Les membres de la famille Pasche.
 Les membres de la famille Pasche.

Les Prairies séduisent une famille de nomade

Marie-Lou Bernatchez
L’Eau vive
SASKATCHEWAN : De passage dans le village de Saint-Denis les 14 et 15 aout pour offrir une conférence, Céline et Xavier Pasche, originaires de la Suisse, parcourent le monde à vélo. Parents de deux fillettes de 7 et 3 ans, le jeune couple a adopté le nomadisme depuis 10 ans. Ce qui ne devait être qu’un simple voyage au départ s’est transformé en véritable mode de vie. Sans maison ni adresse, ils se considèrent tout simplement citoyens du monde.
 C’est l’heure du diner pour la famille Pasche.
 Nayla, 7 ans, conserve un journal de route dans lequel signent les gens qu’elle rencontre.

Comment est venue l’idée de tout quitter et de parcourir le monde à vélo?


Nous sommes partis de la Suisse en 2010. Le but était de partir pour 3 ans et rejoindre la Nouvelle-Zélande. Au bout de deux ans, nous nous sommes rendus à l’évidence que c’était plus qu’un voyage, c’était devenu un mode de vie. Donc, tant qu’à en faire un mode de vie, nous avons décidé de fonder une famille.


Comment est-ce qu’on s’adapte à une vie comme celle-là?


Nous vivons hyper simplement. Nous n’allons pas dans les restaurants, nous faisons des provisions pour 2-3 jours et mangeons dehors. Au départ, c’est certain qu’il y a de l’adaptation, puis on se rend compte du superflu avec lequel nous vivons chaque jour. Puis ce superflu ne nous manque plus. Maintenant, c’est la liberté, nous sommes heureux comme cela. 


Ce doit être toute une expérience d’élever ses enfants de cette manière?


Notre ainée, Nayla, fait l’école sur la route. Nous lui enseignons beaucoup sur ce qui a été vu au cours de la journée sur la route. Sans suivre un programme fixe, elle apprend par exemple les différentes cultures, les différentes religions, l’histoire au travers des différents pays et elle a étudié les mathématiques en Asie.


Qu’est-ce qui est le plus difficile dans ce mode de vie?


Le grand défi, c’est l’inconnu. C’était plus difficile au début. On ne sait jamais notre itinéraire. On ne sait pas où l’on va dormir le soir. Tout peut arriver dans les dix prochaines minutes. C’est aussi très intense côté physique, surtout quand il y a du vent. Nous préférons les montagnes au vent. Quand il y a du vent, c’est l’équivalent de pédaler en montant une pente sans arrêt. Il y a aussi le défi de s’adapter aux différentes cultures de chaque pays et aux différents environnements : les déserts, les forêts, les montagnes, la pluie, les routes de gravier....


Vous êtes au Canada depuis un an et vous venez de passer par la Saskatchewan entre le 13 et le 16 aout. Qu’en avez-vous pensé? 


Nous avons été très bien accueillis partout où l’on est passé, comme dans tout le Canada en fait. On aime les grands espaces. En venant dans la province, nous voulions rouler hors des grands axes, hors des autoroutes, et c’était génial. Les paysages des Prairies sont superbes. Il y a aussi de beaux oiseaux et le vent dans les hautes herbes, c’est absolument magnifique. Nous avons beaucoup de plaisir à être ici. Il y a quelque chose de sympa dans les Prairies.


Vous saviez qu’il y avait des francophones dans l’Ouest canadien?


Pas au milieu des Prairies, non. On n’aurait jamais pensé trouver des villages où la majorité de la population parle français, comme Vonda par exemple. Pour nous, l’image que l’on avait du français au Canada, c’était le Québec, point. C’est génial et intéressant de voir qu’il y a ces grosses communautés francophones. En Suisse, il n’y a aucune notion de vouloir défendre sa langue. Pour nous, c’est complètement nouveau d’assister à ça.


Vous avez écrit un livre, intitulé Nomades au cœur des éléments, pour partager votre expérience.


C’est un livre écrit en français et traduit en anglais qui détaille les cinq premières années de notre aventure. Le livre est séparé en éléments : l’air, l’eau, la terre et le feu ainsi que le métal et le bois, qui sont les éléments chinois. Chaque élément correspond à différents enseignements appris au travers des différents pays que l’on a visités. Il est possible de se le procurer sur notre site web et aussi de lire nos péripéties. 


Est-ce qu’on verra cette famille en Nouvelle-Écosse?