La famille LeBlanc : Shawn, Louise et leurs garçons Mario et Stefan portant leurs t-shirts de sensibilisation à l’autisme.  
 La famille LeBlanc : Shawn, Louise et leurs garçons Mario et Stefan portant leurs t-shirts de sensibilisation à l’autisme.  

Avril est le mois mondial de l’autisme  

Rosie Aucoin-Grace
CHÉTCAMP : Autism Speaks Canada est un organisme de bienfaisance national canadien qui se consacre à la promotion de solutions dans tout le spectre et tout au long de la vie pour répondre aux besoins des personnes atteintes de troubles du spectre autistique et de leurs familles. Autism Speaks Canada a été constitué en société en 2006 et a fait des investissements extraordinaires dans la communauté de l’autisme.  
Clayton Roach, docteur en chiropratique, propriétaire du Roach Chiropractic Centre à Halifax, pose avec son client et ami Mario LeBlanc.


 Cet organisme se consacre à la promotion de solutions, à travers le spectre et tout au long de la vie, pour les besoins des personnes atteintes d’autisme et de leurs familles en soutenant et en travaillant avec des partenaires communautaires; en améliorant les ressources et les services; en augmentant la compréhension, l’acceptation et l’inclusion des personnes atteintes de troubles du spectre autistique; et en faisant progresser la recherche sur les causes et les meilleures interventions pour les troubles du spectre autistique et les conditions connexes.

     

Selon Autism Speaks Canada, l’organisme s’engage à créer un monde plus accueillant et plus inclusif pour les personnes autistes. Chaque année, ils mènent un effort mondial pour accroître la compréhension et l’acceptation des personnes atteintes de ce trouble. Par le biais de cette association, ils tentent d’aider un enfant et jeune sur 66 au Canada et les 70 millions de personnes atteintes d’autisme dans le monde. 


  L’autisme est une maladie qui peut entraver la communication et l’interaction sociale. Ce trouble se manifeste à divers degrés de gravité. Certaines personnes autistes fonctionnent à un niveau relativement élevé, tandis que d’autres ont besoin de soins à temps plein. En règle générale, l’autisme est une maladie qui dure toute la vie, mais certaines thérapies et certains soutiens peuvent aider les personnes autistes à vivre une vie pleine et enrichissante. Les progrès des connaissances médicales permettent aux parents et aux médecins de détecter l’autisme chez les tout-petits afin que la thérapie puisse commencer dès le plus jeune âge. L’évolution des attitudes sociales et les mises à jour médicales ont amélioré notre compréhension de cette maladie ainsi que notre capacité à aider les personnes qui en sont atteintes à mener une vie normale.

     

L’autisme, ou trouble du spectre autistique désigne une série d›affections caractérisées par des difficultés en matière d›aptitudes sociales, de comportements répétitifs, de communication verbale et non verbale, ainsi que par des forces et des différences uniques. Nous savons maintenant qu’il n’y a pas un seul autisme, mais plusieurs types, causés par différentes combinaisons d›influences génétiques et environnementales. Le terme « spectre » reflète la grande variation des difficultés et des forces que possède chaque personne autiste.

     

Les signes les plus évidents de l’autisme ont tendance à apparaître entre 2 et 3 ans. Dans certains cas, il peut être diagnostiqué dès l’âge de 18 mois. Certains retards de développement associés à l’autisme peuvent être identifiés et traités encore plus tôt. Autism Speaks Canada exhorte les parents inquiets à demander une évaluation sans tarder, car une intervention précoce peut améliorer les résultats.

 

Ici, dans notre comté, il y a de nombreuses familles qui font face aux effets de l’autisme. Shawn et Louise LeBlanc de Chéticamp, ainsi que leurs deux garçons Mario et Stefan, ne sont certainement pas étrangers à ce trouble et Louise a brièvement partagé une partie de leur parcours. Nous avons parlé de comment tout a commencé avec Mario qui est né en décembre 2008. Elle explique : « En tant que bébé, Mario était un enfant normal, qui marchait à 11 mois. Nous n’avons commencé à remarquer des “différences” que lorsque notre deuxième bébé est arrivé, Stefan. Ils n’ont que 17 mois et demi d’écart. Nous avons remarqué qu’à l’âge de deux ans, Stefan était beaucoup plus avancé dans le langage et l’interaction avec les adultes et les autres enfants que son grand frère. Mario était très heureux tout seul, dans son propre monde. Il communiquait avec nous par des crises de colère, sans langage pour nous dire ce qu’il voulait ou ce dont il avait besoin. Il se débrouillait simplement avec des sons “uh, uh” ou en montrant du doigt ce qu’il voulait ». Elle poursuit : « Jouer avec des camions ou des trains ne se faisait pas de manière normale, il les retournait et il faisait tourner les roues en les regardant attentivement. »

