Photo prise dans l’ancien hôpital du Sacré-Cœur il y a de nombreuses années. Sous le X, feu Germaine Bourgeois et l’infirmière à côté du petit garçon est feu l’infirmière Stella Burns.
 Photo prise dans l’ancien hôpital du Sacré-Cœur il y a de nombreuses années. Sous le X, feu Germaine Bourgeois et l’infirmière à côté du petit garçon est feu l’infirmière Stella Burns.

De nombreux changements au fil des ans dans l’ancien hôpital du Sacré-Cœur

Rosie Aucoin-Grace
Dans les derniers numéros, j’ai partagé quelques informations sur l’ancien hôpital du Sacré-Cœur. Voici la suite de certains des changements apportés à l’hôpital au fil des ans. J’aimerais que les lecteurs qui ont plus à ajouter à cette histoire me fassent part de leurs récits ou de leurs expériences concernant l’hôpital du Sacré-Cœur. Je remercie tous ceux qui m’ont aidée, appelée et envoyé des messages d’appréciation pour cette série d’articles!    

L’aile de la chapelle a été construite en 1954 lorsque Sœur Ediltrude était mère supérieure. Cette extension se composait de quatre étages avec un ascenseur. Au quatrième étage, dix petites chambres et une grande salle de conférence ont été construites pour la résidence d’une religieuse. Au troisième étage, plusieurs chambres ont été prévues pour les infirmières (pensionnaires). Plus tard, cet étage a été transformé en salle d’opération. Au deuxième étage, une chapelle avec trois autres chambres a également été construite. Au sous-sol, il y avait une cafétéria qui servait les religieuses. Plus tard, des salles pour les départements de laboratoire et de radiologie ont été achevées. En 1956, Soeur Ediltrude quitte Chéticamp après vingt-cinq ans de service. La construction de la nouvelle aile n’est pas totalement terminée. Les services de laboratoire et de radiologie, qui étaient situés dans de très petites salles de l’hôpital, ont été établis au sous-sol du nouveau bâtiment en 1958-59, alors que Sœur Émerentienne était administratrice. D’autres changements et rénovations pour le bloc opératoire ont été planifiés, poursuivis et achevés sous la direction de S. Clément Marie et terminés en 1968-69, lorsque S. Alice Gagnon était administratrice. 

     

En 1954, les religieuses quittent le petit hôpital pour s’installer au quatrième étage du nouvel hôpital. Elles y sont restées jusqu’en 1971, date à laquelle elles ont déménagé dans un couvent. Les chambres du quatrième étage de l’hôpital ont été transformées en salle de conférence et en espace de rangement.

     Les médecins qui pratiquaient à Chéticamp dans les premières années : Dr Napoléon Fiset, Dr Henri Haché, Dr Louis Fiset, Dr William LeBlanc, Dr Linus Doiron, Dr Léo LeBlanc avant la création de l’hôpital du Sacré-Cœur. Après sa conception, le Dr Léo LeBlanc a été le premier médecin à exercer dans cet hôpital. Par la suite, il y a eu : Dr Wilfred Poirier, Dr Gabriel Boudreau, Dr Léo J. Doucet, Dr Harold Andrew Ratchford, Dr Didace Bourgeois, Dr Herman Sampson, Dr Brendon McNamara, Dr Gilles Melanson, Dr Raj Bhanot, Dr Lorne Marsh, Dr Cathy Johnston, Dr Claudie Aucoin, Dr Ron Hall, Dr Steve Hall, Dr Gail MacDonald, Dr Marcel Aucoin et Dr Paul Sonier.

     

Les curés ont également apporté leurs services à l’hôpital. Le père McLean a fait preuve de son dévouement envers les malades pendant sept ans. D’autres ont également servi de cette manière, pour n’en citer que quelques-uns : Les révérends Louis Cyr, Patrice LeBlanc, Jules Comeau, Emmanuel Gallant, Robert Desjardins, Henri Trembley, MacDonald, Roger St Laurent, Louis-Antoine LaChance, Hector Comeau, Bill Burke et Lester Marchand.


Le révérend Patrice LeBlanc a été le principal instigateur de cette entreprise. Sœur Marie Ediltrude aimait dire aux gens qu’il avait guéri autant de patients par sa foi et ses prières que les médecins.


De plus, le père Samson a été hospitalisé pendant de nombreuses années. L’hôpital était plus qu’heureux de bénéficier de son savoir-faire, même pendant sa maladie. La mère provinciale de l’époque, lors d’une de ses visites, avait écrit ce qui suit à propos du père Samson : « Il est un véritable trésor pour l’hôpital en assurant la messe quotidienne. Son travail est très apprécié. Il s’occupe de la propriété de l’hôpital et est très pratique dans les environs de l’hôpital et fait en sorte que tout le monde se sente à l’aise ».


