Matt Haley, candidat libéral aux prochaines élections provinciales.  
Matt Haley, candidat libéral aux prochaines élections provinciales.  

Matt Haley, candidat libéral aux prochaines élections provinciales, en Richmond

Robert Fougère
PETIT-de-GRAT : Matt Haley sera le candidat libéral aux prochaines élections provinciales. Il a été élu comme candidat lors de la réunion d’investiture tenue par le biais de Zoom, le lundi soir 3 mai. Il est devenu candidat par acclamation.

Le Courrier de la Nouvelle-Écosse a voulu s’entretenir avec Matt Haley afin de permettre au public et aux électeurs de mieux connaître le candidat qui se présentera sous la bannière libérale, dans le comté de Richmond. Il est aussi important de souligner que Richmond redevient la circonscription, selon les anciennes frontières qui correspondent à celles du comté de Richmond. Richmond regagne son statut de circonscription acadienne. 


Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a présenté les modifications à la loi qui feront passer de 51 à 55 le nombre de circonscriptions électorales dans la province et rétabliront trois circonscriptions acadiennes : Clare, Argyle et Richmond.   


C’est donc dans ce nouveau contexte que se présente Matt Haley. Qui est-il et quel a été son parcours? 

Il nous a dit : « Je suis originaire du village de Campbell’s Bay dans la région Outaouais du Québec. Au cours de mon enfance, nous avons vécu aussi à Montréal, puis à Bathurst au Nouveau-Brunswick et finalement à Dartmouth, où j’ai gradué de l’École du Carrefour. C’est là que j’ai rencontré Chantal Samson, maintenant mon épouse. Sa famille est originaire de l’Isle Madame. Nous avions visité Richmond à plusieurs reprises et après avoir gradué de l’université (Dalhousie en génie, pour moi), nous savions que c’était à Richmond que nous voulions faire notre vie. J’ai pu me trouver un emploi avec le Conseil scolaire acadien provincial (CSAP) qui m’a permis de m’y déplacer. Depuis mon arrivée en Nouvelle-Écosse, j’ai aussi découvert mes origines acadiennes (mes ancêtres Lejeune sont arrivés dans les années 1600 à Port-Royal et ont fui Grand Pré en 1755, pour finalement se réfugier à l’Ile Anticosti) et cette découverte a beaucoup alimenté ma curiosité envers la culture acadienne. Une autre raison importante pour que je m’établisse en Richmond. »


Depuis l’âge de 12 ans, il s’implique dans des campagnes politiques, tant au niveau municipal et provincial que fédéral. Son beau-père Darrell Samson, député fédéral pour Sackville-Preston-Chezzetcook a été un mentor pour lui depuis plusieurs années, côté politique. Il dit s’être beaucoup impliqué dans ses campagnes électorales. Il a, comme son beau-père, « une passion pour les droits de la langue, la réalisation de projets communautaires et d’infrastructure, ainsi qu’un désir profond pour aider les gens de nos communautés. »


Qu’est-ce qui motive Matt à se lancer en politique à ce moment dans sa vie? Il explique ainsi : « Je n’ai pas été assez chanceux d’être né en Richmond, mais j’ai eu le plaisir de découvrir et de tomber en amour avec ma communauté. J’ai des jeunes enfants et une vie de famille chargée, mais je crois pouvoir faire une différence pour les communautés qui me tiennent tant à cœur. En 2019, j’ai aussi passé très près de gagner la nomination libérale pour la circonscription fédérale de Cape Breton – Canso. Cette expérience m’a vraiment permis d’étendre mon réseau politique à travers Richmond et la Nouvelle-Écosse. Je pense que mes 9 années d’expérience au sein du secteur des opérations du CSAP m’ont aussi permis de gagner des connaissances quant au fonctionnement et la collaboration entre les différents paliers gouvernementaux, ainsi qu’avec les partenaires communautaires. Je me sens maintenant équipé des connaissances et des habiletés nécessaires afin d’avoir un impact positif et immédiat, si je suis élu pour représenter Richmond. » 


Pense-t-il pouvoir regagner la circonscription de Richmond pour le parti libéral et comment faudra-t-il faire? 

Aux dernières élections provinciales les électeurs de la circonscription élargie, pour inclure Port Hawkesbury et l’est du Cap Breton, ont choisi Alana Paon candidate des conservateurs comme leur député provincial. Elle est aujourd’hui député indépendante. 


