Clint Bruce
Je vous adresse cette chronique depuis l’État du Maryland, l’une des étapes d’un voyage que j’entreprends actuellement à destination de la Louisiane. Le but : poursuivre mes recherches sur la diaspora acadienne. Pourquoi le Maryland, et plus précisément sa rive orientale formant la plus grande partie de la péninsule de Delmarva (Delaware-Maryland-Virginie), entre l’Atlantique et la baie de Chesapeake ?

Clint Bruce
L’occasion a été qualifiée d’historique, et pour cause. Le 24 novembre dernier, l’écrivaine acadienne Antonine Maillet recevait l’insigne de commandeur de la Légion d’honneur, l’une des plus hautes distinctions accordées par la République française, lors d’une visite avec le président Emmanuel Macron. Connue pour le personnage de la Sagouine et lauréate du prix Goncourt de 1979 pour son roman Pélagie-la-Charrette, Maillet continue, du haut de ses 92 ans, de faire entendre la voix de l’Acadie à travers la francophonie.

Zoe Geddes
Depuis 1863, après la déclaration de Bahá’u’lláh, grâce aux interprétations et clarifications des textes religieux d’Abdu’l-Baha et aux plans d’expansion de Shoghi Effendi, la foi bahaïe, une religion fondée sur l’unité de l’humanité, n’a cessé de croître, tant au niveau de ses croyants que du nombre de ses activités – cercles d’études, classes d’enfants et groupes jeunesse – dans les communautés du monde entier.

Clint Bruce
Depuis quelques jours, le pianiste Bruce Liu sillonne la planète : Japon, Israël, Corée du Sud et d’autres destinations encore, après une tournée intensive en Pologne où le Montréalais de 24 ans vient de remporter le Concours international de piano Frédéric-Chopin, l’un des plus prestigieux de ce genre. De quoi propulser le musicien très haut dans le ciel de la scène internationale de la musique classique.
Clint Bruce

Les relations entre la France et l’Algérie se sont dégradées ces derniers jours, à un point tel qu’il s’agirait, à en croire l’opinion dominante, d’un véritable naufrage diplomatique. « La crise entre l’Algérie et la France a visiblement atteint le point de non-retour », écrivait un journaliste du quotidien algérien El Watan. Pourquoi et comment? Derrière des incidents récents se profilent les tensions irrésolues autour de la colonisation française en Afrique du Nord et de la guerre d’indépendance algérienne, qui s’est déroulée de 1954 à 1962.
Audrey Paquette-Verdon
Observatoire Nord/Sud de l’Université Sainte-Anne

La pandémie de COVID-19 a ébranlé la terre entière. Les gens se sont sentis seuls, isolés à la maison, ne pouvant pas voir leurs proches. Pourtant, il existe plusieurs stratégies afin de ressentir un certain rapprochement avec autrui. Une vieille tradition qui fut longtemps le seul moyen réel de communication entre des gens vivant loin les uns des autres est en train de refaire surface. Celle-ci avait été mise de côté, depuis l’avènement d’Internet, avant de redevenir tendance. La correspondance retourne ainsi à la forme papier durant la pandémie, créant des connexions et des amitiés inattendues.

Clint Bruce
Ici à l’Université Sainte-Anne, la rentrée du trimestre d’automne s’annonce sous le signe de l’optimisme prudent. Certes, la pandémie n’est pas finie. Dans beaucoup d’endroits, et notamment dans ma Louisiane natale, le virus continue de faire des ravages alors que l’ouragan Ida vient de dévaster les paroisses au sud-ouest de La Nouvelle-Orléans – région où plusieurs membres de la communauté acadienne d’ici ont tissé des liens d’amitiés au fil des ans.

Clint Bruce
Une ambiance fébrile régnait dans la Salle commemorative Queen Salote, à Nuku’alofa, capitale du Royaume des Tonga, dans le Pacifique. Autant les tenues se montraient extravagantes et les prestations de danse et de play-back (ou lip sync) étaient hautes en couleur, autant le message de fond se voulait sérieux : « Je peux, tu peux, nous pouvons mettre fin à la violence contre les femmes et les leitis aux Tonga ». Tel était le slogan de l’édition 2021 du concours de beauté Miss Galaxy Queen, qui s’est déroulé jeudi et vendredi de la semaine dernière.

Clint Bruce
Dans quelques jours, un événement très attendu aura lieu à Nuku’alofa, capitale du Royaume des Tonga, dans le Pacifique Sud. Le concours de beauté Miss Galaxy mettra sous les projecteurs les membres de la communauté transgenre, connus sous le nom de leitis, terme dérivé de l’anglais « lady », ou de fakaleitis, « à la manière des femmes ». Bien que la transidentité fasse partie de la culture traditionnelle aux Tonga et en Polynésie plus largement, les leitis n’en subissent pas moins des atteintes à leur dignité, voire à leurs droits fondamentaux.

