Le bureau de la municipalité de Richmond, à Arichat, qui est dans le district 1 de Petit-de-Grat/Arichat.
Le bureau de la municipalité de Richmond, à Arichat, qui est dans le district 1 de Petit-de-Grat/Arichat.

Des élections municipales 2020, en Richmond, comme auparavant

Robert Fougère
SAINT-PIERRE/RICHMOND : La COVID-19 a changé bien des façons de faire depuis de nombreux mois et a été la cause de l’annulation de plusieurs événements, a fait le port du masque une nouvelle réalité, est devenue une menace à craindre et fait l’objet des manchettes, quasi tous les jours de la semaine.

Et pour de nombreuses municipalités de la Nouvelle-Écosse, disons la forte majorité, ces nouvelles exigences et ces nouveaux comportements de distanciation, du lavage et de désinfection des mains, du port du masque, et d’autres encore, ont fait que les élections municipales seront adaptées afin de minimiser les contacts, réduire les foules ou regroupements de gens dans un même lieu et diminuer les risques de transmission du virus. En Richmond, ce sera comme à l’habitude pour ce qui est des élections municipales 2020. Les électeurs devront se rendre aux urnes et déposer physiquement leur bulletin de vote le samedi 17 octobre. Il y aura toujours la possibilité de voter par anticipation les 10 et 13 octobre, soit à Arichat ou à Saint-Pierre/St. Peters, encore en se rendant sur les lieux indiqués. 


Clair Rankin, directeur du scrutin et embauché par la municipalité de Richmond, a partagé des informations au sujet des élections prochaines avec Le Courrier de la Nouvelle-Écosse, le mardi 25 août. Il a dit, en début de l’appel téléphonique, qu’en Richmond ça sera comme par le passé. Il faudra se rendre physiquement au bureau de vote, inscrire son choix en faisant un X sur un bulletin de vote papier et le déposer dans la boîte à cet effet. Il n’y aura pas la possibilité de voter de façon électronique, d’envoyer un bulletin par la poste ou autrement encore. Bref, ça sera vieux jeu. M. Rankin a exprimé, avec d’autres médias, que les électeurs auront droit au petit crayon, sans gomme à effacer à l’extrémité, comme celui-là ne sera pas réutilisable et partagé, comme par le passé. Donc, juste un peu de nouveau. Un petit cadeau occasionné par les temps qui courent.


Ce qui changera, selon M. Rankin, ça sera le nombre de sites. Il prévoit qu’il faudra en ajouter davantage afin de réduire les nombres d’électeurs par site, et ce afin de respecter les normes de distanciation. Le nombre de surveillants devra augmenter également, selon M. Rankin, pour s’apparenter au nombre de sites additionnels. Il pense voir aussi un nombre accru de vote par procuration. Bien des gens ont encore peur de se déplacer, de fréquenter de nouveaux lieux et de se rendre là où il y a de grandes foules. Malgré cette constatation et en dépit de la recommandation du ministre Porter, des Affaires municipales, que les municipalités se prévalent de moyens électroniques lors des ces élections, la Richmond tombe du côté de la minorité qui va faire comme d’habitude et y aller avec le bulletin de vote papier à cent pour cent. 


Le Courrier de la Nouvelle-Écosse a tenté d’évaluer, au même moment, le niveau d’intérêt qu’il peut y avoir pour les cinq postes de conseiller qui sont disponibles en 2020. C’est la deuxième fois qu’on va élire cinq conseillers seulement. Avant 2016, il s’agissait de dix districts et de dix conseillers élus pour Richmond. Il y avait aussi intérêt à savoir s’il y aurait possibilité que le nouveau conseil soit un conseil mixte, pour la période 2020-2024. Le dernier conseil, comprenant 10 membres, comptait deux femmes. Le conseil actuel est composé de cinq hommes. Les lecteurs se rappellent les discussions échauffées sur un programme de formation visant à encourager plus de femmes à se présenter comme candidates et le refus du présent conseil à appuyer le projet par un financement minime de 200 $ la personne. Est-ce que plus de femmes deviendront candidates ? Il reste à voir. Les candidatures sont acceptées jusqu’au 8 septembre. 


Jusqu’ici, le 29 août, deux femmes ont déclaré qu’elles feraient compétition pour le poste de conseillère. Amanda Mombourquette fera compétition à M. Gilbert Boucher, conseiller sortant, dans le district 4 et Mélanie Breau-Sampson sera candidate, dans le district 3, contre le préfet actuel et conseiller sortant, Brian Marchand. 


Pour ce qui est des autres districts où il y aura des compétitions, le district 1 a déjà quatre personnes qui veulent représenter Petit-de-Grat/Arichat. Il s’agit du conseiller sortant James Goyetche, de Brandon Boudreau, Rod Samson et Shaun Samson. Pour le district 2, Arichat/Arichat-Ouest/d’Escousse deux personnes ont déclaré leur intention de se présenter : Jerry Bourque et Mike Digdon. Le conseiller sortant du district 2, Alvin Martell part à la retraite. Aucune annonce pour le district 5, ce qui comprend la grande région de l’Ardoise.