L es progressistes-conservateurs formeront un gouvernement majoritaire en Nouvelle-Écosse, Tim Houston ayant mené son parti mardi soir à une victoire retentissante sur les libéraux, qui dirigeaient la province depuis 2013.  
L es progressistes-conservateurs formeront un gouvernement majoritaire en Nouvelle-Écosse, Tim Houston ayant mené son parti mardi soir à une victoire retentissante sur les libéraux, qui dirigeaient la province depuis 2013.  

Les progressistes-conservateurs majoritaires en Nouvelle-Écosse

Cathy Simon
DARTMOUTH – C’est le 17 juillet dernier que le premier ministre sortant, l’honorable Iain Rankin, s’est rendu chez le lieutenant-gouverneur Arthur LeBlanc afin de demander la dissolution de l’Assemblée législative et ainsi appeler les électeurs de la Nouvelle-Écosse aux urnes, le mardi 17 août dernier. À l’issue de la 41e élection générale de la Nouvelle-Écosse, ce sont les progressistes-conservateurs de Tim Houston qui forment le nouveau gouvernement majoritaire de la province pour la première fois depuis 2009.
 Tim Houston, premier ministre désigné de la Nouvelle-Écosse.

Les élections qui viennent d’avoir lieu marquent une importance considérable pour les Acadiens et les Acadiennes, ainsi que la population d’origine africaine de la Nouvelle-Écosse puisqu’elles constituent le retour de quatre circonscriptions protégées. C’est après une dure bataille de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse (FANE) que les circonscriptions acadiennes protégées seront celles de Clare, Argyle et Richmond et celle des Afro-néo-écossais sera la circonscription de Preston. Dans la circonscription de Clare, c’est le libéral Ronnie LeBlanc qui a été élu avec une avance de 301 voix face à son adversaire le progressiste-conservateur Carl Deveau. Avec une forte majorité, c’est le progressiste-conservateur Colton LeBlanc qui remporte un second mandat dans la circonscription d’Argyle. Dans la circonscription de Richmond, c’est le progressiste-conservateur Trevor Boudreau qui a gagné son pari contre la député sortante Alana Paon. Finalement, dans la circonscription de Preston, c’est la libérale Angela Simmonds qui entreprend son premier mandat afin de continuer d’utiliser sa voix pour la défense des Africains de la Nouvelle-Écosse et ainsi poursuivre la promotion de l’équité.  


Le premier ministre désigné, monsieur Tim Houston a été réélu pour un troisième mandat dans la circonscription de Pictou-Est avec une majorité évidente de 3 333 voix d’avance sur son adversaire le plus proche. Pour sa part, le premier ministre sortant de la Nouvelle-Écosse, l’honorable Iain Rankin a été réélu pour un troisième mandat également dans la circonscription de Timberlea-Prospect avec 54,4 % des voix. Le chef du nouveau parti démocratique, monsieur Gary Burrill a été élu pour son quatrième mandat dans la circonscription d’Halifax Chebucto.


Afin d’obtenir un gouvernement majoritaire, les progressistes-conservateurs de Tim Houston devaient obtenir un minimum de 28 sièges à l’Assemblée législative. À la fin du dépouillement des votes, les progressistes-conservateurs remportent un gouvernement majoritaire avec 31 sièges. Les libéraux de Iain Rankin passent de 25 sièges à 17, les néo-démocrates de Gary Burrill gagnent 6 sièges et finalement, la circonscription de Cumberland-Nord a élu une candidate indépendante. 


À une semaine du scrutin, Élection Nouvelle-Écosse a révélé un nombre de votes par anticipation de 60 684 voix alors qu’à pareille date en 2017, le vote par anticipation avait seulement cumulé un total de 26 857 voix. La campagne électorale provinciale de 2021 a accusé un taux de participation approximatif de 55 %.