Clint Bruce
Loin d’incarner l’idéal d’un creuset où viendraient disparaître tous les traits distinctifs des groupes ethnoculturels, c’est-à-dire le fameux « melting pot » de l’assimilation, les États-Unis ressemblent davantage à une mosaïque. Tandis que les peuples autochtones continuent de s’affirmer, l’identité de la population afro-américaine n’a jamais été plus forte. Pour ce qui est des langues, environ 60 millions de personnes parlent espagnol, à côté de dizaines d’autres communautés linguistiques. Toutefois, au fil du temps, certaines collectivités peuvent bel et bien finir par se fondre dans le « mainstream » américain, ou presque. Tel semble être le sort de la population franco-américaine de la Nouvelle-Angleterre.

Clint Bruce
De grands espoirs ont accompagné l’accession d’Abiy Ahmed Ali au poste de premier ministre de l’Éthiopie, en avril 2018. Relativement jeune, étant maintenant âgé de 44 ans, et doté d’un profil impressionnant dont une spécialisation en cybersécurité, monsieur Ahmed semblait incarner la voie de l’avenir, celle d’une vision de réconciliation et de progrès social. Ses actions pour résoudre le conflit frontalier avec l’Érythrée, pays voisin devenu indépendant en 1993, lui ont valu le prix Nobel de la paix 2019. Depuis le mois de novembre dernier, cependant, une guerre civile fait rage dans le nord de l’Éthiopie, engendrant une catastrophe humaine de plus en plus alarmante.

Clint Bruce
C’est une cause qui nous tient à cœur ici, en Acadie de la Nouvelle-Écosse : celle de l’éducation en français, pour une minorité longtemps marginalisée et dont les droits continuent d’être bafoués. C’est la cause que revendiquent à l’heure actuelle les chefs et plusieurs membres d’une nation autochtone de la Louisiane, à savoir la Tribu de la Pointe-au-Chien, face à la fermeture imminente de l’école primaire qui dessert leur communauté.

Clint Bruce
Les relations transnationales au sein de la diaspora acadienne se situent sur trois paliers. S’il existe un encadrement gouvernemental qui est assuré, par exemple, par l’entente de coopération signée en 2014 par le Nouveau-Brunswick et la Louisiane, les initiatives menées par les associations et organismes constituent un autre axe, plus ancien et, pour tout dire, indispensable. En plus de ces deux paliers que l’on peut qualifier d’officiels, il y a des rapports humains qui parfois accompagnent les échanges officiels et qui parfois se développent selon d’autres logiques.

Clint Bruce
En 1955, le bicentenaire de la Déportation a été commémoré non seulement dans les communautés acadiennes des provinces Maritimes, mais également en Louisiane. Dès le mois de janvier, des cérémonies et activités à caractère patrimonial ont été organisées à Lafayette, au cœur du pays cadien et créole. Le coup d’envoi de ces manifestations a attiré plusieurs délégations venues de l’étranger, y compris du Canada, bien sûr. Parmi leur nombre se trouvait le regretté père Maurice LeBlanc (1924-2021), dont le récent décès à l’âge vénérable de 96 ans vient d’endeuiller l’Acadie entière.

Clint Bruce
Conformément aux principes de l’Université Sainte-Anne, l’implication des étudiantes et étudiants dans les activités de recherche trône en tête des priorités de la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et transnationales (CRÉAcT) et de l’Observatoire Nord/Sud. Il m’arrive de dire que nos assistantes et assistants de recherche servent de multiplicateurs de force et c’est vrai. Même si le retour à la normale se fait attendre, les projets vont de l’avant, grâce en grande partie à notre équipe.

Audrey Paquette-Verdon
Observatoire Nord/Sud de l’Université Sainte-Anne
En ce Nouvel An chinois, il vient à l’esprit de se demander quels rapports existent entre nous, francophones du Canada, et la Chine, grande puissance située de l’autre côté du monde. Il y a peut-être plus de liens que l’on pourrait le croire. C’est ce qu’illustre de façon concrète le quartier chinois de Montréal. Quoique commercial davantage que résidentiel, ce secteur abrite une communauté bien vivante.

Clint Bruce
L’Irlande du Nord fêtera cette année un siècle d’existence. D’une forte charge symbolique et politique, cet anniversaire se déroulera sous le signe de l’incertitude. Depuis le 31 janvier 2020, le Royaume-Uni ne fait plus partie de l’Union européenne. C’est la conséquence du fameux Brexit, suite au référendum du 23 juin 2016. Or, pour l’Irlande du Nord, l’une des quatre nations constitutives du Royaume-Uni, avec l’Angleterre, l’Écosse et la Pays de Galles, une question énorme demeure : de quoi aura l’air sa frontière avec la République d’Irlande, avec laquelle elle partage l’île que bon nombre de gens voudrait voir unifiée en un seul pays?

