Des musiciens ont partagé leur musique grâce aux médias sociaux.
Des musiciens ont partagé leur musique grâce aux médias sociaux.

La musique… pour combattre la déprime de la COVID-19

Pour de nombreuses personnes de notre comté, vivre en ces temps d’isolement ou de distanciation sociale est un tout un changement de style de vie, un défi et c’est carrément ennuyant! Certains des musiciens de notre village de Chéticamp ont décidé d’égayer la vie des gens en se produisant en direct de leur domicile et en diffusant sur les médias sociaux. Des milliers d’auditeurs d’ici et d’ailleurs ont écouté ces diffusions qui ont permis d’alléger un peu cette période difficile. De pouvoir entendre des artistes de ce calibre sans quitter le confort de son propre foyer, c’était un véritable régal!

     La semaine dernière, l’annulation des festivités de la Mi-Carême 2020 en raison, bien sûr, de la menace du virus a certainement déçu de nombreux résidents de la région acadienne qui attendaient avec impatience ces festivités annuelles. 

     « Comme tous les événements du festival de la Mi-Carême avaient été annulés, nous avions peur de devoir rembourser des fonds », déclare Lisette Aucoin-Bourgeois, directrice générale de la Société Saint-Pierre. Elle poursuit : « Ces dernières semaines, la COVID-19 a atteint un point où nous avons senti qu’il fallait faire quelque chose, pour remonter le moral des gens au lieu de tenir ce discours constant sur le virus. Lorsque l’animatrice Nicole LeBlanc de l’École de musique Raveston m’a soumis l’idée d’une série de spectacles virtuels, nous avons convenu que c’était une idée fantastique ».

     « Nicole et moi avons travaillé sur ce mini projet, explique Lisette. Elle a communiqué avec tous les musiciens et a mis en place un calendrier pour faire des retransmissions en direct sur la page Facebook des Trois Pignons. Comme la distanciation sociale est primordiale de ce temps-ci, les retransmissions ont été faites en direct depuis le domicile des artistes. »

     « Les flux en direct d’une heure ont mis en vedette des artistes du vendredi 20 au 22 mars, à différents intervalles. Michelle Deveau a ouvert le bal le vendredi après-midi, suivie de Claude Bourgeois et de Chester Delaney le soir même. Le samedi après-midi, il y a eu Nicole LeBlanc, et Ronald Bourgeois est passé en soirée. Le dimanche après-midi, beaucoup ont apprécié la performance animée de Colin Grant et Chrissy Crowley. »

     Nombreux sont ceux qui ont apprécié l’interprétation que Michelle a faite de chansons de musiciens locaux et elle y est même allée de certaines de ses propres chansons et elle a sollicité les demandes spéciales.

     C’était très animé vendredi soir avec Claude et Chester! Les vieilles chansons traditionnelles acadiennes et autres ont certainement réchauffé le cœur de beaucoup de personnes isolées dans leurs maisons. Le lendemain matin, Claude a déclaré que bien du monde les avait vus, et qu’ils étaient fort reconnaissants du soutien et surtout qu’ils espéraient pouvoir le refaire bientôt. 

     Nicole LeBlanc, toujours si pétillante et enthousiaste, a commencé en disant qu’aujourd’hui aurait été le dernier jour de la Mi-Carême de cette année, en fait celui du Gala. « Oui, a-t-elle dit, cette année la MiCarême a été annulée, mais cette tradition amusante doit se poursuivre pendant de nombreuses années encore. Nous y participerons l’année prochaine! J’ai donc pensé commencer par la chanson C’est la Mi-Carême ». Le reste de son matériel était constitué de chansons traditionnelles françaises, de quelques chansons anglaises et de quelques unes de ses propres compositions.

     « C’est génial de voir tous ces gens connectés, a dit Nicole pendant le spectacle. Merci, je ressens votre amour! Je trouve que c’est impressionnant de voir le soutien apporté à nos musiciens locaux par le biais de ces présentations virtuelles. Nous sommes heureux de pouvoir ainsi partager notre musique. »

     Du confort de sa maison, Ronald Bourgeois, mieux connu chez nous comme Ronnie, a livré quelques-unes de ses belles chansons et a invité les gens qui avaient des instruments à se joindre à lui virtuellement. C’était comme si on était à ses côtés. Il a expliqué que cette période d’isolement sera certainement difficile pour beaucoup, en particulier pour ceux qui n’ont pas l’habitude d’être enfermés ensemble pendant de longues périodes. Nous devrons essayer de trouver beaucoup d’amour et de gentillesse les uns envers les autres afin de traverser cette période. C’était incroyable de voir et de lire tous les commentaires d’un peu partout dans le monde affichés pendant le spectacle. Nul doute, c’était un succès!

