L’Association atlantique du sport collégial annule le premier trimestre

HUBBARDS (N.-É.) : Après délibération entre ses 10 institutions membres, l’Association atlantique du sport collégial (AASC) a annulé l’horaire des sports du semestre d’automne afin d’assurer que les directives de santé et de sécurité soient respectées et pour le meilleur intérêt des athlètes, des entraineurs et des membres du personnel.

« Nous sommes conscients que cette situation est très décevante pour nos étudiantes et étudiants athlètes et pour les amateurs de sports de la région, » explique William Lahey, président et vice-chancelier de University King’s College, qui s’est prononcé au nom de la présidence de toutes les institutions membres de l’AASC. « Toutefois, j’ai confiance que tout le monde comprend les principes de distanciation physique et que les mesures de protection nécessaires ne sont pas compatibles avec un tel niveau de sport compétitif. Le risque de transmission est trop élevé chez les athlètes. Somme tout, la santé et la sécurité des athlètes, des entraîneurs et des membres du personnel passent en premier. »

Cette décision aura un impact sur les sports du semestre d’automne, notamment le soccer et le cross-country masculin et féminin et le rugby féminin, ainsi que les compétitions hors-concours et la pré-saison de basketball, volleyball et badminton masculin et féminin. Une nouvelle décision sera prise concernant le basketball, le volleyball et le badminton à une date ultérieure car ces derniers pourraient potentiellement reprendre une saison condensée à partir de janvier 2021. Dans un tel scénario, les matchs hors-concours et la saison régulière seraient annulés avant janvier et l’horaire à partir du 1er janvier serait réduit.

« Cette décision a été prise à la suite d’une réunion entre les présidentes et présidents des collèges et universités de l’AASC pour discuter de l’impact de la COVID-19 sur la programmation sportive, » a expliqué Ron O’Flaherty, président et directeur général de l’AASC.

Les institutions membres sont également en train d’annoncer leurs décisions quant au semestre d’automne et préparent la livraison des cours au moyen de scénarios combinant une offre de cours à distance et en présentiel, selon l’institution. Toutes les institutions ont clairement affirmé que le respect des directives de la santé publique sera obligatoire lors de toutes activités liées à l’enseignement, aux résidences et aux activités de la vie étudiante.

« Nous sommes aux prises avec un enjeu qui a eu un impact sur tous les aspects de la société, y inclus les collèges et les universités, et les sports de l’AASC sont maintenant eux aussi touchés. Les directions des sports et les entraîneurs ont rejoint les étudiantes et étudiants athlètes avant cette annonce afin de leur communiquer la nouvelle, » a précisé Michael Eagles, directeur des sports à St. Thomas University et président de l’AASC.

« C’est extrêmement décevant, les sports étant un élément important à la vie étudiante. Toutefois les universités s’attaquent à des sérieux enjeux en ce qui trait à l’éducation et les campus, tout en gardant la santé et la sécurité comme premières priorités. Je sais que les directions des sports et les entraîneurs feront leur part pour assurer que leurs athlètes reçoivent le soutien et l’aide nécessaires pour réussir. »

L’AASC a bon espoir que les étudiantes et étudiants athlètes des sports du semestre d’automne pourraient être en mesure de participer à une programmation sportive sous différentes formes au sein de leurs institutions, tout en respectant les directives de la santé public. Cela pourrait par exemple vouloir dire offrir différentes options pour un conditionnement physique et un entraînement individuel ou en petits groupes. De plus, les étudiantes et étudiants athlètes sont des leaders dans leurs communautés et plusieurs de leurs activités communautaires seront maintenues.

Au cours des dernières semaines, la présidence des institutions membres de l’AASC a révisé l’impact de la pandémie de la COVID-19 sur les sports. À l’heure actuelle, les provinces de la région sont à différents stages de rétablissement et les autorités de la santé publique mènent des réouvertures graduelles et calculées, tout en demeurant prudent afin d’éviter une résurgence de la COVID-19. La distanciation physique, le dépistage et l’accès contrôlé aux installations sont parmi les mesures obligatoires et les contrôles aux frontières sont toujours en vigueur.