De gauche à droite : Joël Boudreau, Pam DeViller et Rick Doucette.
De gauche à droite : Joël Boudreau, Pam DeViller et Rick Doucette.

La Caisse populaire appuie les écoles du Conseil scolaire acadien provincial en Argyle

Norbert LeBlanc
PAR-en-BAS : La Caisse populaire Coastal Financial Credit Union a présenté un chèque aux quatre écoles du Conseil scolaire acadien provincial (CSAP) le mercredi 4 novembre. Le chèque de 10 000 $ et a été divisé en quatre parties.

Les écoles suivantes ont chacune reçu 2 500 $ pour appuyer les écoles avec leur programme de petit-déjeuner, un programme offert aux élèves qui fréquentent les écoles suivantes :  l’école secondaire de Par-en-Bas (ÉSPB), l’école Pubnico-Ouest, l’école Wedgeport, et l’école Belleville. La présentation a eu lieu devant d’ESPB, afin de respecter les protocoles imposés par Santé publique. Rick Doucette, le directeur général des Caisses populaires a présenté le chèque et les personnes suivantes représentant le CSAP ont accepté le chèque : Joël Boudreau enseignant à l’ÉSPB et Pam DeViller, directrice de l’ÉSPB.


Afin de mieux comprendre les détails entourant ce généreux don, Le Courrier de la Nouvelle-Écosse a eu une conversation par téléphone avec Pam DeViller le jeudi 19 novembre pour en discuter davantage. Il va sans dire que depuis l’arrivée de la pandémie, les entrevues à l’intérieur de l’école sont interdites et les informations sont obtenues soit par téléphone ou par communication virtuelle.


Pam DeViller a commencé son entrevue en parlant du programme de petit-déjeuner. Selon Mme DeViller, ce programme existe depuis plusieurs années dans les écoles à travers la province. La directrice nous a informés que l’apprentissage chez les jeunes a de meilleurs résultats si l’étudiant est bien nourri. Elle est de l’opinion qu’il y a plusieurs raisons pourquoi un enfant arrive à l’école sans avoir mangé avant son départ de la maison. Elle voit le rôle de l’école comme intermédiaire qui s’assure que tous les élèves, peu importe leurs situations personnelles peuvent recevoir un apprentissage pendant qu’ils sont bien nourri. Pam DeViller a expliqués qu’il y a deux endroits dans son école que les élèves peuvent se prendre une collation avant de se rendre en classe. Elle a également donné une liste de produits alimentaires qui sont disponible aux étudiants. Ces produits pourraient inclure des fruits, du fromage, du jus, des craquelins, ou des muffins, entre autres. Elle a louange les efforts de Suzette Saulnier, l’adjointe administrative qui coordonne cette activité à l’ESPB depuis plusieurs années. En effet Mme Saulnier assure l’achat et de la distribution de ces produits alimentaires à l’ESPB.


Pam DeViller a parlé du financement de cette activité de petit-déjeuner gratuit. Elle est reconnaissante envers le CSAP qui fournit un montant annuel. Elle nous a confié que l’école organise parfois des prélèvements de fonds pour appuyer ce programme et elle est reconnaissante envers la municipalité d’Argyle et la Caisse populaire qui ont fait des dons généreux dans le passé. Il est estimé que 100 étudiants utilisent quotidiennement le programme des petits-déjeuners.


En ce qui regarde les défis associés avec ce programme, Pam DeViller veut s’assurer que ces collations respectent les politiques de nutritions dans les écoles de la province. Elle veut aussi s’assurer que ce programme de petits-déjeuners soit rentable. Elle réalise que les goûts personnels des jeunes varient et elle et son équipe essaient de plaire aux goûts à tous les élèves.


La directrice a terminé son entrevue en parlant des succès de ce programme. Selon elle, le plus grand succès est que tous les élèves sont traités d’une manière égale, et tous les élèves sans jugement ont accès à ce service.


Dans un communiqué de presse de la Caisse populaire, la Caisse a annoncé que les organisations suivantes avaient reçu des dons de la Caisse : Tri-County Regional Center for Education, programme petits-déjeuners, 25 000 $; CSAP, programme petits-déjeuners 10 000 $ ; Yarmouth Farmer’s Market 3 600 $; Banque alimentaire de Yarmouth 2 000 $ ; La Fondation Charitable de l’hôpital régional de Yarmouth 2 000 $.