Amber d'Entremont
Renée et Mike sur une ferme à Hawaï.
Renée et Mike sur une ferme à Hawaï.

Mes chums sont cools!

CONCESSIONS  : Sérieusement, mes amis sont parmi les personnes les plus inspirantes que je suis reconnaissante de connaître et je suis fière de partager certaines de leurs réalisations et histoires. Aujourd’hui, nous commençons avec ma chère amie Renée LeBlanc (double majeure en géologie et sciences de l’environnement de l’Université Acadia) et son petit ami Mike Bielesch (diplôme de technologie en phytologie du Dal Agricultural College). Ensemble, ils ont créé Gaian Mind Farm Center à Clare, en Nouvelle-Écosse.

Les deux ont une histoire charmante et inspirante de leur passé immédiat, comment COVID-19 était vraiment une bénédiction déguisée et comment ils ont l’intention de grandir d’ici.


Cela a commencé après leur diplôme et après un voyage en avion à Hawaï. Renée et Mike ont effectué de nombreuses et glorieuses heures de travail dans une ferme de Maui, grâce à l’organisation World Wide Opportunities on Organic Farms (WWOOF), où ils travaillaient dans une ferme de permaculture biologique. C’est là qu’ils sont tombés amoureux d’un système qui résonnait vraiment avec leurs valeurs et leur mode de vie. Vous vous demandez probablement ce qu’est la permaculture, ne vous inquiétez pas, je vais vous expliquer que dans une minute. Après avoir passé de nombreuses heures éducatives à la ferme avec leur professeur et propriétaire, Evan Ryan, ils sont revenus dans leur ville natale sans aucune intention de rester. Ils avaient pris toutes leurs dispositions, emballé leur voiture et étaient prêts à partir pour la Colombie-Britannique pour travailler dans une autre ferme biologique, lorsque COVID-19 les a frappés et les a forcés à rester.


« Nous sommes reconnaissants de cette pause que COVID-19 nous a donnée, car elle nous a permis de nous asseoir et de réaliser que ce que nous voulions et ce que nous recherchions étaient juste ici dans notre ville natale. » explique Renée.


Je voudrais souligner qu’à partir du moment où notre entrevue a commencé, le couple voulait s’assurer que dans cet article, nous reconnaissions la terre, ce que je trouve extrêmement génial. Je ne connais pas beaucoup de jeunes ou de sages qui penseraient à faire cela, leur conscience et leur respect sont admirables, ce qui se reflète dans leur travail.    Nous tenons d’abord à souligner que nous nous trouvons en Mi’kma’ki, le territoire ancestral non cédé du peuple Mi’kmaq.

En fonctionnant comme une ferme de permaculture biologique, leur processus est un peu différent de ce que vous pensez peut-être. Ils ne se réveillent pas chaque matin avec une énorme liste de choses à faire, bien sûr, ils ont de nombreuses tâches à accomplir, mais ils laissent leur jardin, la terre leur parler. Ils marchent le long de leur propriété et pratiquent l’art d’écouter puis élaborent un plan pour la journée. Qui fait partie du processus de permaculture.


La permaculture est un concept systémique et global qui vise à créer des écosystèmes. L’inspiration vient de la nature et de son fonctionnement (qui se nomme aussi biomimétisme ou écomimétisme). La permaculture prend en considération la biodiversité de chaque système. https://fr.wikipedia.org/wiki/Permaculture


« J’ai été inspirée de planter les trois sœurs en lisant le livre Braiding Sweetgrass de Robin Wall Kimmerer » dis Renée.
Les trois sœurs sont une technique de plantation traditionnelle pour la culture du maïs, des haricots et des courges; quelques-unes des principales cultures de base parmi les cultures autochtones des Amériques. La méthode est née dans l’ancienne Méso-Amérique et la sagesse s’est finalement répandue parmi la population indigène à travers l’Amérique centrale et l’Amérique du Nord.


Les trois sœurs se font de grands compagnons l’une pour l’autre, car le maïs pousse droit et grand, fournissant un support en treillis pour que les haricots grimpent. Les haricots fixent l’azote de l’air via des bactéries spéciales dans leurs zones racinaires. Cet azote devient disponible dans le sol, fertilisant le maïs et la courge. La courge se propage le long de la base des plantes, agissant comme un paillis vivant qui supprime les mauvaises herbes et maintient le sol humide.


