Un peu de vent a endommagé la résidence de Margo Chisholm à Point Cross alors que les vents d’est ont pilonné la région le jour de la marmotte.  
Un peu de vent a endommagé la résidence de Margo Chisholm à Point Cross alors que les vents d’est ont pilonné la région le jour de la marmotte.  

La tempête de vent de Suête à 203 km/h le Jour de la marmotte

La section de côte entre Margaree et Bay St. Lawrence dans notre comté est bien connue pour ses vents sauvages - les suêtes qui sont des vents de la force d’un ouragan. Mardi dernier, le 2 février, Jour de la marmotte, beaucoup étaient à l’écoute des émissions, espérant une prédiction de printemps précoce, mais il y avait autre chose qui dépassait les nouvelles locales du jour, une autre Suête était en route.
Photo de l’enregistrement de la rafale de vent qui a atteint 203 km/h à la résidence de Frank et Bernice Aucoin à Saint-Joseph-du-Moine le 2 février 2021. Un des endroits les plus venteux de la région acadienne.
Le véhicule de Pierre Chiasson sur l’île de Chéticamp, fortement endommagé par la récente tempête de vent du 2 février 2021.

Nous utilisons souvent l’expression Nord du Cap-Breton isolé, la Causeway étant fermée aux véhicules de grande hauteur en raison des vents violents, des inondations, du grésil, de la neige, et de la pluie, entre autes. Pour ceux qui envisageaient de se rendre dans cette partie de l’île, il était préférable de rester sur place. Pour ceux qui ont voyagé par ce temps de folie, c’était un véritable voyage. Cet hiver, par moments, nous avons l’impression de recevoir le temps des quatre saisons en quelques jours. Beaucoup en sont venus à respecter et à se préparer à ces vents, et pour cause. Les ennuis arrivent à ceux qui ne font pas attention aux suêtes. Environnement Canada indique les avertissements météorologiques et les alertes de temps violent afin que nous puissions être conscients et prêts. Cette fois-ci, les prévisions annonçaient des rafales de 170 km/h, mais, une fois de plus, Dame Nature nous a réservé autre chose, puisqu’elle a envoyé des rafales de vent d’est beaucoup plus fortes qui ont atteint 203 km/h, comme on l’a enregistré à Saint-Joseph-du-Moine, à la résidence de Frank et Bernice Aucoin. 


L’année dernière, en février, une suête avec un vent de 229 km/h a été enregistrée à ce même endroit. Si l’on y réfléchit bien, des vents soutenus à 229 km/h seraient considérés comme un ouragan de catégorie 4. Nous avons de la chance qu’il s’agisse de rafales et non de vents incessants qui causent des dégâts. J’ai eu l’occasion de discuter avec Bernice LeBlanc-Aucoin et elle m’a parlé de la vie dans l’un des endroits les plus venteux de la région acadienne.


Beaucoup se souviendront de cette maison comme de l’ancien bureau de poste de Saint-Joseph-du-Moine : « Les vents ici sont fous et c’est une bonne chose que nos gens sachent construire des maisons pour supporter de telles tempêtes. Lorsque notre compteur de vent a atteint 203 km/h, l’électricité s’est coupée peu après, ce qui a rappelé des souvenirs d’une Suête d’il y a quelques années » . Elle a poursuivi : « L’un des pires vents pour nous, c’était le 4 janvier 2018, le vent a également enregistré 203 km/h et c’était une nuit terrifiante. La gouttière s’est détachée de la maison, a heurté la maison et s’est coincée dans la balustrade de la véranda. Frank a pu la récupérer lorsque le vent s’est calmé. Dieu merci, il n’y avait pas de fenêtre cassée et les volets étaient ouverts! C’était assez effrayant quand ça a frappé la maison ». « Je crois que c’était le même événement de vent, où le panneau de notre boîte à ordures a été arraché et heureusement, le vent l’a soufflé si haut et il a atterri dans notre champ arrière, sur le côté de notre garage. Nous avons eu la chance qu’il ne souffle pas dans la maison », dit Bernice. Elle conclut : « Les suêtes touchent les gens de nombreuses façons. Pour moi, l’un des aspects est qu’à cause de la pression barométrique des grands vents, mes sinus s’enflamment et oh là là, la pression. Cela peut même affecter mon œil droit. C’est brutal avec des maux de tête qui donnent l’impression que votre tête va exploser avec les vents constants ». 


Cette récente tempête de vent a causé quelques dégâts, mais heureusement personne n’a été blessé. Margo Chisholm, originaire de Pleasant Bay et résidant aujourd’hui à Point Cross, a décrit la fête de la marmotte : « C’était un vent vicieux! Je vis dans cette maison depuis huit ans et après avoir perdu quatre fois un revêtement à différentes occasions, c’est de loin le pire que j’ai connu. Bien sûr, quand le courant a été coupé, cela m’a semblé encore pire ». Elle a ajouté : « Le bruit du vent d’est et de l’arrachage des bardages morceau par morceau était plutôt effrayant. J’ai entendu parler des suêtes toute ma vie, mais tant que vous ne l’aurez pas vécu, il est difficile de comprendre à quel point elles sont puissantes! André Poirier du Plateau a parlé de cette tempête de vent : « Nous sommes habitués aux suêtes, mais ces vents d’est sont féroces. Celle-ci a été mauvaise, la pire depuis longtemps ». Il a poursuivi : « À l›heure du souper, le vent n’étant même pas à son maximum, nous avons reçu un appel d›un voisin nous conseillant de regarder dehors qu’il y avait des dégâts dans la cour. Bien sûr, grâce à un éclairage spécial dans la cour, nous avons pu voir l’autocaravane ancrée de ma fille et de son mari, qu’ils utilisent pendant les mois d›été, basculer sur quelques ski-doos. C’était un sacré coup de vent, mais personne n’a été blessé, c’est donc le principal! »


