Amanda Mombourquette, nouvelle conseillère pour le district 4 qui a vaincu le conseiller sortant, Gilbert Boucher.
Amanda Mombourquette, nouvelle conseillère pour le district 4 qui a vaincu le conseiller sortant, Gilbert Boucher.

Un balayage en Richmond, élection municipale 2020

Robert Fougère
ISLE MADAME/RICHMOND : Les votes ont été comptabilisés. Les gens se sont exprimés clairement et les gagnantes et gagnants sont connus. Est-ce que le conseil municipal de Richmond, composé maintenant de Shaun Samson, district 1, Michael Diggdon, district 2, Mélanie Breau-Sampson, district 3, Amanda Mombourquette, district 4 et Brent Sampson, district 5, mettra de côté les différends du passé récent entre conseillers, le brouhaha, les désaccords, les conflits nombreux, les mises à pied, les congédiements, les discussions échauffées et parfois irrespectueuses, pour s’entendre et se comprendre, pour aller de l’avant en faisant front commun et pour le développement sain de la région de Richmond? Les électeurs ont fait un balayage complet, le gros ménage, en rejetant tous les conseillers sortants et en les remplaçants par cinq personnes n’ayant aucun bagage politique antérieur.

Les lecteurs de Le Courrier de la Nouvelle-Écosse savent que Richmond a assez fait partie des manchettes pour les mauvaises raisons, ces dernières années. Les électeurs de Richmond en avaient eu assez, il paraîtrait, comme ils ont claqué la porte à quatre conseillers sortants qui demandaient un renouvellement de mandat. Le cinquième ne cherchait pas à se faire élire de nouveau, soit Alvin Martell du district 2 qui avait annoncé son départ de la vie politique en Richmond, bien avant l’élection. Ce sont donc, James Goyetche, Brian Marchand, Gilbert Boucher et Jason MacLean qui ont subi des défaites le 17 octobre, jour d’élection municipale en Nouvelle-Écosse. Les électeurs ont décidé, il paraîtrait encore, vouloir faire la une des journaux, mais dorénavant, pour les bonnes raisons.    


Rarement les élections municipales ont suscité autant d’intérêt en région de Richmond. Tous les districts municipaux, maintenant cinq pour ce qui était en 2012 dix districts, ont été contestés. Pas de laissez-passer cette fois-ci. En tout ce sont treize personnes qui se sont présentées comme candidates et qui ont visé gagner une des cinq places disponibles autour de la table du conseil de Richmond. Depuis 2016 ce sont cinq conseillers qui géraient les affaires de la municipalité. On vient de remplacer deux de ces conseillers par deux conseillères. Et voilà, la question de femme autour de la table du conseil de Richmond avait fait l’objet de controverse l’an dernier. Le conseil, composé de cinq hommes, avait refusé d’octroyer des fonds à des femmes de la région qui s’intéressaient à suivre une formation sur le leadership politique. Le nouveau conseil de Richmond verra deux femmes assises à la table et elles auront leur mot à dire quand des questions du genre reviendront pour discussion.     


Les compétiteurs et compétitrices ont su mettre beaucoup de temps à convaincre les électeurs lors de la récente période électorale. La télévision communautaire de l’Isle Madame a certainement été un outil serviable à répandre les messages de celles et de ceux qui ont voulu s’en prévaloir. En temps de COVID-19, ç’a été un moyen à privilégier, une façon d’entrer dans les foyers et de faire connaître ses opinions et ses idées pour une gouvernance saine. Des treize candidats, dix ont apparu, à nombreuses reprises, sur les ondes de Télîle, télévision communautaire de l’Isle Madame. Les électeurs ont eu bien des chances à s’informer sur la position et les priorités des candidats. Les médias sociaux, tels, Facebook, Twitter, YouTube et autres ont aussi été utilisés, à profit, pour faire avancer les messages. Malgré toute cette technologie, Richmond était une de six municipalités en Nouvelle-Écosse qui a voulu tenir une élection uniquement papier-crayon, en ce temps de la COVID-19. Il est maintenant évident que cette formule n’a pas donné raison aux conseillers sortants. 


Shaun Samson, originaire de l’Anse des Samson et aujourd’hui habitant d’Arichat-est, qui l’a remporté sur le conseiller sortant, James Goyetche.

Les prochaines assises du conseil de Richmond verront un tout nouveau groupe autour de la table, après un balayage complet. Deux femmes sauront aussi prendre leur place, ce qui manquait, selon bien des gens. Shaun Samson, nouveau conseiller pour la région de Petit-de-Grat/Arichat est, a parlé au pigiste de Le Courrier le lendemain de son élection et il a dit : « C’est comme j’ai dit à plusieurs personnes, je vais consulter la population et je vais représenter tout le monde et non seulement un secteur de la population. »