Cette petite princesse, souriante, Brooklyn Larade, est prête avec son masque et ses poupées, lors d’une excursion à l’épicerie.
Cette petite princesse, souriante, Brooklyn Larade, est prête avec son masque et ses poupées, lors d’une excursion à l’épicerie.

Sourire avec nos yeux en ces temps de pandémie

Rosie Aucoin-Grace
CHÉTICAMP : Il est difficile de croire et d’absorber la situation actuelle dans la société d’aujourd’hui qui a laissé à beaucoup le sentiment que cette nouvelle réalité a vraiment frappé. Nous sommes tellement habitués aux interactions quotidiennes avec d’autres personnes. C’est particulièrement vrai sur l’île du Cap-Breton, où l’esprit d’hospitalité est pour ainsi dire dans l’ADN. Nous aimons accueillir les visiteurs, partager notre culture et nos traditions, mais la sécurité publique est primordiale en ce moment.

Le 31 juillet, lorsque le port du masque est devenu obligatoire dans la plupart des espaces publics intérieurs, il est devenu évident pour beaucoup que le monde tel que nous le connaissions n’est plus. 


 Quant à savoir pourquoi les masques étaient rendus obligatoires alors qu’il y avait si peu de cas actifs de COVID-19 dans notre province. Le médecin hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse, le Dr Robert Strang, déclare que les responsables de la santé ont maintenant la preuve que l’utilisation générale des masques est efficace pour réduire la transmission du virus.



 « La raison pour laquelle il est important de rendre les masques obligatoires maintenant, même avec peu de cas actifs, fait partie de la préparation à l’éventualité d’une seconde vague », explique Strang. « Il ne s’agit pas de l’épidémiologie actuelle, mais de ce qui est susceptible de se produire ».


« Nous devons maintenant prendre l’habitude; avec notre portefeuille, notre sac à main, nos clés de voiture - ayez toujours un masque », a déclaré le Dr Strang, lors d’une récente conférence de presse. « Qu’il s’agisse d’en garder un dans la voiture, à la porte, partout où vous gardez ces autres choses que vous prenez chaque fois que vous sortez de la maison ».


  De plus en plus de lieux publics exigent l’utilisation de masques faciaux pour aider à prévenir la propagation de COVID-19. Le port d’un masque est une étape supplémentaire dans la réduction de la propagation des gouttelettes susceptibles de contenir le virus. En portant un masque lorsque vous ne pouvez pas vous éloigner physiquement des autres et en vous lavant les mains fréquemment, vous protégez votre communauté et les plus vulnérables. Gardez à l’esprit que les masques seuls n’empêcheront pas la propagation de la COVID-19. Vous devez constamment et strictement respecter les mesures d’hygiène et de santé publique, y compris le lavage fréquent des mains et la distanciation sociale.


 Que nous soyons confrontés à un tsunami, à une vague ou à quelque chose entre les deux, en ce qui concerne une éventuelle deuxième ou troisième vague, cela dépend fortement de la manière dont nous réagissons. Nous ne pouvons pas contrôler les défis auxquels nous pouvons être confrontés, mais nous pouvons faire partie de la solution lorsqu’il s’agit de suivre les mesures de sécurité et le protocole tel que prescrit par la province.