L’île Peases est maintenant protégée pour toujours, grâce au Nova Scotia Nature Trust.
L’île Peases est maintenant protégée pour toujours, grâce au Nova Scotia Nature Trust.

La Nature Trust protège l’Île PeasesUn cadeau de retour au Pays pour les Oiseaux

YARMOUTH : Alors que les Néo-Écossais s’isolent et restent proches de chez eux à cause du virus Covid 19, d’innombrables oiseaux s’embarquent dans une longue aventure miraculeuse pour nous rejoindre. Des minuscules colibris aux majestueux balbuzards pêcheurs, les oiseaux migrateurs ont commencé à parcourir les milliers de kilomètres qui les ramènent à leur habitat estival en Nouvelle-Écosse. Et cette année, une merveilleuse surprise les attend. L’île Peases, une première escale essentielle à la fin de leur voyage est maintenant protégée, pour toujours, grâce au Nova Scotia Nature Trust. Le Nova Scotia Nature Trust espère que la bonne nouvelle apportera un peu de lumière et d’encouragement aux Néo-Écossais.

     Bonnie Sutherland, la directrice générale de la Nature Trust, a noté, « En ces temps difficiles, pour nous tous, la nature peut être une grande source d’espoir et d’inspiration. Le printemps apporte le renouveau—nos forêts et nos jardins remplis du chant joyeux des oiseaux. Et cette année, leur chant sera peut-être encore un peu plus doux sachant qu’une zone importante pour les oiseaux a été protégée pour toujours. »

     Alors que les populations d’oiseaux subissent un déclin alarmant à travers le monde, la Nature Trust apporte des nouvelles opportunes et encourageantes pour les oiseaux, et les gens qui les aiment, avec l’acquisition de l’île de Peases. Située au large de l’extrémité sud-ouest de la province, près de Yarmouth, la propriété de 28 acres comprend une diversité d’habitats côtiers qui inclue landes côtières, plages, marais salés et lagunes. Ces habitats constituent un important domicile pour une variété d’oiseaux, y compris plusieurs espèces en voie de disparition, pendant toute l’année. Ils sont aussi une halte essentielle pour l’alimentation et le repos des oiseaux sur la voie de migration de l’Atlantique.

     L’île de Peases agrandit un réseau croissant d’îles protégées par la Nature Trust dans les îles Tusket, une chaîne d’îles à la pointe sud-ouest de la Nouvelle-Écosse d’importance mondiale pour le rétablissement et la conservation des oiseaux.

     « Alors que les populations d’oiseaux subissent un déclin stupéfiant ici en Nouvelle-Écosse et à travers le monde, nous sommes ravis d’obtenir une nouvelle victoire essentielle pour la protection des oiseaux avec la protection de l’île Peases, » souligne Sutherland.

     Alors que 96 % des îles côtières de la région appartiennent à des propriétaires privés et seulement 6 % sont protégées, la conservation des îles est essentielle à la protection de la biodiversité côtière ainsi qu’au rétablissement et au maintien des populations d’oiseaux. L’île Peases s’ajoute à plus de 1000 acres d’îles protégées dans la région des îles Tusket, y compris le groupe voisin des îles Bald de la Nature Trust, les 340 acres de l’île Bon Portage, protégée grâce une servitude de conservation avec l’Université Acadia, et plus de 650 acres sur l’illustre île Seal.

     Un rapport récent, l’État des oiseaux de l’Amérique du Nord, a sonné l’alarme, estimant que 30 pour cent des oiseaux, soit environ un milliard d’oiseaux, ont disparu de l’Amérique du Nord depuis 1970. Un tiers des espèces d’oiseaux à travers le continent sont menacés d’extinction. Quarante pour cent des populations d’oiseaux migrateurs sont en déclin. La conservation de 430 espèces qui migrent à travers le Canada, les États-Unis et le Mexique est considérée « très préoccupante » à cause de la perte d’habitat et des changements climatiques attribuables à l’activité humaine. Les scientifiques affirment que si ces tendances ne sont pas corrigées rapidement, le redressement ne sera tout simplement pas possible. La protection des habitats importants pour les oiseaux est essentielle.

     Les oiseaux de mer et de rivage, deux groupes dont le déclin mondial est parmi les plus importants, vont particulièrement bénéficier de la protection de l’île, y compris plusieurs espèces en péril. La sterne de Dougall, une espèce en voie de disparition, niche sur l’île. Ses effectifs ont chuté de moitié durant la dernière décennie, et seulement 70 paires survivent encore au Canada, uniquement en Nouvelle-Écosse, dont 75 % dans la région de la baie Lobster et des îles Tusket. C’est une espèce en situation critique; par conséquent, chaque couple nicheur sauvé a une incidence énorme sur la survie à long terme de l’espèce.

