Manifestation kurde à Bruxelles, en 2017.

Face à la trahison, la diaspora kurde se mobilise (1re partie)

« Ils n’ont pas vaincu l’État islamique pour les Kurdes seulement, ils ont vaincu l’ÉI pour le monde entier. [...] Les États-Unis, après avoir promis leur protection, ne font que se retirer pour nous jeter aux loups, que sont les Turcs. [Les Kurdes] ont mené votre guerre et maintenant vous les trahissez. »

     Débordant d’émotion et d’indignation, ces propos publiés il y a quelques jours dans l’hebdomadaire Nashville Scene expriment un consensus fort chez la communauté kurde du Tennessee (Nashville Kurds: What Did We Do to Deser ve This? », le 8 octobre 2019), la plus importante des États-Unis. L’agent immobilier Gharib Silivaney a passé neuf ans dans un camp de réfugiés en Turquie avant d’aboutir à Nashville. Fait curieux, la capitale de la musique country, où résident plus de 15 000 immigrés kurdes et leurs descendants, est devenue l’un des foyers de cette diaspora originaire du Moyen-Orient, déjà implantée dans plusieurs pays d’Europe et au Canada également.

     Ces jours-ci, Silivaney se joint aux autres Kurdes de Nashville et du monde entier pour dénoncer une récente décision de l’administration Trump : ayant soutenu les forces kurdes dans le combat victorieux contre l’organisation terroriste et totalitaire de l’État islamique en Irak et au Levant (ISIS ou ISIL, en anglais), l’armée américaine a reçu l’ordre de ne pas aider ses alliés face à l’agression de la Turquie. Celle-ci est en train d’envahir une zone de la Syrie où les milices kurdes ont établi un gouvernement autonome, le Rojava.

     (Note : l’actualité de ce sujet m’a incité à suspendre jusqu’au mois prochain ma série de chroniques sur les zombis dans la culture populaire.)

     La situation n’a rien de simple et, malheureusement, le peuple kurde n’en est pas à sa première déception.

     Qui sont les Kurdes? Pourquoi se trouvent-ils dans ces circonstances?

     Au nombre d’environ 40 millions de personnes, ce groupe ethnolinguistique représente l’une des plus grandes collectivités sans État au monde. Les Kurdes, qui ont une identité et des origines bien distinctes de celles des Arabes, occupent depuis des millénaires un territoire appelé le Kurdistan. Cette aire culturelle est partagée principalement entre quatre pays modernes, à savoir, d’est en ouest : l’Iran, l’Irak, la Syrie et la Turquie. Leur langue, de la branche indo-aryenne, est composée de plusieurs dialectes bien différents les uns des autres. Même si la majorité des Kurdes pratiquent l’islam, il y a aussi des chrétiens, des juifs et des adeptes d’autres religions comme le zoroastrisme.

     Il y a un siècle, à l’époque où la Première Guerre mondiale faisait rage, le Kurdistan devait devenir une réalité politique. Cette promesse fut abandonnée devant les protestations de la Turquie, née en 1923 des cendres de l’Empire ottoman. Depuis lors, les minorités kurdes subissent d’énormes pressions, allant jusqu’à la répression violente, visant à les marginaliser, voire à les faire disparaître.

     Les aspirations et les frustrations des Kurdes en ont fait, à plusieurs reprises, des alliés de l’Occident et des États-Unis en particulier. Leurs organisations s’opposent vigoureusement à l’extrémisme islamiste, d’autant plus que le principe de l’égalité des sexes caractérise plusieurs courants du nationalisme kurde. Les forces kurdes créées depuis le début de la guerre civile syrienne comprennent environ 40 % de femmes, dont beaucoup de ces communautés forment des unités exclusivement féminines.

     Or, il est impossible de séparer la cause kurde de l’action de sa diaspora, c’est-à-dire des communautés ayant émigré à l’extérieur de la région. Pour mieux comprendre ce phénomène, prenons les cas de la Turquie, pour cette fois-ci, et de l’Irak, dans la prochaine chronique.

     Alors que la Turquie a toujours préconisé l’assimilation de sa communauté kurde, qui compte pour 20 % de la population, plusieurs Kurdes rêvent d’un pays indépendant et appuient un mouvement nationaliste dont le chef de file est le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, pour ses initiales en kurde). Le PKK est désigné comme une organisation terroriste, non seulement par Ankara, mais aussi par Washington et par l’Union européenne.