Les pommes de terre bénéficient du raifort comme voisin, car le raifort contient des huiles spécifiques dans leurs racines. Ces huiles sont antifongiques, antibactériennes et dissuadent les insectes nuisibles courants, notamment les pucerons et le dendroctone de la pomme de terre.


Le concept derrière ces deux est appelé la plantation d’accompagnement. Comme dans nos vies, nous avons des amis qui nous aident à grandir.


Le couple a passé deux mois à préparer son jardin! Ouais! Le jardin a à peu près la taille d’un court de tennis et ils travaillent actuellement à l’assemblage de leur longue serre de 60 pieds. Le processus a commencé par déposer une couche de carton, oh, mais attendez, avant même de pouvoir la poser sur le sol, ils devaient s’assurer qu’il n’y avait pas de colle, pas de ruban adhésif et même faire attention aux encres nocives qui pourraient avoir été sur eux.


Leur salon était plein « à craquer ». Ensuite, ils ont ajouté une couche de foin et puis ils ont ajouté le compost. Avec le temps, le carton se décomposera et fusionnera les deux couches.


Où comme si vous deviez le labourer, vous dérangez vraiment le microbiome et rapprochez les mauvaises herbes de la surface.

« Notre objectif est de devenir certifiés biologiques, ce qui peut être un long processus. En attendant, nous voulons assurer à tous que nous gérons notre entreprise de manière naturelle et intègre. Nous voulons rester transparents sur la façon dont nous opérons pendant que nous attendons notre certification » nous apprend Mike.


Renée et Mike prévoient suivre le modèle d’affaires de Community, Supported, Agriculture (CSA) qui est une forme de partenariat entre l’agriculteur et le consommateur, permettant aux agriculteurs d’obtenir de l’argent et de donner aux consommateurs une quantité prédéterminée de produits frais de la ferme chaque semaine. 


P.-S. : Ils aimeraient remercier leurs parents, amis et la communauté pour toute l’aide qu’ils ont reçue et qu’ils reçoivent continuellement. Renée et Mike sont entièrement reconnaissants.

Mike et Renée dans leur jardin.

TUSKET : Krista Spinney est directrice générale de la garderie Le Jardin des Petits depuis décembre 2019. Mme Spinney travaille à cette garderie depuis les onze dernières années. Elle avait été embauchée par Lisa Shaw, la première directrice générale pour faire la cuisine. Au fur et à mesure, elle a obtenu les formations suivantes : orientation à la petite enfance, niveau 1 et niveau 2. Son deuxième niveau a été obtenu par l’acquisition des acquis reconnus par le Ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance de la Nouvelle-Écosse.

DARTMOUTH : Comme vous le savez déjà, le Camp de jour 2020 sera différent dû à la situation liée à la pandémie du COVID-19. Notre équipe souhaite tout de même offrir une programmation estivale pour la jeunesse francophone de la Municipalité régionale de Halifax, et ce en respectant les restrictions des lignes directrices de la Province. Notre travail des derniers mois a mené à la création du programme estival, Franco-folies 2020 en remplacement du Camp de jour traditionnel.

SAINT-JOSEPH-du-MOINE : Dans le comté d’Inverness la musique traditionnelle a été transmise de génération en génération. Dans les dernières décennies, la région de Chéticamp a placé beaucoup d’efforts dans la préservation et la promotion de tel matériel. Le Conseil des arts de Chéticamp contribue à la préservation des arts et de la culture dans la région par sa capacité de livrer un grand choix de productions théâtrales et musicales. Le Conseil est basé à l’École NDA avec sa scène théâtrale à la fine pointe où les jeunes ont fréquenté l’estrade de même que des artistes de partout au monde.

FRANCOPRESSE : La 8e édition des Jeux de la francophonie canadienne (JeuxFC) devait avoir lieu pour une toute première fois en Colombie-Britannique à l’été 2020. En raison de la pandémie de COVID-19, ils se tiendront finalement du 13 au 17 juillet 2021, toujours à Victoria. Une décision difficile, mais jugée nécessaire par les organisateurs.

POMQUET : Pour la première fois en trois ans, nous avons eu un carnaval tout blanc à Pomquet. La température était belle, aucune activité n’a été annulée et il y avait de la neige pour la soirée de glissade! Cette année encore, des centaines de personnes ont circulé dans le village pour venir aux activités du carnaval entre le 14 et le 23 février. Il y en avait pour tous les goûts, avec des jeux, de la musique, du fricot, entre autres.