     Dimanche après-midi, même s’il faisait froid et qu’il neigeait dehors, il n’y avait rien d’autre que de la chaleur provenant du direct de Colin Grant et Chrissy Crowley. Chrissy a commencé en souhaitant la bienvenue aux gens : «Nous arrivons tout juste du Royaume-Uni et nous sommes en quarantaine à Margaree. Colin a proposé de rester ici avec moi au cas où je tomberais malade, ce que j’apprécie grandement. Il nous reste huit jours de confinement et nous continuerons ensuite à suivre le protocole, comme l’ont demandé les responsables de la santé. Nous sommes très reconnaissants pour les livraisons spéciales et nous vous rendrons la pareille bientôt. » 

     Colin a parlé à ses nombreux amis de la région acadienne : « Je suis désolé que vous ayez dû annuler la Mi-Carême cette année, nous espérons vous remonter le moral cet après-midi. Merci à la Société Saint-Pierre, une grande organisation de Chéticamp, de nous avoir commandités et d’avoir organisé ces séances en direct », a-t-il ajouté.

     Ils ont joué des gigues, des airs endiablés et ils ont même reçu une livraison de bières Big Spruce à leur porte. Sait-on jamais ce qui peut se passer pendant ces retransmissions en direct... À la demande générale, ils ont joué Space Available et ont terminé avec The King George. Ils ont même fait un medley violon de C’est la MiCarême.

     Colin et Chrissy ont parlé de la sécurité, de la nécessité de rester à la maison, de donner le bon exemple. Ils ont répandu la bonne humeur, une merveilleuse distraction pour ceux qui sont confinés à la maison. D’après les commentaires affichés pendant l’émission, il ne fait aucun doute que les auditeurs ont apprécié leur incroyable talent.

     « Les réactions des gens ont été tout un revirement par rapport au stress que nous avons subi la semaine dernière, a dit Lisette Aucoin-Bourgeois. Nous sommes heureux d’avoir pu offrir un peu de divertissement pour le plaisir d’un si grand nombre. Heureusement, nous avons pu payer les artistes pour leur temps, et pendant un petit moment, nous avons oublié notre isolement, nos craintes et nous avons simplement profité de la compagnie virtuelle de nos voisins et amis sans compromettre les mesures de sécurité préventives. »

     C’est merveilleux génial de pouvoir utiliser la technologie moderne pour rassembler les gens. Bravo aux organisateurs et aux artistes!

     Ce projet a été soutenu par le programme Développement des communautés par le biais des arts et du patrimoine du ministère du Patrimoine canadien et par la Municipalité du comté d’Inverness.

NOUVELLE-ÉCOSSE : Réseau Santé Nouvelle-Écosse a tenu son assemblée générale annuelle le jeudi 4 juin 2020. La réunion a eu lieu en ligne par vidéo-conférence en utilisant le logiciel Zoom et par téléphone. Les participants à cette rencontre ont compris 52 personnes, dont 32 personnes avec le droit de vote et 20 personnes à titre d’observateurs. La réunion n’a pas eu lieu en personne, comme a été le cas pour toutes les anciennes assemblées générales précédentes, à cause des restrictions de rencontres imposées par la santé publique de la Nouvelle-Écosse. Gisèle Thibodeau, la présidente de Réseau Santé Nouvelle-Écosse a présidé la réunion virtuelle. Pierre-Louis Roisné, le directeur-général de Réseau Santé a agi comme personnes ressource dans le déroulement de l’ordre du jour. Ce genre de rassemblement virtuel semble être le normal pendant la pandémie du COVID-19.

(EN) :  Pour plusieurs d’entre nous, les soucis liés à l’argent sont la plus grande source de stress, et bien plus que les obligations familiales. En fait, selon une étude récente, 40 % de Canadiens disent qu’ils sont dépassés par leurs dettes, tandis que 48 % affirment avoir perdu le sommeil à cause de soucis financiers. Ce stress peut certainement avoir un impact négatif sur votre santé physique et mentale.