     Or, l’Europe a accueilli depuis la Seconde Guerre mondiale un grand nombre d’immigrés de Turquie, surtout en Allemagne. Plusieurs centaines de milliers de Kurdes ont fait partie de ces courants migratoires. Les libertés politiques dans les pays d’accueil ont permis l’éclosion d’une mobilisation collective en faveur du Kurdistan. Dans les années 1980 et 1990, le PKK s’est livré à des attentats en Allemagne et ailleurs en Europe.

     La criminalisation du parti et la capture de son chef Abdullah Öcalan, en 1999, ont amené les militants de la diaspora kurde à mieux adapter leurs stratégies aux normes de la vie politique en Europe. Les manifestations publiques, peu pratiquées au Moyen-Orient parce qu’illégales, sont désormais privilégiées, parmi d’autres activités de lobbying et de sensibilisation.

     Il est à souligner que l’identité kurde est souvent renforcée par les expériences de la deuxième génération. Confrontés à la discrimination en Europe, les jeunes kurdes éprouvent un sentiment d’appartenance ethnique au-delà des clivages entre leurs pays d’origine et leurs dialectes respectifs, sentiment susceptible de se transformer en solidarité pour la cause kurde dans leurs terres ancestrales.

     En témoigne cette déclaration d’un jeune homme recueillie par la professeure Bahar Baser, spécialiste de la diaspora en Europe :

     « Je suis allé dans la ville natale de mes parents, au Kurdistan, pour la première fois dans les années 1990 et tout ce que j’ai vu, c’étaient des rues pleines de soldats, de chars armés et de policiers turcs qui maltraitaient les Kurdes. Lorsque je suis rentré en Allemagne, j’ai adhéré à une organisation kurde. »

     La Turquie vient de lancer une opération de nettoyage ethnique dans le Rojava, tandis que le président Trump laisse faire. À Paris, à Berlin, à Bruxelles, à Rome et dans de nombreuses autres villes, les Kurdes font entendre leur colère. C’est la même colère que partage Gharib Silivaney, l’agent immobilier de Nashville. La chronique du 8 novembre traitera davantage des réactions de la communauté kurde aux États-Unis et au Tennessee en particulier.

Cette carte montre les principaux foyers de la langue kurde. La zone en rouge foncé indique la seule région où le kurde est une langue officielle, soit au Kurdistan irakien.

L’univers des médias ne cesse de se transformer. Les mutations technologiques des dernières décennies ont révolutionné les plateformes de diffusion et, partant, nos habitudes en tant que citoyens et consommateurs. Autant la transition numérique ouvre de nouveaux horizons, notamment grâce aux réseaux socio numériques comme Facebook, autant elle présente des défis pour des organes de presse comme Le Courrier de la Nouvelle-Écosse.

     Le gouvernement du Canada en a fait une priorité dans son dernier Plan d’action pour les langues officielles (2018- 2023) : celui-ci dévoile un appui vigoureux aux médias communautaires francophones et à la formation de la prochaine génération des professionnels de ce secteur.

     Car nos petits journaux, nos radios communautaires et nos sites d’actualité locaux sont appelés, plus que jamais, à jouer un rôle fondamental dans un contexte où la fragmentation sociale caractérise de plus en plus notre vécu.

     Ces enjeux se trouvent au cœur des questions qui seront explorées à l’occasion du prochain colloque du Réseau de la recherche sur la francophonie canadienne (RRF), organisé sous l’égide de l’Association des collèges et universités de la francophonie canadienne (ACUFC). Son thème : Les médias francophones sous toutes leurs coutures – rôles, défis, occasions dans un environnement en changement.

     Se déroulant du 4 au 6 octobre 2019 sur le campus de Pointe-de-l’Église de l’Université Sainte-Anne, cette manifestation scientifique et communautaire est coordonnée par l’Observatoire Nord/Sud, centre rattaché à la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et transnationales (CRÉAcT), dont je suis le titulaire, et la Société acadienne de Clare. La directrice générale de cette dernière, Natalie Robichaud, copréside avec moi ce colloque qui rassemble une dizaine d’autres partenaires. En font partie Le Courrier, Radio CIFA 104,1 FM, l’Association de la presse francophone (APF) et l’Alliance des radios communautaires du Canada.

Buvant à longs traits, le petit garçon vide la bouteille d’une boisson gazeuse, si rafraichissante sous la chaleur d’un splendide jour d’été au bord de la mer. Sa grande sœur lui rappelle d’aller déposer le contenant dans le réceptacle destiné à la collecte des matières recyclables. Il y court, fait disparaître la bouteille dans le trou marqué : « plastique », puis retourne à ses jeux.