Clint Bruce
Était-ce une émeute? Une insurrection organisée par des partisans zélés de Donald Trump? Ou faudrait-il plutôt qualifier d’acte de terrorisme domestique l’irruption dans le Capitole des États-Unis de centaines de manifestants convaincus, semblerait-il, de l’illégitimité de l’élection du démocrate Joe Biden à la tête du pays?

Clint Bruce
Un peu partout, le constat se fait entendre : oui, les conditions que nous vivons en raison de la pandémie ont perturbé bien des projets, mais du coup, de nouvelles possibilités de dialogue et de collaboration se révèlent. Les activités récentes de l’Observatoire Nord/Sud, centre rattaché à la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et transnationales (CRÉAcT), s’inscrivent pleinement dans cette dynamique.

Clint Bruce
Depuis les élections présidentielles aux États-Unis, au début du mois, une bonne partie de la communauté internationale pousse un long soupir de soulagement. Le président Trump, « mauvais perdant » selon ses propres dires, a beau se débattre comme un diable dans l’eau bénite en essayant d’entraver la transition vers la future administration du démocrate Joe Biden, la page est déjà en train d’être tournée.

Clint Bruce
Mardi 3 novembre dernier, l’électorat des États-Unis, comptant environ 147 millions d’Américaines et Américains, débarrassait le monde du président Donald Trump. C’est assurément une bonne nouvelle. Toutefois, le départ prochain du bruyant locataire de la Maison blanche ne nous débarrassera pas du phénomène qu’il incarne, c’est-à-dire le populisme nationaliste.

Clint Bruce
Depuis deux ans maintenant, la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et transnationales (CRÉAcT), que j’ai l’honneur d’exercer au département des Sciences humaines, à côté de la CRÉAF (titulaire – Jimmy Thibeault) en Études françaises, se déploie à partir de ses locaux situés au deuxième étage de la Bibliothèque Louis-R.-Comeau. Ce centre s’appelle l’Observatoire Nord/Sud.

Clint Bruce
Enfin, ma femme et moi, nous avons changé de fournisseur Internet. Après avoir pesté trop longtemps contre la piètre qualité du service et de la connexion que nous recevions chez nous, à Grosses Coques, notre frustration a eu raison de notre paresse. Quelle différence! Désormais, on paie deux fois moins cher et c’est nettement plus performant. Bannie, la petite roue qui tourne pendant nos émissions sur Netflix!

Clint Bruce
Si proche mais si loin à la fois… Située à un jet de pierre du front de mer d’Halifax, l’île Georges est normalement fermée au public. Pourtant, comme le sait déjà une bonne partie du lectorat du Courrier de la Nouvelle-Écosse, ce site a une grande résonance pour le peuple acadien, ayant servi de centre de détention, voire de camp de concentration, pendant la Déportation.

Devant le siège social de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), à Genève (Suisse), se dresse un monument aussi touchant que saisissant. Trois adultes entourent une jeune fille qui s’apprête à recevoir un vaccin, pratiqué par un agent de santé qui tient dans sa main une aiguille bifurquée. Mis au point au début des années 1960, cet instrument s’était avéré d’une efficacité inespérée dans la réalisation de l’une des grandes réussites de la santé publique au 20e siècle. Il s’agit de l’élimination totale de la variole, proclamée en 1980 et célébrée pour la postérité par cet ensemble statuaire qui fut inauguré en 2010.

Clint Bruce
C’est d’une ironie qui frise l’absurde : alors que la pandémie de la COVID-19 s’aggrave aux États-Unis du fait d’une gestion erratique, le président Trump souhaite retirer son pays de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qu’il accuse de complicité avec la Chine en cachant l’origine véritable du virus. Une lettre envoyée le 6 juillet dernier signifiait cette intention au directeur de l’OMS, l’Éthiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus. Si Trump n’est pas défait en novembre par son rival démocrate, l’ancien vice-président Joe Biden, la décision prendra effet l’été prochain.

Clint Bruce
L’orage d’une controverse gronde à Lafayette, en Louisiane. Certains croient entendre l’heureux présage d’une pluie qui lavera les péchés collectifs du passé, tandis que d’autres craignent la fureur d’un ouragan susceptible de tout emporter sur son passage, le bon avec le mauvais. L’œil de la tempête, c’est une statue au centre-ville, un monument en souvenir du général Jean-Jacques Alfred Alexandre Mouton (1829-64), mort pour la cause de l’esclavage pendant la guerre de Sécession (1861-65)
Clint Bruce

Encore une fois, une annonce de l’administration Trump aura contrarié la communauté internationale. Si, en elle-même, la chose ne surprend plus, cette décision-ci tombait on ne peut plus mal. Au beau milieu des efforts pour maîtriser la pandémie de COVID-19, la Maison-Blanche a déclaré, le 14 avril dernier, son intention de suspendre le financement américain à l’Organisation mondiale de la santé (OMS).