Pierre Chiasson et sa femme Heather, vivent sur l’île de Chéticamp. Ils sont entièrement exposés aux vents de la suête qui balaient les montagnes et s’abattent sur la mer. Pierre a parlé de la récente tempête : « La maison grince et les fenêtres se plient quand le vent souffle. Le dernier gros coup de vent a eu lieu le 2 février et a dépassé les 200 km/h. J’envisage sérieusement d’installer une station météorologique pour mesurer la vitesse du vent qui souffle plus fort ici, alors que le vent balaie la baie, prends de la vitesse et frappe notre maison ». Il a poursuivi : « Nous sommes à environ 200 pieds de l’eau et le vent prend des feuilles d’eau et les jette contre la maison. La précédente grande suête avait eu lieu en janvier et elle soufflait à au moins 200 km/h. Nous avons perdu des gouttières lors de cette tempête. Nous pouvions l’entendre battre dans le vent, mais nous ne pouvions pas sortir pour vérifier ce qui se passait. Il est impossible de se tenir debout dans ce genre de vent ». 


« Le 2 février, la tempête a pris une autre bande de gouttières. Nous devrons tout remplacer l’été prochain. Après la coupure de courant vers 20 heures, je suis sorti par la porte de derrière pour mettre en marche le générateur. C’est l’endroit le plus abrité, mais le vent était incroyable même là », raconte Pierre. « C’était comme un vortex qui semblait vouloir me soulever. J’aime l’aventure des grands vents et des tempêtes, mais comme j’étais derrière la maison et que je sentais la puissance brute du vent même là, cela m’a fait respecter la force incroyable de celui-ci plus que je ne l’avais fait auparavant». 


Pierre a ajouté : « Le lendemain matin, lorsque le vent s’est calmé, j’ai pensé que nous n’avions pas trop souffert, jusqu’à ce que mes voisins m’envoient un message avec un commentaire « Désolé pour votre véhicule ». Je n’avais pas remarqué, mais mon RAV4, que j’ai garé sur le côté de la maison. Un endroit qui est un peu à l’abri de l’est, qui est encore plus puissant que le vent du sud-est. La lunette arrière de mon véhicule a été soufflée. Je n’ai pas pu trouver de rocher, donc soit c’était du gravier qui a été ramassé par le vent et jeté contre lui, soit la force du vent a brisé la vitre. Il y avait du verre dans toute la voiture et dans tout le stationnement et la pelouse. Je sais que j’en trouverai encore pendant des mois. Bien sûr, l’intérieur du véhicule était trempé, mais j’ai fait nettoyer et remplacer la vitre. Au moins, il n’y avait pas de glace sur la baie cette fois-ci. Quand nous avons des vents forts avec de la glace sur la baie, elle ramasse des cristaux de glace et souffle du sable sur l’avant de la maison. Cela enlève la peinture de nos bardeaux de bois, donc nous devons repeindre en été. »


« Même si le vent hurle et grince, et que je me demande parfois si le toit va rester sur la maison, nous avons une vue magnifique et aimons notre coin de l’île, sans avoir envie de vivre ailleurs. Nous vivons avec le vent et acceptons les inconvénients qui en découlent, car les avantages dépassent largement les difficultés », conclut Pierre. 


Tout au long de la tempête, les médias sociaux ont été inondés de reportages sur le vent et de discussions axées sur la tempête. Il y a eu des commentaires de maisons qui tremblaient, de meubles qui se balançaient, de plantes qui se balançaient et de fenêtres qui bougeaient, de fissures dans les murs, de bruit qui ressemblait à celui d’un train de marchandises essayant de passer par la maison, etc. Beaucoup ont parlé de la transformation de la tempête en vents d’est, ce qui ne peut pas être bon, car il s’agit généralement de rafales encore plus fortes. Beaucoup de gens ont commencé à se souvenir des suettes passées. Le lendemain matin, les gens ont partagé certaines de leurs expériences et des photos de dommages.


Oui, très typiques de cette région sont les vents locaux destructeurs connus sous le nom de suête, une déviation française du mot sud-est. Ces forts vents du sud-est se produisent avant un système de basse pression, car l’air est canalisé à travers des brèches dans les hautes terres du Cap Breton. La bordure ouest du plateau des hautes terres du Cap-Breton descend abruptement jusqu’au niveau de la mer à partir d’une altitude d’environs 400 mètres. Les vents du sud-est qui se lèvent sur le côté est de l’île traversent le plateau et s’accélèrent fréquemment à des vitesses élevées sur la pente raide en condition de masse d’air stable. Parfois appelés les vents sauvages du Cap-Breton, ces vents ont mystifié notre peuple pendant des années.   


(J’attends avec impatience les histoires et les photos que vous pourriez avoir à partager avec moi. Vous pouvez me contacter via Facebook, rejoindre le groupe Suête winds sur Facebook ou envoyer un courriel à minniemoine@hotmail.com. Mon numéro de téléphone : 902-224-2492). 

 Le véhicule RV ancré s’est renversé sur deux motoneiges près de la résidence d’André Poirier dans le Plateau.