POINTE-de-l’ÉGLISE : Vous voulez contribuer aux recherches pour mieux comprendre les effets des médias sur le développement des enfants? Le Laboratoire d’études sur la petite enfance de l’Université Sainte-Anne est à la recherche de parents d’enfants âgés entre 30 et 48 mois pour participer à une étude.

RIVE-SUD : En décembre 2019, pour donner le goût aux élèves de contribuer à leur communauté, le Centre scolaire de la Rive-Sud a organisé une activité de collecte de dons pour la banque alimentaire. S’inspirant des douze jours de Noël, pendant dix jours, les élèves étaient encouragés à apporter un don pour la banque alimentaire. Une différente suggestion d’ar ticle était donnée chaque jour, avec une promesse d’un « Pizza Party » pour la classe qui réussirait à ramasser le plus d’aliments non périssables.

RIVE-SUD : Dix-neuf élèves ont très bien représenté le Centre scolaire de la Rive-Sud dans la compétition de qualification du First Lego League qui a eu lieu sur le campus du NSCC à Bridgewater le vendredi 6 décembre. Ils ont très bien démontré les valeurs fondamentales qui font partie intégrante de la compétition. Un gros bravo aux élèves!

TUSKET : Pendant les dernières semaines, il y a eu deux bonnes nouvelles provenant de l’École secondaire de Par-en-Bas (ESPB). D’un côté, l’équipe féminine senior a gagné un championnat provincial au volley-ball. De l’autre côté, l’ESPB a été choisie pour accueillir un centre de métiers spécialisés pour les élèves au secondaire deuxième cycle.

Bravo! Le Courrier a reçu plus de 700 dessins et 100 contes! Un grand merci aux écoles qui ont participé au 48e concours : École Pubnico-Ouest, École Belleville, École Wedgeport, École Stella-Maris, École Joseph-Dugas, Centre scolaire de la Rive-Sud, École Beaubassin, École Bois-Joli, École NDA, École acadienne de Pomquet, École des Beaux-Marais, École Mer et Monde et École Rose-des-Vents.

TUSKET : L’École secondaire de Par-en-Bas (ESPB) a envoyé deux équipes afin de participer à un tournoi de volley-ball à St. John’s Terre-Neuve. Le tournoi a eu lieu les 25, 26, et 27 octobre. Claudette Deveau, entraîneuse de l’équipe senior masculine, a accompagné onze de ses joueurs à ce tournoi. Katrina Surette, entraîneuse de l’équipe senior féminine, a accompagné une équipe de treize athlètes.

HALIFAX : Il n’y a pas que les étudiants qui ont fait leur rentrée. Le Conseil jeunesse provincial de la Nouvelle-Écosse (CJP) était aussi de la partie et a connu un mois de septembre rempli de nouveautés et d’activités.

HALIFAX : Le Conseil jeunesse provincial de la Nouvelle-Écosse (CJP) a tenu son assemblée générale annuelle (AGA), le 27 septembre 2019, à Debert dans le cadre du Forum des conseils étudiants du Conseil scolaire acadien provincial (CSAP).

MONCTON (N.-B.) : Le jeune artiste acadien Jacques Surette est en nomination dans la catégorie Artiste acadien/francophone de l’année aux Prix Music Nova Scotia. Le choix du lauréat se fera lors de la Semaine Music NS qui aura lieu à Truro du 7 au 10 novembre 2019. Les autres sélectionnés dans cette catégorie sont Maxim Cormier et Selby Evans.

La BUTTE : Une cinquantaine de parents ont participé à la vente de produits créés par six entreprises de jeunes âgés de 9 à 11 ans (soit de la 4e à la 6e année). Ceux-ci ont participé au Camp d’entrepreneuriat d’été 2019 à l’École secondaire de Clare. Douze jeunes des écoles Joseph- Dugas de la Pointe-de-l’Église et Stella-Maris de Meteghan ont participé au Camp qui s’est tenu du 8 au 11 juillet.

TUSKET: La neuvième édition annuelle du spectacle Star Acadie a été présentée à la salle Père-Maurice-LeBlanc au Centre communautaire de Par-en-Bas. Cet événement organisé par le Festival acadien international de Par-en-Bas a eu lieu le mercredi 10 juillet 2019. Le spectacle s’est déroulé entièrement en français devant une foule impressionnante et reconnaissante pour la qualité et la grande variété de musique.