     Une bonne action d’accomplie pour l’environnement, n’est-ce pas? Et si ce n’était pas vrai? Si nous étions dupes de notre propre bonne conscience, bercée par les illusions d’un écologisme de bon ton, mais surtout de façade?

     Cette chronique n’a pas pour intention de faire la morale. Je ne veux pas non plus verser dans l’alarmisme. Si, après lecture, vous vous décidez à réduire votre utilisation d’objets en plastique à usage unique, tant mieux. Peu importe, le gouvernement vous devance. Emboîtant le pas à l’Union européenne, le premier ministre Trudeau a annoncé en juin dernier l’interdiction, dès 2021, de toute une gamme de produits en plastique : emballages, sacs jetables, bouteilles, pailles, couverts et assiettes, et j’en passe.

     Une telle mesure fera du bien. Un récent rapport de l’organisme Environmental Defence révélait que le Canada recycle à peine 10 % de ses déchets en plastique. Où aboutit le reste? Quand ce n’est pas à la décharge, et quand ce n’est pas pour polluer nos lacs et océans, une bonne partie est expédiée outre-mer, dans des pays qui, eux, nous tiennent lieu de dépotoirs.

     Ces pays-là commencent à en avoir marre.

     Un différend avec les Philippines a fait les manchettes au printemps. Vous vous en souvenez peut-être : le président Rodrigo Duterte, un populiste tapageur, a menacé le Canada d’une déclaration de guerre si le gouvernement Trudeau ne récupérait pas la cargaison d’une centaine de bateaux provenant d’une compagnie de l’Ontario qui avait tenté de faire passer des déchets pour des produits recyclables.

     Après que Manille a renvoyé des tonnes d’ordures à bord d’une flotte de conteneurs à destination de Vancouver, un compromis a été trouvé. Le problème de fond demeure, toutefois : plusieurs nations riches traitent les pays pauvres comme des sites d’enfouissement.

     Jusqu’à récemment, des quantités massives de déchets étaient exportées vers la Chine, avide de matériaux réutilisables. À partir du 1er janvier 2018, Pékin a mis le couvercle sur sa poubelle. Le rejet de 24 catégories de déchets solides a semé le désarroi au sein de l’industrie du recyclage, surtout en Europe et en Amérique du Nord. Du jour au lendemain, tout un marché mondial a connu un redessinage drastique.

     Avec les Philippines, quelques- uns de ses voisins d’Asie du Sud-Est et de l’Océanie sont en train d’en subir les conséquences. Après avoir accepté de remplir le vide laissé par la Chine, ils y renoncent, déjà aux prises avec leur propre gestion des déchets.

     « La Malaisie ne sera pas la décharge du monde ». Yeo Bee Yin détient depuis l’été dernier le portefeuille du ministère de l’Énergie, des Sciences et Technologies, de l’Environnement et du changement climatique de ce pays multiethnique dont le territoire se répartit entre une zone péninsulaire de l’Asie, une partie de Bornéo ainsi que près de 900 petites îles. Moins gueularde, mais tout aussi ferme que le président philippin, elle dénonce une tendance qui représente pour la Malaisie une urgence sanitaire, une injustice environnementale et un grave déséquilibre, surtout depuis le revirement de la politique chinoise.

     « Nous exhortons les pays développés à cesser d’expédier leurs déchets dans notre pays. Nous les retournerons sans pitié à leur pays d’origine », déclare-t-elle sans ambages (citation tirée de Libération, 29 mai 2019).

     Bien que le Canada n’échappe pas à sa ligne de mire, c’est depuis l’Australie qu’un véritable trafic illégal de déchets assaille les nations voisines. On peut se donner une idée des causes et des effets en visionnant un reportage de l’émission 60 Minutes Australie, Exposing Australia’s Recycling Lie (disponible sur YouTube : https://youtu.be/ lqrlEsPoyJk). On apprendra notamment que l’industrie du recyclage se rentabilise mal en grande partie parce que les matières plastiques, faites de polymères d’une très grande variété, se prêtent mal à la récupération – un point c’est tout.

     Faute d’action concertée, la crise ne fera que s’aggraver. La Banque mondiale dresse un portrait lucide dans son rapport : Déchets : quel gâchis 2.0 : un état des lieux actualisé des enjeux de la gestion des ordures ménagères ». En raison de l’urbanisation, de la croissance démographique et du développement économique, la production mondiale de déchets augmentera de 70% d’ici 2050.