De nombreux autres collaborateurs de la communauté étaient également impliqués. La première réunion annuelle tenue le 13 juin 1964 était composée du conseil d’administration suivant : Wilfred A. Boudreau (président), Patrice Boudreau (secrétaire-trésorier), le révérend Jules Comeau, Lionel Deveau, Louis Luc Chiasson, Wilfred P. Boudreau, Sœur Marie Euchariste, Sœur Clément Marie, Sœur Joseph Maria, Soeur Frédéric Marie et Clarence Aucoin.

     

En 1964, l’hôpital du Sacré-Cœur a été accrédité par le Conseil canadien d’agrément des hôpitaux. Cette reconnaissance est accordée à la suite d’une enquête approfondie menée par un médecin délégué par le Conseil d’accréditation. L’enquête porte sur les domaines suivants : L’administration, les soins infirmiers, l’organisation du bureau médical, les soins donnés aux patients, la tenue des dossiers médicaux, la compétence du personnel, les mesures de sécurité et la prestation de divers services tels que : Radiographies, Laboratoire, Cuisine, etc.

     

En 1968, le besoin de disposer de plus d’espace en salle d’opération s’est fait sentir. Les locaux d’habitation du deuxième étage ont été rénovés et transformés en salle d’opération, ce qui a permis de disposer de plus de chambres, dont une salle de réveil, une salle de lavage et un cabinet médical.


En 1969, l’entrée principale de l’hôpital a été totalement réaménagée. Le côté sud de l’hôpital a été entièrement reconstruit avec de nouvelles briques et des fenêtres en aluminium.

     

En 1971, les locaux d’habitation des Sœurs de l’annexe du quatrième étage ont été condamnés par les pompiers. Les sœurs ont déménagé au couvent. Certaines des pièces ont alors été utilisées pour stocker des fournitures. Une grande salle servait de salle de conférence.

     

En 1975, un espace dans la chapelle a été alloué comme salle d’attente en raison de l’augmentation du nombre de patients externes. Des portes pliantes ont été installées entre l’autel et le reste de la salle pour permettre les services de la chapelle en cas de besoin. Deux petites salles ont été construites pour servir de bureaux.

 

En 1977, le système d’eau principal a été démantelé au coût de 39 000 $. Une citerne en béton d’une capacité de 12 000 gallons d’eau a été construite sur le côté sud de l’hôpital. La citerne a été reliée par des tuyaux à une pompe duplex et à un adoucisseur d’eau dans le sous-sol du couvent pour être distribuée dans tout l’hôpital. En cas d’urgence, un système d’eau temporaire a été connecté à une distance de 650 pieds au système d’eau de l’école, un projet de 6 500,00 $.

 

En 1979, une des chambres du patient (102) a été rénovée pour accueillir les équipements et les fournitures destinés à une unité de soins intensifs. Les patients souffrant de crises cardiaques et/ou d’autres maladies graves, d’accidents nécessitant des soins spéciaux ont d’abord été admis dans cette unité et ils ont été transférés dans une autre chambre lorsque leur état s’est amélioré. 

 

En 1979-80, un autre projet important a été la construction d’un escalier de secours fermé au coût de 23 565,00 $. Il était situé sur le côté sud de l’hôpital, ce qui permettait d’assurer une plus grande sécurité aux patients. 

 


En 1981, une cuisine centralisée a été approuvée par le ministère de la santé. Cela nécessitait de nouveaux équipements tels que : tables à vapeur, chariots, plateaux, vaisselle, ustensiles, etc. Grâce à ce nouveau système, les plateaux repas des patients pouvaient être servis depuis la cuisine principale. Jusqu’alors, la nourriture était transportée à l’étage et les infirmières servaient les plateaux. Ce système a permis d’améliorer les soins aux patients. La même année, une centrale électrique automatique a été installée, les portes de l’entrée principale ont été changées et un nouvel abri en briques a été ajouté pour la protection contre les vents violents.

     

Au fil du temps, d’autres changements et réorganisations ont eu lieu en raison de l’augmentation constante du nombre de patients externes admis quotidiennement pour traitement. L’hôpital du Sacré-Cœur a certainement connu de nombreuses modifications du début à la fin avant sa fermeture en 1999.

     

Le Sacred Heart Hospital a été reconnu comme l’un des meilleurs hôpitaux de Nouvelle-Écosse. Comme l’a déclaré le ministre du gouvernement de l’époque : « Ce n’est pas le plus grand hôpital, mais c’est l’un des meilleurs de la province. » Le territoire desservi par cet hôpital s’étendait de Margaree Forks à Dingwall.


Feu l’infirmière Stella Burns est tout sourire en tenant un nouveau-né dans l’ancien hôpital du Sacré-Cœur il y a de nombreuses années.
De gauche à droite : Anciens travailleurs de l’hôpital du Sacré-Cœur, feu Germaine Bourgeois, feu Julie Anne Aucoin et Marie Sophie Shomphe.