Assemblée générale annuelle du CJPNE : version virtuelle

DARTMOUTH :  Le Conseil jeunesse provincial a tenu son Assemblée générale annuelle (AGA) le 18 septembre dernier.

Cette année, l’AGA a été sous forme virtuelle. Vingt-deux (22) membres et quatre (4) partenaires observateurs ont participé. L’AGA a été présidé par un ancien président du CJP, Charles MacDougall.


L’AGA permet aux jeunes francophones et Acadiens de représenter leurs intérêts et leurs écoles au sein du CJP. Celle-ci permet aux jeunes de tisser des liens avec d’autres jeunes d’expression française, de découvrir de nouvelles réalités et de participer à une démocratie par et pour la jeunesse. 


Le nouveau conseil de direction et le conseil d’administration :


-    Aisha Sommerfeld, présidence

-    Riley LeBlanc, vice-présidence

-    Alexandria d’Éon,  secrétaire-trésorière

-    Shereen Sommerfeld, Région centrale et  École Rose-des-Vents

-    Adèle Comeau, École secondaire de Clare

-    Clarisse Gillet, Centre         scolaire Étoile de l’Acadie

-    Rafe Mury, ÉcoleBeau-Port

-    Andréane Gagnon, École NDA

-    Maddison Bezzaire, Région Nord-Est et École acadienne de Pomquet

-    Daphnée de Lamirande, École secondaire du Sommet

-    Kaylee Bourque, École secondaire de Par-en-Bas

-    Dandri Normand,  École secondaire Mosaïque

-    Katryn Brow,  Poste-secondaire

-    Bailey Ross, Université Sainte-Anne


Le CJP remercie  tous les membres, le CSAP, les parents/tuteurs qui ont permis aux jeunes d’assister et les partenaires d’avoir participé à cette AGA virtuelle. Sans eux, cette AGA n’aurait pas été un succès. De plus, le CJP remercie le conseil de direction et le conseil d’administration 2019-2020 d’avoir relevé les défis de la pandémie. 





À propos du Conseil jeunesse provincial de la Nouvelle-Écosse


Le CJP est un organisme à but non lucratif géré PAR et POUR la jeunesse acadienne et d’expression française de 12 à 25 ans de la Nouvelle-Écosse. Il représente et défend les intérêts de celle-ci, ainsi que lui fournit une animation et un encadrement en français lui permettant de développer sa fierté linguistique et culturelle pour qu’elle exerce son plein leadership dans les communautés.