     Cette évolution affectera surtout des villes et des pays où le traitement des ordures et déchets constitue déjà un défi majeur. Il n’est pas raisonnable que les nations riches continuent de qualifier allègrement de « développement durable » l’abus pur et simple des « pays- poubelles ».

     La circulation des matières dangereuses est régie par un traité international, la Convention de Bâle, entrée en vigueur en 1992. Jusqu’ici, beaucoup de matériaux jugés « non nocifs », comme les plastiques, ne sont pas couverts, exclusion qu’il faudrait peut-être revoir.

     Bien évidemment, des actions positives peuvent être adoptées à des niveaux divers. Je suis fier de travailler à l’Université Sainte- Anne où les bouteilles jetables en plastique ne sont ni vendues ni distribuées. Le comité de candidature du Congrès Mondial Acadien 2024, ou #Clargyle, a également fixé l’objectif d’éliminer le plastique à usage unique.

     Ce sont de petits pas qui indiquent les grands pas que nous devrons prendre ensemble.

« Pendant que les nations parlent, les villes agissent. » Cette formule de prédilection de Michael Bloomberg, richissime homme d’affaires et maire de la ville de New York pendant une douzaine d’années (2002-2013), exprime la conviction que les collectivités locales seraient peut-être plus aptes que les États à mener des efforts dans certains domaines traditionnellement réservés aux gouvernements nationaux.

     Mon plus récent voyage en Louisiane m’a amené à visiter une agence municipale qui porte haut et fier ce principe : le Centre international de Lafayette (CIL).

     Il y a tout lieu de se méfier de l’imposante statue du général Jean-Jacques Alfred Mouton (1829- 1864), fils d’une famille de l’élite créole-acadienne mort dans la guerre de Sécession, qui se dresse devant l’ancien hôtel de ville où le Centre international a élu domicile à sa fondation en 1989. Ce symbole du Vieux Sud ne reflète guère la mission, décidément progressiste, « de susciter le développement international du commerce et du tourisme » afin de « faire de Lafayette une des régions les plus ouvertes sur le monde aux États-Unis ».

     Telle est la vision que le Centre est appelé à réaliser, et ce, en tirant profit du caractère historiquement francophone de cette partie de la Louisiane ainsi que des liens avec l’Amérique latine, si proche.

     Fort d’une équipe de cinq employés, le CIL fait partie des services de développement économique du gouvernement « consolidé » de la ville et de la paroisse civile de Lafayette. Tout en facilitant le dialogue avec des gouvernements étrangers, il coordonne des initiatives avec des partenaires locaux comme le Conseil pour le développement du français en Louisiane (CODOFIL), la commission touristique de Lafayette (Lafayette Convention & Visitors Center, ou LCVC) et la Lafayette Economic Development Authority (LEDA).

     Tout cela peut paraître ambitieux pour une collectivité de taille moyenne, d’environ 250 000 habitants. Rappelons cependant que l’industrie pétrolière a mondialisé dès le milieu du XXe siècle l’économie de Lafayette, désormais une plaque tournante à l’échelle régionale. Le Centre international ne cherche pas tant à attirer le commerce pour le commerce, qu’à stimuler des échanges aptes à mettre en valeur la spécificité socioculturelle du pays créole et cadien.

     Quand son directeur, Robert Melanson, m’accueillait dans son bureau la semaine dernière, il s’apprêtait à partir pour la Belgique. Accompagné de son collègue Christophe Pilut, spécialiste de recherche et de traduction, M. Melanson allait passer une semaine à Namur. Après les célébrations du 40e anniversaire du jumelage de Lafayette avec Namur, tous deux allaient participer à des activités du réseau Vertech City, « qui est l’un des résultats tangibles de notre jumelage », précise M. Melanson. Cette initiative, fruit d’une concertation des deux villes- sœurs avec Poitiers (France) et Victoriaville (Québec), a pour but de favoriser le développement durable, « notamment les technologies énergétiques écologiques ».

     Ensuite, cap sur Paris pour des réunions avec des hauts fonctionnaires de l’Organisation internationale de la Francophonie. Il s’agira aussi de rencontrer l’Association internationale des maires francophones (AIMF) à laquelle Lafayette a adhéré en 2009 avant d’accueillir le congrès de l’AIMF en 2015. Le CIL y aura été pour beaucoup, c’est certain.

