Colton LeBlanc, le député provincial d’Argyle-Barrington.
Colton LeBlanc, le député provincial d’Argyle-Barrington.

Le coronavirus est devenu une pandémie

Norbert LeBlanc
PAR-en-BAS : Les nouvelles dans le Sud-Ouest comme sur le reste de la planète sont concentrées sur la pandémie du coronavirus. Une pandémie se définit comme une épidémie qui s’étend à la quasi-totalité d’une population d’un continent ou de plusieurs continents. Cette épidémie a commencé en Chine et il parait qu’à l’heure actuelle, elle s’est propagée à travers le monde. Le jour où cet article a été rédigé, il y avait trois cas confirmés et neuf cas probables de coronavirus de rapportés en Nouvelle-Écosse, cependant le médecin-conseil en chef de la Nouvelle-Écosse a prédit que notre province ne sera pas exemptée indéfiniment de cette pandémie.

     Le coronavirus aura sans doute un effet sur la population du Sud-Ouest. Pendant la fin de semaine des 13, 14 et 15 mars, des courriels et des communiqués ont été distribués aux gens du Sud-Ouest les avertissant des stratégies adoptées pour réagir au coronavirus. Nous nous pencherons dans cet article sur les répercussions qu’il aura sur les communautés religieuses, le système scolaire et l’ensemble des activités en région.

     Dans une lettre adressée aux curés, aux diacres et aux fidèles de l’archidiocèse d’Halifax- Yarmouth, Monseigneur Anthony Mancini a annoncé que toutes les messes, services de la parole, et tous les services liturgiques seront annulés à partir du 16 mars 2020. Ceci inclut les services de fin de semaine ainsi que les services de la semaine. Cette annulation est en vigueur pour une période indéfinie. Mgr Mancini a demandé que les églises restent ouvertes pour les fidèles qui voudraient aller s’y recueillir.

     En ce qui concerne les effets sur le système scolaire, une décision a été prise d’annuler les voyages à l’étranger organisées par les écoles. Les élèves de l’École secondaire de Par-en-Bas ont reçu les nouvelles une semaine avant leur départ pour cette aventure en Europe qui existe depuis plusieurs années. Lors d’une conférence de presse tenue le vendredi 13 mars, Stephen McNeil, le premier ministre de la province, a annoncé que ceux et celles qui se rendront à l’étranger pendant le congé de mars devront se mettre en isolement pour une période de 14 jours dès leur retour en Nouvelle-Écosse. Cette décision va s’appliquer aux élèves et aux adultes.

     Le Conseil acadien de Par-en-Bas a annoncé le vendredi 13 mars que toutes les activités à la salle Père-Maurice-LeBlanc étaient annulées jusqu’à la fin avril à cause de la pandémie du COVID-19. Cette annonce a eu un impact direct sur le Festival du Bon Temps. Comme nos lecteurs le savent, ce Festival a commencé le 25 février et devait se terminer le 22 mars. Il va sans dire que cette annonce a été difficile à recevoir et a sans doute été difficile à communiquer à un public qui s’attendait à une autre pleine semaine d’activités. Le département des loisirs de la municipalité d’Argyle a annoncé que toutes les activités annoncées pour le congé de mars étaient annulées à cause de la pandémie du COVID-19.

     Colton LeBlanc, le député provincial d’Argyle-Barrington, nous a téléphoné, afin de partager ses inquiétudes pour cette pandémie. Colton Leblanc estime que le système de santé est étiré à la limite, surtout avec le manque d’espace et de ressources humaines. Le système de santé manque d’équipement et de matériel pour la protection personnelle. Il est surtout inquiet pour les travailleurs du système de santé et il souhaite que les employés qui contracteront le coronavirus pourront être remplacés. Il conclut qu’il y aura des effets négatifs sur l’économie de la région surtout dans les domaines de la pêche, du tourisme et pour les petites et moyennes entreprises.