De gauche à droite : Annette Verschuren, membre du Conseil de croissance économique du premier ministre, le premier ministre Iain Rankin, Beth Mason, PDG du Verschuren Centre, et l’honorable Derek Mombourquette, ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, posent devant des panneaux solaires et un parc éolien situé à proximité, sur le toit du Verschuren Centre, sur le campus de l’Université du Cap-Breton.  
De gauche à droite : Annette Verschuren, membre du Conseil de croissance économique du premier ministre, le premier ministre Iain Rankin, Beth Mason, PDG du Verschuren Centre, et l’honorable Derek Mombourquette, ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, posent devant des panneaux solaires et un parc éolien situé à proximité, sur le toit du Verschuren Centre, sur le campus de l’Université du Cap-Breton.  

Des projets d’énergies renouvelables permettront la création d’emplois dans les régions rurales

Cathy Simon.
Cathy Simon.
DARTMOUTH – Le 10 juillet dernier, le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Iain Rankin a annoncé l’ouverture des propositions afin d’attirer des solutions novatrices et peu coûteuses pour fournir 10 % de l’électricité de la province à l’aide des énergies renouvelables telles que les éoliennes et l’énergie solaire.

Ce projet permettra de créer approximativement 4 000 nouveaux emplois, principalement dans les régions rurales de notre province, générant ainsi une somme de plus de 550 millions de dollars dans des activités de construction dans les comtés forts en vents, comme Guysborough, Pictou, Antigonish, Hants, Cumberland et Colchester. « Il s’agit de faire ce qu’il faut pour les contribuables et maintenir l’électricité à un prix abordable. Il s’agit également de s’assurer que nous atténuerons les risques pour les contribuables et d’établir un secteur énergétique qui attire les entreprises », a déclaré le premier ministre Rankin. Lorsque le projet sera mis en route, il permettra de réduire les gaz à effet de serre de plus d’un million de tonnes chaque année.

« Ce projet permettra de créer approximativement 4 000 nouveaux emplois, principalement dans les régions rurales de notre province. »

Présentement, la province est en négociation avec la Banque canadienne d’infrastructure afin de conclure des ententes de collaboration financière novatrices et concurrentielles pour les différents soumissionnaires. « Une entente avec la Banque canadienne d’infrastructure peut aider à lancer de nouveaux projets d’énergie renouvelable en Nouvelle-Écosse tout en renforçant notre leadership en matière de changements climatiques et en maintenant des tarifs abordables pour les Néo-Écossais », a déclaré Derek Mombourquette, ministre de l’Éducation et du Développement de la petite enfance, au nom du ministre de l’Énergie et des Mines, Chuck Porter.


Le premier ministre a également annoncé une nouvelle norme en matière d’électricité renouvelable, qui exige que 80 % de l’électricité de la Nouvelle-Écosse provienne de ressources renouvelables d’ici la fin de la décennie. C’est notamment cette demande de propositions qui aidera la Nouvelle-Écosse à atteindre son objectif de 80 % et ainsi soutenir la réduction de 53 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 et atteindre le niveau zéro d’ici 2050. La norme révisée signifie une augmentation de 40 % par rapport aux niveaux actuels d’énergies renouvelables utilisées dans le système électrique de la Nouvelle-Écosse. Les changements sont autorisés en vertu de la Electricity Act. 


Les résultats des demandes de propositions permettront à la province d’atteindre environ 70 % d’électricité renouvelable et le 10 % supplémentaire devra être atteint d’ici 2030.