Matt Haley croit qu’il y avait des frustrations de la part de certains groupes envers le gouvernement au moment des dernières élections provinciales. Ces frustrations, jumelées avec une circonscription qui incluait des régions n’étant pas traditionnellement libérales, ont mené à une défaite par 22 votes. Il ajoute que le parti a un nouveau chef qui est à la fois natif du Cap Breton et une personne qui a fait beaucoup depuis avoir été élu en 2013 comme député. Il se dit francophile intéressé à en apprendre davantage sur l’histoire acadienne et la francophonie de la Nouvelle-Écosse. « Rankin et moi partageons des priorités claires quant à l’importance de l’épanouissement des régions rurales et acadiennes de la Nouvelle-Écosse. Je crois que c’est un message et une vision positive qui résonneront bien avec les électeurs de Richmond. Ce sera à moi, comme candidat, de m’assurer que ce message se rende à chaque communauté et à chaque porte. Je suis prêt à relever ce défi! » 

Cette fois-ci, rien que les électeurs de Richmond vont choisir leur représentant. Richmond est redevenu une circonscription définie par ses frontières et circonscription acadienne. Est-ce que cela favorise le parti libéral de la Nouvelle-Écosse, selon toi? Matt répond : 


« Je crois que pour les électeurs de Richmond, il est important d’avoir un gouvernement qui les priorise. Les communautés acadiennes de Richmond méritent aussi un représentant qui peut communiquer avec eux dans leur langue maternelle. Je crois qu’avec Iain Rankin comme premier ministre et avec moi comme représentant, c’est exactement ce qu’ils auront. Traditionnellement, Richmond a plus souvent élu un représentant libéral, mais rien n’est certain et je ne tiens rien pour acquis. Je travaillerai fort pour mériter la confiance des électeurs de Richmond. »


Quelles seront les priorités d’un gouvernement libéral, avec Matt Haley comme député de Richmond? 

« Je pense que la priorité sera la relance économique, suite à la pandémie de la Covid-19, tant au niveau provincial qu’au niveau local, en Richmond. Nous avons des industries touristiques et hospitalières qui auront besoin de soutien afin de s’épanouir à nouveau. D’autant plus, il est clair qu’une priorité sera de continuer les efforts de recrutement et de rétention des docteurs et professionnels de la santé dans nos régions rurales. 


Au niveau local, il est clair, d’après mes discussions initiales avec les électeurs et organisations, que nous avons des centres hospitaliers ruraux qui nécessitent des améliorations, un manque d’infrastructure social (espaces de rassemblements publiques et de loisirs, logements abordables, appuis communautaires, internet et réception cellulaire, etc.) et certaines priorités importantes quant aux voies routières en régions. 


Personnellement, la langue française, la culture acadienne, l’éducation et l’infrastructure sont des sujets qui me tiennent à cœur et que je vis dans mon jour à jour. Il est certain que je tenterai de m’impliquer dans ces dossiers au niveau provincial, si je suis élu. »


Est-ce que les gens de Richmond doivent se préparer pour une élection en trois, six ou huit mois? Quelles sont les chances que les élections se dérouleront pendant la pandémie? Quel serait ton choix si tu avais à décider?

Matt Haley répond à ces questions en disant : « C’est une réponse que j’aimerais bien avoir en main. Je pense que la priorité évidente est la gestion de la pandémie et la santé et sécurité de chaque Néo-Écossais et Néo-Écossaise. Mon équipe et moi travaillons fort pour nous assurer d’être prêt pour une élection, peu importe quand elle sera déclenchée. Je n’ai pas de préférence quant à une date, ce qui est le plus important c’est la sécurité de tous. Toutefois, il n’y a pas de doute que j’en ai hâte. »

Comment vas-tu convaincre les gens de marquer leur X dans la case Matt Haley?

« Ma priorité sera de partager et de bien communiquer mes valeurs et les priorités de nos communautés, ainsi que celles de notre parti, afin d’identifier les solutions que nous pourrons viser ensemble. Je suis une personne enthousiaste et de nature positive. Ma campagne électorale reflètera ce même enthousiasme et ce même esprit positif. Le parti Libéral formera le gouvernement en Nouvelle-Écosse et Richmond se doit d’être à la table où les décisions sont prises. C’est à cette table que nous devons être pour s’assurer que les priorités du gouvernement s’alignent avec celles de Richmond. Comme le seul candidat bilingue et acadien à présent, je m’assurerai aussi que les Acadiens et les communautés acadiennes de Richmond savent qu’en moi, ils auront un partenaire sans équivoque! »


Matt Haley termine la conversation de cette façon : « Je réponds tant à Mathieu qu’à Matt! Mais Matt c’est le nom que j’ai toujours utilisé lors de conversations informelles. Comme politicien, c’est cette approche informelle et personnelle que je veux priorisée avec chaque électeur que je rencontre. » 


L’agent officiel de Matt Haley est Brandon Boudreau, lui aussi de Petit-de-Grat et anciennement d’Arichat.