     « La protection de l’habitat de nidification de la sterne de Dougall est absolument essentielle au rétablissement de cette espèce en voie de disparition et à la conservation de la biodiversité au Canada, » a déclaré Bernadette Jordan, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne. « Le gouvernement du Canada est fier d’être partenaire de cet effort, qui est une étape importante pour la conservation des oiseaux migrateurs et pour la protection d’un quart des terres et des océans du Canada d’ici à 2025. La protection de l’île Peases par la Nature Trust est une excellente nouvelle pourles sternes de Dougall et pour les nombreuses autres espèces d’oiseaux de mer. »

     Une variété d’oiseaux de mer, des pluviers et bécasseaux aux bécassins et chevaliers semipalmés utilisent aussi les zones humides de l’île pour seravitailler et se requinquer pendant les migrations de printemps et d’automne, parfois en nombre très important. Les bécasseaux maubèches, une espèce en voie de disparition connue pour avoir une des plus longues migrations d’oiseaux au monde ont été observés sur l’île en automne au retour de leurs aires de reproduction estivales dans l’Arctique.

     L’île Peases abrite aussi une variété d’oiseaux durant l’hiver, dont le canard arlequin, une autre espèce en voie de disparition au Canada. D’autres oiseaux intéressants bien que moins connus qui utilisent l’île incluent le Harfang des neiges, l’alouette hausse-col, le bruant des neiges et le bruant lapon.

     La nature Trust travaille en collaboration avec le Service canadien de la faune (Environnement et Changement climatique Canada), le ministère de l’Environnement de la Nouvelle-Écosse, le ministère de la Terre et des Forêts, l’Université Acadia, d’autres partenaires académiques et de conservation ainsi que des membres de la communauté locale, afin de faire progresser la restauration, la recherche, la conservation et la gestioncollaborative de ce groupe d’îles véritablement unique et de grande valeur écologique dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse. L’île Peases va contribuer à cet effort collectif croissant.

     Ce projet a été entrepris avec le soutien financier du gouvernement du Canada. D’autres commanditaires généreux incluent le fonds de partage des terres de la Couronne de la Nouvelle-Écosse, la Donner Canadian Foundation, le William P. Wharton Trust, la Bonnell Cove Foundation, et d’autres personnes, familles et entreprises qui soutiennent les efforts de conservation de la Nature Trust, et le propriétaire de l’île, Dick Henry, l’intendant de longue date de l’île Peases.

     Fort de la dynamique croissante pour la conservation des îles et oiseaux côtiers dans la région, la nature Trust se prépare à des succès de conservation encore plus grands dans le courant de l’année, y compris l’achat d’une autre île voisine, l’île Spectacle, dont la protection est prévue plus tard ce printemps.

     Pour plus d’informations ou pour faire un don afin de soutenir la gestion de l’île Peases, l’acquisition de l’île Spectacle, ou de poursuivre la conservation et gestion des îles côtières au sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, visitez www.nsnt.ca ou appelez (902) 425-5263.

     La nature Trust est aussi à la recherche de bénévoles pour aider au suivi et à l’entretien à long terme des îles de la région ainsi que de plus de 118 autres aires protégées par la Nature Trust à travers la province.

Des associations francophones de partout au pays, de même que plusieurs députés fédéraux, demandent que les formulaires du recensement de 2021 soient modifiés afin de pouvoir brosser un portrait complet du nombre d’enfants dont les parents ont le droit de demander qu’ils soient instruits en français.

a BUTTE : Le 12 juin dernier, la Cour suprême du Canada a tranché en faveur de la Fédération des parents francophones de la Colombie-Britannique (FPFCB) et du Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique (CSF) dans la cause du mode de financement de l’éducation en français en contexte minoritaire.

WEDGEPORT : En mars 2018, le ministère de l’Éducation et du Développement de la petite enfance avait annoncé la construction d’une nouvelle école pour Wedgeport. Le 9 juin dernier, le ministre du MEDPE, monsieur Zach Churchill a annoncé que le nouveau site de l’École Wedgeport sera sur la route 334, tout prêt de l’école existante.