OTTAWA : Les masques jetables ne sont plus seulement portés par les professionnels de la santé et les sacs en plastique ont repris la place des sacs réutilisables, qui ont été bannis pendant plusieurs semaines de certaines épiceries. Ces derniers mois, gouvernements, entreprises et particuliers ont mis l’accent sur la COVID-19, mettant de côté les questions environnementales et occasionnant une augmentation des déchets des ménages.  

METEGHAN : Avec la retraite prochaine de Lucille Maillet, l’infirmière Tina Dodman occupera le poste d’administratrice de la Villa acadienne à Meteghan dès le premier juillet prochain. Après 43 ans de service à la Villa acadienne, dont 23 à titre d’administratrice, Lucille Maillet avait annoncé quelques mois passés qu’elle prenait sa retraite.

ALIFAX : En date du 4 juin, la Nouvelle-Écosse enregistre un autre décès lié à la COVID-19, portant le total à 61. Un septuagénaire ayant des troubles médicaux sous-jacents est décédé dans le secteur du centre. Il n’était pas résident d’un foyer de soins de longue durée.

HALIFAX : Les centres de garde d’enfants fonctionneront d’abord à une capacité de 50 %, et pourront graduellement augmenter leur capacité s’ils sont en mesure de respecter les lignes directrices des services de la santé publique dans le contexte de la COVID-19. Les garderies familiales pourront fonctionner au maximum de leur capacité. Tous les établissements doivent respecter les lignes directrices des services de la santé publique dans le contexte de la COVID-19.

Quand la COVID entraîne un nouveau modèle d’affairesMANITOBA : C’est pour s’adresser aux enfants, grands oubliés de la gabegie d’informations qui accompagne la pandémie actuelle, que La Liberté, hebdomadaire francophone établi au Manitoba a choisi de revenir aux fondamentaux de sa mission. Être journaliste, ce n’est pas tout savoir. Être journaliste, c’est prendre du recul, c’est aller chercher les personnes ressources, c’est confronter les points de vue, recouper et enfin, rendre ces connaissances accessibles au plus grand nombre.

 OTTAWA : Lorsqu’on écrira l’histoire de la pandémie de COVID-19 au Canada, la plupart deschapitres sedéroulerontdansles établissements de soins de longue durée. Au début mai, l’Institut national sur le vieillissement de l’Université Ryerson de Toronto estimait que 82 % des quelque 6 000 décès reliés à la COVID-19 au Canada sont survenus dans ces établissements. La quasitotalité des victimes est des résidents alors que seulement quelques membres du personnel en sont morts.

 FRANCOPRESSE : Depuis le début de la pandémie de COVID-19, il est devenu clair que la découverte d’un vaccin est la seule façon de vaincre le coronavirus qui cause cette maladie. Mais pour qu’un vaccin élimine la COVID-19, il faut que la grande majorité des citoyens se fasse vacciner. Or, un sondage Léger effectué du 24 au 26 avril dernier indiquait que seulement 60 % des Canadiens et Canadiennes voudraient recevoir l’éventuel vaccin, alors que 40 % affirment que l’inoculation ne devrait pas être obligatoire. Et pire encore, un récent article nous apprenait que 15 % affirment qu’ils refuseront le vaccin.

FRANCOPRESSE : Des milliers de Yukonais font aujourd’hui l’expérience du télétravail, sans forcément y avoir été préparés. Deux ergothérapeutes livrent leurs conseils pour aménager efficacement un espace de travail à la maison.

PETIT-RUISSEAU : Afin de limiter la propagation de la maladie à coronavirus COVID-19 au sein de la population et conformément aux directives des gouvernements fédéral et provincial en ce qui concerne l’éloignement social, la municipalité de Clare suspend les services suivants :

ISLE MADAME : Au 20 mars, aucun cas de la COVID-19 (maladie à coronavirus) n’est connu dans la région de l’Isle Madame et de Richmond. Les gens de l’Isle Madame et des environs souhaitent maintenir le statu quo et que personne ne soit atteint de ce méchant et virulent virus qui se propage à une vitesse foudroyante et alarmante. Oui, il n’est pas exagéré de dire que la situation déstabilise et crée des ennuis. Si l’inconnu fait souvent peur, voilà que la situation actuelle n’a pas de précédent pour les gens d’ici, et ce, ni chez les jeunes ni chez les plus âgés.