Colton LeBlanc dans son bureau à Tusket.
Colton LeBlanc dans son bureau à Tusket.

Colton LeBlanc se prépare pour la session du printemps

Norbert LeBlanc
TUSKET: La 2e session de la 63e assemblée générale de la législature de la Nouvelle- Écosse commencera le 20 février. Pendant cette session d’hiver/printemps, il y aura des débats sur les thèmes suivants : les forêts; la santé; le plafond de l’impôt foncier et le budget. Il va sans dire que l’adoption d’un budget pour la prochaine année financière semble être la discussion la plus importante de la session, car les résidents de la province de la Nouvelle-Écosse en sont venus à connaître les priorités du gouvernement actuel.

     Le Courrier de la Nouvelle-Écosse a profité de l’ouverture de l’Assemblée législative pour avoir une discussion avec Colton LeBlanc, le député d’Argyle-Barrington, sur les sujets suivants : le projet de loi 197; la santé; le traversier et la papetière de Northern Pulp.

     Le projet de loi 197 : Il s’agit du projet de loi recommandant l’adoption du rapport Dodds suite à une étude sur la délimitation des frontières électorales en Nouvelle-Écosse. Ce rapport est passé en 3e lecture le 22 octobre et a été proclamé loi par la province le 30 octobre 2019. Le rapport préconisait la création de 55 sièges électoraux en Nouvelle-Écosse. Ce rapport recommandait le retour des circonscriptions de Clare, d’Argyle et de Richmond. Ce rapport n’a cependant pas reconnu un siège pour la communauté de Chéticamp. Suite à l’adoption de ce projet de loi, les recommandations relatives aux nouvelles circonscriptions entreront en vigueur le 1er mars 2020. Colton LeBlanc nous a expliqué qu’il sera toujours le député pour Argyle-Barrington jusqu’aux prochaines élections provinciales. Les partis politiques ont été avertis que la nouvelle carte électorale entrera en vigueur le 1er mars 2020. Selon Colton LeBlanc, il y a déjà eu une rencontre des membres du Parti conservateur en décembre dernier et les membres ont élu un nouveau bureau de direction. Clinton Saulnier de Wedgeport a été nommé le nouveau président de la nouvelle circonscription d’Argyle. Pendant cette première rencontre, les membres ont approuvé des statuts et règlements pour la nouvelle entité politique.

     Santé : Colton LeBlanc s’inquiète toujours du fait que nombre de Néo-Écossais n’ont pas accès à un médecin de famille. Au 1er janvier 2020, 46 991 résidents de notre province n’avaient accès à un médecin et 21 000 personnes du Sud de la province qui comprend les régions de la Vallée d’Annapolis et la côte Sud font partie de ces statistiques déplorables.

     Colton LeBlanc se soucie également du manque d’accès aux services de santé mentale. Il trouve inacceptable que des gens qui n’ont pas de médecin personnel soient forcés à se rendre aux services d’urgence des hôpitaux pour obtenir une référence afin d’avoir des services de santé mentale. Il n’accepte pas que des gens en situation de crise de santé mentale, aient besoin d’attendre longtemps pour obtenir de l’aide. Colton LeBlanc affirme que son parti politique attend toujours de recevoir le rapport sur le service ambulancier de la province.

     Traversier : Colton LeBlanc rappelle que Lloyd Hines, le ministre du Transport et du Renouvellement de l’infrastructure, avait annoncé l’été dernier que le travail à Bar Harbor était presque terminé. Comme nos lecteurs le constatent, le travail de rénovations n’a jamais été effectué en 2019, et Colton LeBlanc est convaincu que le secteur touristique a beaucoup souffert l’an dernier. Il souhaite que cette année sera meilleure pour le secteur touristique.

     La papetière de Northern Pulp : Colton LeBlanc constate que la fermeture de la papetière de Northern Pulp cause des ennuis aux secteurs économiques de la province. Le parti de Colton LeBlanc est pleinement conscient des problèmes associés à la fermeture de la papetière : problèmes économiques et problèmes relatifs à l’environnement. Il nous a également présenté une copie des résolutions que son parti a présentées à l’Assemblée législative. Selon Colton LeBlanc, ces résolutions auraient permis au gouvernement d’avancer avec prudence et discernement dans ce dossier. Il conclut que le gouvernement a refusé d’accepter les recommandations de son parti politique.