     « Nous discuterons du rôle que notre gouvernement local peut jouer dans la promotion de nos objectifs communs, explique M. Melanson, et nous chercherons également à clarifier le rôle des jumelages au sein de ces grandes organisations, car les jumelages ont toujours été un moyen pour nous de partager notre savoir-faire et de coopérer au niveau local. »

     C’est par cet axe, entre autres, que l’activité du CIL rejoint mes intérêts de recherche : l’Acadie des Maritimes a également privilégié les jumelages de villes, dont celui entre Lafayette et Moncton, qui remonte à 1971-1972.

     Robert Melanson présente un vrai profil de citoyen du monde. Issu d’une famille d’origine acadienne de la région de Houma, au sud- ouest de La Nouvelle-Orléans, il a vécu et travaillé dans plusieurs pays – France, Thaïlande, Russie, Angola et d’autres encore – et dans plusieurs domaines, du développement communautaire au sein du Corps de la paix à l’interprétation médicale en passant par le transport commercial transfrontalier. Il maîtrise non seulement le français, mais aussi le thaï et l’espagnol, en plus de ses compétences en russe et en portugais.

     Cette vaste expérience ne semble qu’avoir renforcé son appréciation de la culture et du patrimoine de sa région d’origine.

     De quoi plaire, sans doute, à son prédécesseur, Philippe Gustin. Belge d’origine et ancien directeur du CODOFIL, Philippe Gustin a tenu les rênes du Centre pendant une trentaine d’années, jusqu’à sa retraite l’an dernier. C’est pour recueillir un témoignage de son fascinant parcours professionnel que j’avais pris rendez-vous avec lui.

     Philippe Gustin, aussi affable que vif d’esprit, m’a signalé deux atouts du CIL : une relative autonomie en ce qui concerne le choix des priorités et des projets, d’une part, et la liberté de travailler avec d’autres municipalités de la région, d’autre part. Ces deux facteurs auront favorisé l’attachement de l’agence à sa vocation francophone. C’est important, car on le sait bien, l’érosion à peu près totale du français comme langue maternelle s’annonce dans un avenir rapproché.

     Pour l’instant, la francophonie locale demeure une carte à jouer, d’autant plus que la Louisiane a récemment rejoint l’OIF.

     Parmi les dossiers nombreux et variés du CIL, il y a un projet à venir qui suscite tout particulièrement l’enthousiasme de Robert Melanson. Le Centre souhaite, en l’absence criante de données fiables, dresser un portrait démolinguistique de la Paroisse de Lafayette.

     « Notre bureau est en train de communiquer avec divers individus et organisations afin d’obtenir des informations concrètes sur nos francophones et créolophones dans l’espoir d’identifier des opportunités de préservation culturelle et linguistique ainsi que de développement économique pour assurer la viabilité de ces communautés. »

     « Ce ne sera pas une tâche facile à accomplir, ni rapide », affirme Robert Melanson, mais l’intérêt est là.

Comme quoi, la globalisation peut venir à la rescousse des cultures locales. C’est du moins le pari du Centre international de Lafayette.

La couverture de l’édition de mai 1980 de Santé du monde, magazine de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), proclamait un miracle : « La variole est morte! » Vaincue donc pour toujours, cette maladie infectieuse d’origine virale, et ce, grâce à une campagne internationale de vaccination lancée en 1959 à l’initiative de l’Union soviétique.

     Incurable, mais évitable, la variole faisait à cette époque des centaines de milliers de victimes rongées par des pustules. Nombre des victimes étaient condamnées à la cécité et 20 % à la mort. Aujourd’hui, Variola virus n’existe plus que dans une poignée de laboratoires où sont conservés quelques échantillons.

     Les retombées d’une telle victoire pour l’humanité vont au-delà de la qualité de vie des gens. Il y a aussi d’énormes bienfaits en termes de développement économique – pensez aux coûts des mesures de prévention pérennes, du soin des personnes atteintes et de la baisse de la population active – et aussi de ressources en matière de santé publique : la menace d’une maladie écartée, on peut s’attaquer à une autre.

     Il est tout à fait possible, croient les autorités, d’éradiquer totalement la poliomyélite, dont le nombre de cas a chuté de 99 % depuis 1988. Celle-ci frappe principalement les enfants en bas âge chez qui une infection sur 200 entraîne la paralysie. Endiguée par un vaccin oral développé dans les années 1950, la polio subsiste dans trois pays seulement : au Nigeria, en Afghanistan et au Pakistan.