     

« Mario a été diagnostiqué autiste en mars 2013. On nous a dit qu’il ne parlerait probablement jamais beaucoup, car il avait un langage limité et les crises de colère étaient son truc pour communiquer », explique Mme LeBlanc. Elle ajoute : « Je n’acceptais pas ça! Nous avons travaillé très fort en tant que famille, avec beaucoup de soutien, et nous avons fait des recherches. Après son diagnostic, le programme d’intervention comportementale intensive précoce (ICIP) est entré en scène et il a été formidable. Ils nous ont aidés à comprendre Mario et surtout à faire comprendre à Stefan ce que c’est que d’avoir un frère autiste ».

     

LeBlanc poursuit : « L’ICIP est venu trois fois par semaine pendant une année complète. Cela a été extrêmement utile pendant ces moments difficiles. Ils arrivaient chaque jour avec un gros sac de jouets et aidaient Mario à développer son langage en jouant. Ils sont devenus une partie de notre famille et c’était incroyable. Ils prenaient part à tout ce que nous avions prévu ce jour-là. Que ce soit les courses, les sorties glaces, les sorties au parc et ainsi de suite, ils nous suivaient, si utiles en cas de problème. »


« Oui, l’ICIP a été une bénédiction. Ils ont aidé Mario avec sa langue. À ce moment-là, nous n›avions plus que deux mots à dire », explique Mme LeBlanc. « Par exemple, si nous allions à l’extérieur et que nous nous préparions à partir, Mario devait dire « mettre des chaussures » ou « mettre des chaussures » avant que nous ne soyons réellement prêts à partir.

LeBlanc a déclaré : « Les séances d’ICIP ont pris fin en mars 2015 et nous nous sommes alors retrouvés seuls. Bien que j’ai gardé le contact avec les trois interventionnistes et les ai contactés si nécessaire. J’ai partagé de nombreuses histoires de réussite avec eux aussi, je le fais encore en fait. » Elle a ajouté : « En 2017, en faisant des recherches et je suis tombée sur un post sur Facebook par le médecin chiropracticien, Clayton Roach des Etats-Unis, mais qui est originaire de Chéticamp. Il parlait du docteur Roger Turner de Toronto et des avantages des ajustements chiropratiques crâniens et de la façon dont il travaillait avec des enfants handicapés. Je me suis dit que j’allais tenter ma chance et quelques semaines plus tard, nous étions assis dans un avion en direction de Toronto. Vous voyez, à l’époque, le Dr Roach suivait encore les cours du docteur Turner et il se sentait plus à l’aise d’envoyer Mario pour qu’il commence d’abord là-bas, puis qu’il prenne des rendez-vous de suivi à Halifax. »


Mme LeBlanc parle des traitements : « Les séances du docteur Turner étaient intenses. Il s’agissait de trois jours par semaine, de traitements toute la journée, espacés de 45 minutes. Cela signifiait 6 à 8 traitements par jour. Nous avons fait cela pendant deux semaines à Toronto. » Elle poursuit : « Pendant toute l’année suivante, nous avons vu Clayton une fois par semaine à Halifax. Finalement, nous sommes passés toutes les deux semaines, puis à trois semaines et maintenant, nous y allons pratiquement toutes les six semaines. »

     

