Le Premier ministre Rankin aborde l’avenir des entreprises rurales

Richard Landry
POINTE-de-l’ÉGLISE – Dans sa série de Pauses-café virtuelle, le Conseil de développement économique de la Nouvelle-Écosse (CDÉNÉ) a présenté le 7 juillet le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, l’honorable Iain Rankin. Le premier ministre a abordé le sujet de l’avenir des entreprises rurales : résilience et opportunités.

André LeBlanc, gestionnaire des Affaires et en Entreprenieurat auprès du CDÉNÉ, a animé la rencontre virtuelle qui a présenté des sujets et discussions pertinentes, selon lui, pour le succès économique des entreprises au sein des communautés acadiennes et francophones de la province. 


« Nous  discutons l’avenir des communautés rurales en tenant compte leur résilience et leur opportunité. Le moment est plus que jamais critique pour soutenir nos économies locales par nos propres actions, alors supportons nos entreprises locales et contribuez à la force de notre économie », a dit André LeBlanc.


Dans sa présentation, l’honorable Rankin a expliqué en anglais que la veille, soit le 6 juillet, il était dans la région de Clare où il a rencontré des entreprises locales. Il a noté le travail du Conseil de croissance économique qu’il a créé et qui comprend Lise Després, gérante de Comeau’s Sea Foods. Il a accepté les recommandations de ce Conseil qui vise à faire de la province la capitale de la reprise des entreprises. « Ces recommandations voient aussi à la position de la Nouvelle-Écosse pour un rétablissement économique fort alors que l’économie reprend », selon lui. 


« Les entreprises et les industries rurales sont extrêmement importantes pour la Nouvelle-Écosse. Notre province a de fiers antécédents en matière d’industries traditionnelles, soit la pêche, l’agriculture et l’exploitation forestière. Bon nombre de ces industries sont concentrées sur nos collectivités elles-mêmes », a-t-il dit en français. 


Il a dit avoir apprécié le travail du CDÉNÉ pour son leadership dans les domaines importants comme l’innovation, l’importance de la durabilité de l’environnement et la gestion de l’implication des jeunes.


« Notre province est belle selon lui, surtout les parties qui vantent le patrimoine acadien. Comme partie de notre effort pour appuyer cette culture, la province commencera à installer des panneaux d’arrêt bilingues dans des communautés acadiennes cet été. C’est vraiment bien de voir que les jeunes ont véhiculé cette initiative. La culture des régions francophones est une partie spéciale de la Nouvelle-Écosse qui attire les touristes, et c’est aussi très important dans la reprise économique. »


« On peut aussi dire que je suis bien optimiste pour l’avenir », a-t-il ajouté cette fois aussi en français.


Julie Oliver, directrice générale du CDÉNÉ, a présenté M. Rankin qui est premier ministre depuis le 23 février 2021. Selon elle, le gouvernement provincial propose un programme ambitieux fondé sur trois grands défis auxquels la Nouvelle-Écosse est confrontée : préserver l’environnement, voir à une reprise économique robuste et promouvoir l’équité et l’inclusion à l’échelle provinciale.  


Elle a expliqué aussi le travail du CDÉNÉ. « Le CDÉNÉ est le seul organisme francophone avec un mandat provincial et dont la mission est l’avancement et le développement économique de la communauté d’affaires de nos régions acadiennes et francophones, surtout en milieu rural, d’après elle. 


Une discussion a poursuivi suivant la présentation du Premier ministre. Les intervenants étaient Adrien Saulnier, Dale Deveau, Alain Belliveau, Jeannot Chiasson et une étudiante, Rachelle LeBlanc. La matière abordée comprenait l’innovation, l’économie rurale, les investissements en formation, les logements abordables, l’obtention de talents, les possibilités d’emplois pour les jeunes dans les communautés rurales, l’investissement dans les technologies de l’information, entre autres.