Chantal Surette, gérante du CIT Rendez-vous de la Baie.
Chantal Surette, gérante du CIT Rendez-vous de la Baie.

Une piste pour le tourisme francophone

Karine Piché-LaRocque
Le centre d’information touristique Rendez-vous de la Baie en Nouvelle-Écosse serait un bon modèle collaboratif qui devrait servir d’exemple pour les communautés à majorité francophone du Nord de l’Ontario. Ce centre d’information touristique (CIT) favorise le tourisme francophone tout en étant un élément culturel important dans les communautés acadiennes. Ces conclusions sont avancées dans une recherche publiée ce printemps par Myfanwy Pope de l’Institut des politiques du Nord.

     Le Rendez-vous de la Baie est un centre culturel qui accueille les touristes dans la municipalité de Clare. Ce centre présente différentes activités et plusieurs locaux qui mettent de l’avant la fierté de la communauté francophone de la région. Il contribue également au développement du tourisme francophone.

     Il existe plusieurs parallèles entre les Franco-Ontariens et les Acadiens. Notamment, les deux cultures sont ancrées dans une population francophone située dans des provinces à majorité anglophone. Par conséquent, elles ont dû mener plusieurs luttes contre l’oppression linguistique et culturelle. Ces combats ont aidé la municipalité de Clare à mettre en place une stratégie touristique qui fait non seulement la promotion de sa culture, mais protège aussi son identité.

     D’ailleurs, le CIT Rendez-vous de la Baie met en valeur des images significatives qui se réfèrent aux caractéristiques uniques en matière de culture et de langue tout en favorisant l’authenticité et le régionalisme. Tout comme les régions acadiennes en Nouvelle-Écosse, les communautés francophones au Nord de l’Ontario pourraient profiter de cette stratégie touristique afin de rehausser la visibilité de certaines activités culturelles franco-ontariennes tout en nourrissant des sentiments positifs concernant la francophonie.

     De plus, selon Destination Northern Ontario, les touristes préfèreraient les CIT, contrairement aux sites web, puisqu’ils apprécient les interactions en personne. Donc, la création de centres culturels dans le Nord de l’Ontario pourrait attirer une panoplie de touristes tout en améliorant les perceptions de la culture franco-ontarienne. Si les communautés franco- ontariennes intégraient des CIT qui inspireraient et valoriseraient la fierté francophone tout en adoptant un rôle collaboratif, il y aurait beaucoup plus de possibilités de financement. Notamment, les CIT pourraient diminuer leurs coûts de fonctionnement grâce à des partenariats. En étant intégrés dans leur communauté, les CIT pourraient servir de locaux communautaires pour accueillir des événements culturels et sociaux.


« Il existe plusieurs parallèles entre les Franco-Ontariens et les Acadiens. Notamment, les deux cultures sont ancrées dans une population francophone située dans des provinces à majorité anglophone. »
Karine Piché-LaRocque

     Le marketing bilingue est un autre aspect à considérer pour la création de CIT. Par exemple, il serait nécessaire d’intégrer des brochures traduites, des médias en ligne bilingues ainsi qu’un service offert par des Franco-Ontariens. Cela pourrait inciter les visiteurs à prolonger la durée de leur visite et à dépenser davantage dans la région tout en démontrant que l’identité francophone est un avantage local autant sur le plan économique que social.

     Le tourisme francophone serait un atout important afin de conserver l’identité francophone dans les régions franco- ontariennes du Nord de l’Ontario. Il permettrait de favoriser la promotion et les célébrations de la culture franco-ontarienne d’hier et d’aujourd’hui.

     Cette approche pourrait promouvoir le marché touristique francophone dans le Nord de l’Ontario. L’intégration des CIT dans les communautés franco- ontariennes pourrait contribuer à intensifier la nature participative des activités touristiques à l’intention du marché touristique francophone.