« Lorsque nous avons commencé les traitements, nous espérions principalement aider Mario avec son orthophonie, mais ils nous ont aidés de bien d’autres façons et nous sommes très heureux d’avoir choisi cette voie. Je pense que les ajustements chiropratiques crâniens nous ont sauvés et nous en sommes très reconnaissants », a déclaré Mme LeBlanc. Elle ajoute : « À l’époque, Mario n’était pas un grand dormeur, se réveillant 6 à 7 fois par nuit. Après un seul traitement, il a dormi toute la nuit. Nous nous sommes dit que c’était peut-être parce que le voyage l’avait fatigué et, chose incroyable, Mario n’a pas cessé de faire ses nuits depuis. Après ces premières séances, nous avons vu tellement de signes que Mario les appréciait. Le Dr Turner a expliqué que cela soulageait la pression dans sa tête. Après seulement deux traitements, Mario a porté la main du Dr Turner à sa tête, nous montrant ainsi qu’il appréciait la sensation des traitements! Sur le chemin du retour, nous nous sommes installés dans l’avion et, au lieu de fouiller dans mon sac et de prendre ses écouteurs, Mario a demandé : “Des écouteurs pour Mario, s’il vous plaît”. Shawn et moi n’en croyions pas nos oreilles! Cet ajustement crânien fonctionnait, et nous ne savions pas pourquoi. »


 Mme LeBlanc ajoute :« Bien sûr, ce n’est qu’un exemple, nous en avons beaucoup d’autres. Mario a commencé à nous dire qu’il avait faim, qu’il avait soif, qu’il voulait aller au restaurant pour manger, qu’il était fatigué, et ainsi de suite. C’était incroyable! Nous ne pouvions pas croire à cette transformation ». 

  

J’ai contacté Clayton Roach, docteur en chiropraxie, propriétaire du Roach Chiropractic Centre à Halifax, pour lui demander quelles étaient les données scientifiques sur les ajustements crâniens et il m’a répondu : « Pour l’instant, les données scientifiques sont anecdotiques, ce qui signifie qu’il n’y a pas eu d’essais de recherche organisés sur le sujet. Cela dit, le Dr Roger Turner, avec qui j’ai suivi ma formation, a vu des gens de partout dans le monde se rendre à sa clinique pour recevoir des traitements pour toutes sortes de conditions. Le concept est simple. Les os du crâne mal alignés semblent avoir un effet sur la fonction neurologique. Lorsque les structures crâniennes sont mobilisées et qu’un meilleur alignement et un meilleur mouvement sont créés, les dysfonctionnements neurologiques ont tendance à s’améliorer et parfois à disparaître complètement. Bien qu’elle ne soit pas complètement comprise, la raison de ce succès pourrait venir de la pression qui est soulagée entre le crâne et le cerveau lorsque les os crâniens retrouvent leur position et leur mouvement corrects. Bien que le mouvement soit minime, il a été prouvé que les os crâniens se déplacent. »


Lorsqu’on lui demande si ce type de traitement aide les personnes autistes, Roach explique : « Il n’est pas spécifique aux personnes autistes. Toute personne diagnostiquée avec un dysfonctionnement crânien peut bénéficier de la thérapie crânienne. Cela dit, il y a certainement de nombreux enfants autistes qui attribuent une partie de leurs progrès à cette technique. Les chiropraticiens ne traitent pas les conditions, mais améliorent plutôt les fonctions vertébrales et crâniennes en améliorant la mobilité et l’alignement des articulations et des sutures. »


Mme LeBlanc conclut : « Bien que ce soit une dure gifle d’entendre que votre enfant fait partie du spectre et qu’il vous faille un certain temps pour assimiler ce diagnostic, c’est vraiment une bénédiction qu’il existe maintenant une possibilité d’aide. Ce n’est pas toujours facile, mais cela en vaut vraiment la peine chaque jour. Nous avons reçu beaucoup d’aide pour Mario et maintenant il saute des obstacles. Il s’agit d’un travail d’équipe composé des membres de notre famille, de notre famille élargie, de nos amis et de la communauté dans son ensemble et, rien que pour cela, nous sommes très reconnaissants. De plus, les enseignants de l’école ont été formidables avec Mario. Il a son propre aide-enseignant, et tout le monde s’occupe de lui. Les enfants acceptent très bien Mario et sont ravis de jouer avec lui dans la cour de récréation. Il est maintenant capable d’écrire et de lire et suit très bien la routine de l’école! Pour tous ceux qui ont un membre de leur famille atteint d’autisme, il existe de l’aide et de l’espoir. Il suffit de tendre la main! Nous sommes très heureux de l’avoir fait!

Les frères Mario et Stefan LeBlanc portent fièrement leurs t-shirts de sensibilisation à l’autisme.