Karina Jeddry qui observe de près une petite tortue qui se dirige vers la mer.
Karina Jeddry qui observe de près une petite tortue qui se dirige vers la mer.

Une expérience de vie à étudier les tortues au Costa Rica

METEGHAN : Le jeudi 25 octobre, 36 membres et invitées de l’Association Madeleine LeBlanc se sont réunies au Seashore Restaurant dans l’ambiance de l’Halloween pour partager un délicieux repas.

     Betty Ann German a présenté l’invitée de la soirée, Karina Jeddry. Mme Jeddry, une jeune femme passionnée par la nature, l’environnement, la diversité des espèces vivantes ainsi que les diverses cultures, a poursuivi ses études postsecondaires au Nova Scotia Community College, campus de Lunenburg, dans le programme Ressources naturelles de l’environnement. En juin 2014, elle et deux autres étudiantes ont choisi de faire un stage au Costa Rica pour faire y étudier les tortues.

     À l’aide d’une présentation PowerPoint, Mme Jeddry a commencé par situer Costa Rica sur une carte géographique. Costa Rica est un pays d’Amérique centrale situé entre la mer des Caraïbes à l’est, l’océan Pacifique à l’ouest, Nicaragua au nord et Panama au sud. La capitale, San José est la plus grosse ville du pays.


« Apprendre l’espagnol a été un défi car le professeur n’avait aucune connaissance du français ni de l’anglais. »
Karina Jeddry

     L’aventure a commencé dès leur arrivée au Costa Rica. La première semaine elles ont suivi un cours d’espagnol à la Costa Rica Language Academy (CRLA). Apprendre l’espagnol a été un défi car le professeur n’avait aucune connaissance du français ni de l’anglais. Elles ont quand même appris la langue suffisamment pour communiquer avec les habitants. Ensuite, elles ont voyagé en bateau le long d’une rivière pendant une heure pour se rendre à un petit village dans la forêt, bordant la mer des Caraïbes, un village sans électricité. Chaque jour, on leur attribuait des tâches comme le nettoyage de la plage, le compostage, le recyclage de plastique ainsi que le nettoyage autour de la maison. Le soir et la nuit, elles devaient assurer une garde de nuit sur la plage. Durant ces gardes, elles marchaient le long de la plage afin de dissuader les braconniers à la recherche d’œufs de tortue pour les manger ou les vendre. Les braconniers vendent aussi la chair de tortues. Malheureusement, les tortues sont devenues une espèce en voie de disparition.

     Durant leur garde, les étudiantes devaient examiner le sable pour y déceler des pistes de tortues et des trous d’œufs. Quand elles trouvaient une tortue, elles se couchaient sur le sable et l’observaient. Elles ne devaient pas distraire la tortue. Cette dernière creuse un trou pour y pondre ses œufs et, pendant la ponte, elle entre dans une transe, un état de semi-conscience. Pendant cette transe, les observateurs prennent des mesures et prélèvent d’autres données. La tortue peut pondre plusieurs œufs, même jusqu’à 110. Après avoir pondu ses œufs, elle les recouvre de sable et s’éloigne du nid pour ne jamais y retourner. Les observateurs retirent le sable du trou et apportent les œufs à une alevinière où ils ont plus de chance de survivre. Même si la tortue ne retourne pas au nid après avoir pondu ses œufs, souvent elle retournera à la même plage pour y pondre d’autres œufs. La tortue Luth (leatherback turtle) est sans doute l’une des plus impressionnantes par sa taille et son poids.

     Mme Jeddry dit qu’une tortue devient mature sexuellement à l’âge de 25 ans. Elle explique les divers facteurs qui influencent le sexe des petits. Il est impossible de connaître l’âge d’une tortue vivante.

     Les trois étudiantes ont aussi voyagé vers la côte Pacifique pour étudier les tortues de cette région. Ici, les tortues sont noires et moins grosses. Il n’y avait pas de braconniers sur les plages du Pacifique, mais elles ont rencontré plusieurs touristes.

     Karina Jeddry a aussi parlé de la cuisine du Costa Rica. Le plantain et les fèves noires sont des éléments de base et souvent ils sont servis à tous les repas, incluant le petit-déjeuner. Le plantain est un fruit de la famille des bananes et peut être utilisé de plusieurs manières : frit dans l’huile, cuit au four, bouilli en soupe et servi en dessert.

     Les habitants du Costa Rica se saluent en disant « Pura Vida! », une expression qui signifie vie simple/vie pure. C’est leur manière de dire bonjour ou au revoir.

     Après quelques questions et réponses, Mme German a terminé la soirée en remerciant Mme Jeddry d’avoir accepté de partager ses expériences d’étude du Costa Rica.