jerseys sont leur seul agent dans le domaine de l’achat et de la vente, les Chéticantins sont bientôt à leur merci. Maintenus dans l’ignorance, incapables de se défendre, ils furent victimes d’un dur esclavage économique et de nombreuses difficultés. Un des descendants des Chéticantins a déclaré que son père était venu en Amérique pour travailler pour cette Compagnie à l’âge de seize ou dix-sept ans. L’une des règles qu’il devait suivre était d’être à l’intérieur à dix heures tous les soirs. De plus, les hommes travaillant pour la Robin’s Company n’étaient pas autorisés à se marier ou à s’installer de façon permanente pendant qu’ils travaillaient pour la compagnie sans une permission spéciale. Ces jeunes hommes avaient beaucoup de temps libre, étaient agités et avaient la réputation d’avoir “le diable en eux”, comme on dit. 


Parmi les trucs pour se détendre, ils se déguisaient en fantômes ou en créatures pour effrayer ceux qui se trouvaient dehors la nuit. D’autres étaient effrayés par les têtes de poisson séchées alignées sur les poteaux de clôture. Les éléments phosphoriques de ces poissons les faisaient briller la nuit.


Comme les Chéticantins parlaient une langue différente, avaient une religion différente et que les Acadiens étaient pris dans la disparition de leur indépendance économique Catch 22, les Jerseymen ont souvent été ciblés par la suspicion pour la pratique de la sorcellerie.

 

 Pendant des siècles, les Chéticantins ont cru qu’ils avaient dans leurs brumes des sorciers dont les mauvais sorts se manifestaient en ensorcelant des animaux ou des personnes. La tradition nous dit que depuis le début, les Jerseys ont toujours eu quelques sorciers parmi eux.Probablement que ces Jerseys exploitaient la crédulité des gens pour leur jouer un tour. L’imagination des gens a permis de faire avancer les choses.      

    

Un peu plus..


À son arrivée à Chéticamp, le révérend Fiset fut dérangé par des sorciers. Il avait vu de ses propres yeux l’emprise insolente des Robins sur les Acadiens de sa paroisse et avait décidé de les décharger et de briser cette emprise tyrannique. Cela n’a pas plu aux Jerseys. Un membre de leur groupe était Charlie Romeril, surnommé P’tit Charlie, un protestant français (huguenot) de l’île de Jersey, qui travaillait pour la famille Robin. Il avait la réputation d’être un sorcier jersiais et devint l’ennemi juré du révérend Fiset qui l’importunait par toutes sortes de harcèlements.

 

Le révérend Fiset fait installer à Chéticamp son frère, le docteur Napoléon Fiset, qui devient le premier médecin de ce village. Avant de construire une maison au port, le docteur habitait une maison où habitait Didier (à Eustade), non loin de l’endroit où Virien Luédée a fini par résider. La maison Glebe et l’église étaient encore au Buttereau, là où se trouve aujourd’hui l’ancien cimetière. Le révérend Fiset passait souvent une soirée chez son frère. Un soir, Simon Bellefontaine l’avait accompagné. A leur retour, il apparaît qu’un animal ressemblant à un bélier passait de gauche à droite entre les sabots du cheval. Le révérend Fiset, qui a tenté sans succès de le frapper avec son fouet, dit à Simon : “Je suis ennuyé par toutes ces folies.”


J’accueille volontiers des histoires sur nos Acadiens, l’époque de l’île de Chéticamp/Jersey et la sorcellerie locale.  N’hésitez pas à me contacter : 224-2492 ou minniemoine@hotmail.com. Les informations de cet article ont été tirées de publications - Chéticamp History and Acadian Traditions par Anselme Chiasson, Chéticamp Memoirs par Anselme Boudreau et Sorcery Beliefs and Oral Tradition in Chéticamp, Cape Breton par Elizabeth Catherine Beaton Planetta.