Le mandat du recteur et vice-chancelier de l’Université Sainte-Anne, Allister Surette, a été renouvelé pour un troisième mandat de cinq ans. C’est ce qu’a annoncé Martin Marcoux, président du Conseil des gouverneurs de l’Université, le 4 juin dernier. M. Surette sera donc recteur jusqu’au 30 juin 2026

OTTAWA : Les universités francophones du pays misent sur l’inscription d’étudiants internationaux pour stimuler la vie en français et renflouer leurs coffres. Les mesures sanitaires imposées par les gouvernements fédéral et provinciaux affecteront directement les inscriptions pour la rentrée 2020.

ALBERTA : Trois semaines après que l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) ait lancé une campagne de mobilisation pour sauver le Campus Saint-Jean de l’Université de l’Alberta, l’incertitude règne toujours quant à l’avenir du seul établissement postsecondaire de langue française à l’ouest du Manitoba. Le Campus fait face aux récentes compressions budgétaires en éducation postsecondaire du gouvernement de l’Alberta et à un gel de son financement reçu par le Programme des langues officielles en enseignement (PLOE) du gouvernement fédéral depuis 2003.

OTTAWA : L’Université de l’Ontario français (UOF) organisera son premier colloque étudiant cet été avant même d’accueillir des étudiants de premier cycle. Il sera virtuel et s’intéressera au monde après la COVID-19. Pour l’organisatrice Jade Boivin, le colloque servira à faire progresser la recherche en français, à créer des liens entre les chercheurs et à faire connaître la nouvelle université.

La BUTTE : Tous les élèves du Conseil scolaire acadien provincial (CSAP) ont la possibilité de poursuivre leurs études scolaires durant la pandémie COVID-19. « Les enseignants appuient les élèves dans la continuité de l’enseignement au moins jusqu’au 22 mai. La fermeture des écoles est toujours en évaluation par le ministère de l’Éducation et de la Petite-Enfance», a noté Michel Comeau, directeur général du CSAP.

POINTE-de-L’ÉGLISE : C’est sous le thème La recherche au service du bien commun : perspectives et enjeux que l’Université Sainte-Anne tiendra la 6e édition de sa semaine de la recherche. Coordonnée par le Centre acadien, cette édition est remplie d’activités pour tous les goûts

POINTE-de-l’ÉGLISE : Des étudiantes inscrites à l’Option immersion française intégrée à l’Université Sainte-Anne se préparent à vivre une année entière de découvertes culturelles dans le cadre d’un échange avec l’Université de Veracruz au Mexique. Elles vont participer à un projet de jumelage qui leur permettra de vivre des expériences marquantes et authentiques avec des étudiants et étudiantes du Mexique, tout en perfectionnant leur français.

REPENTIGNY (QC) : Du 13 au 15 janvier, une délégation composée de représentants du Collège Boréal en Ontario, du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick et de l’Université Sainte-Anne a visité les installations du Cégep régional de Lanaudière, notamment les centres de recherche et d’expertise de Joliette, L’Assomption et Terrebonne.

L’éducation est un droit humain, un bien public et une responsabilité publique. L’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 24 janvier Journée internationale de l’éducation afin de célébrer le rôle de l’éducation pour la paix et le développement.

PUBNICO-OUEST : L’École Pubnico-Ouest est contente d’accueillir Monique d’Entremont comme sa nouvelle agente de développement scolaire/communautaire. Monique d’Entremont se joint à un réseau d’agentes communautaires qui vont maintenant offrir un service dans toutes les écoles du Conseil scolaire acadien provincial (CSAP).

WEDGEPORT : Pendant la première semaine après les Fêtes, Le Courrier de la Nouvelle-Écosse a eu le plaisir d’avoir une conversation avec les quatre nouvelles agentes scolaires/ communautaires pour la région de Par-en-Bas. Notre dernière rencontre a été avec Colette Weaver, l’agente scolaire/ communautaire pour la région desservie par l’École Wedgeport.

BELLEVILLE : L’École Belleville est une autre de ces communautés scolaires du Conseil scolaire acadien provincial (CSA) qui a reçu pour la première fois, une agente de développement scolaire/ communautaire. En effet, Melissa Earle a été embauchée comme coordonnatrice le 18 octobre 2019. Son contrat, comme celui des autres agentes scolaire communautaire, est d’une durée d’un an à plein temps.

TUSKET: Michaela Smith, une Acadienne originaire de la région de Sainte-Anne-du-Ruisseau, a été nommée nouvelle agente de développement scolaire/ communautaire pour l’École secondaire de Par-en-Bas (ESPB). Elle remplace Issam Wade qui a démissionné au printemps pour accepter un emploi à Halifax avec le Conseil de développement économique de la Nouvelle-Écosse.