La Black Business Initiative publie un rapport d’enquête sur l’impact du COVID-19 auprès des entreprises africaines de la Nouvelle-Écosse

HALIFAX : le 20 avril 2021 – Les résultats de ce qui pourrait être le tout premier sondage détaillé sur l’impact du COVID-19 auprès des entreprises appartenant à des Afro-Néo-Écossais (ANS) révèlent que la pandémie a eu un impact important sur la communauté des entreprises. Plusieurs d’entre elles ont subi des pertes de revenu, des fermetures, des licenciements et des diminutions d’activités. Relativement peu d’entreprises ont pu avoir accès aux divers programmes d’aide offerts par le gouvernement fédéral et d’autres.

Le rapport d’enquête intitulé ‘The Impact of COVID-19 on African Nova Scotian Businesses’ a été publié par la Black Business Initiative (BBI). Harvi Millar, Ph.D. de Logix Consultants Limited et de l’Université Saint Mary’s, était le consultant en recherche pour cette enquête financée par l’Agence de promotion économique du Canada atlantique (APECA).


L’enquête, la première d’une étude à deux volets, visait, en partie, à obtenir des connaissances pouvant servir à l’élaboration d’une stratégie globale tripartite pour le rétablissement des entreprises ANS après le COVID-19. Cette stratégie-là vise alors impliquer le BBI, les entreprises et le gouvernement.


« Le BBI, qui en est à sa 25e année d’activité, a commandé cette recherche en raison des circonstances désastreuses engendrées par la pandémie de COVID-19 et exacerbées par le meurtre brutal de George Floyd aux États-Unis, » a déclaré le Dr Rustum Southwell, président-directeur général du BBI, « Nous avons l’intention d’utiliser ces données pour mieux comprendre les défis critiques auxquels sont confrontées les entreprises appartenant à des Noirs en Nouvelle-Écosse. »


Cinquante-neuf entrepreneurs afro-néo-écossais d’à travers la province, dont les intérêts commerciaux couvrent neuf catégories industrielles, ont participé à l’enquête entre décembre 2020 et février 2021. Les entreprises étaient principalement axées sur les services et employaient moins de cinq personnes.


Les résultats de l’enquête démontrent que le COVID-19 a eu un impact significatif sur la communauté des affaires avec la perte de revenus; les fermetures temporaires et permanentes; les licenciements; faible niveau d’encaisse; des délais des fournisseurs; une réduction de la capacité de production; une possible réduction permanente de leur clientèle.


L’enquête a également révélé que très peu des entreprises qui ont répondu ont pu accéder à l’aide financière des différents programmes fournis par le gouvernement et d’autres entités. Cela oblige les autres à recourir à des fonds personnels. Parmi les raisons mentionnées, on trouve l’inadmissibilité des entreprises, car elles ne faisaient pas partie de celles qui devaient fermer, ainsi que la perception que le processus de demande pour la plupart de ces programmes était complexe et lourd.


L’enquête a également identifié les cinq principaux facteurs suivants comme des obstacles importants à la réussite des entreprises :

• Les attitudes sociales envers les entrepreneurs noirs (78,2%). Il existe une croyance dominante, même au sein de la communauté, que les entrepreneurs noirs ne sont pas aussi capables que leurs homologues blancs, qu’ils ne sont pas toujours fiables ou bien informés, et qu’ils ne puissent pas fournir un bon service à la clientèle;

•     La taille des entreprises, qui les empêche de se développer (76 %);

•     Le manque de fonds propres ou de richesse intergénérationnelle, qui entraîne une incapacité à répondre aux critères de financement de la plupart des banques (73 %);

•     Un manque d’opportunités de réseautage (58 %);

•     La difficulté d’accéder aux marchés locaux et internationaux (56 %).


Le rapport note également que les entreprises s’inquiètent toujours de l’incertitude du marché, du manque de capital de fonctionnement, de l’incapacité à obtenir des prêts, de la perte permanente de clients, du temps nécessaire pour le retour à la normale et la possibilité d’une résurgence majeure du COVID-19 et de ses variantes, étant donné la prévalence des nouvelles souches du virus qui semblent émerger à l’heure actuelle.


Le rapport comprend plusieurs recommandations formulées par les participants de l’enquête pour alléger les obstacles et renforcer l’esprit d’entreprise des Afro-Néo-Écossais.


Pour survivre, les entrepreneurs afro-néo-écossais auront besoin d’une aide en capital à court-terme. Pour les préparer à une réussite à long-terme en sortant de la pandémie, il faudra apporter des changements structurels et infrastructurels plus profonds. Ceux-ci auront des répercussions chez les entreprises noires elles-mêmes, l’écosystème de l’entrepreneuriat noir, les organismes gouvernementaux, les institutions financières et les autres organisations parties prenantes pertinentes concernées.


À propos de BBI


BBI est le principal organisme de développement des affaires qui soutient uniquement les entreprises noires en Nouvelle-Écosse. Il s’efforce d’aborder et de résoudre les nombreux défis inhérents aux Canadiens noirs et qui constituent des obstacles au démarrage d’entreprises, à la croissance et au développement, y compris, mais ne se limitant pas au manque de compétences commerciales, à la faiblesse de la culture d’entreprise prédominante, à la faible participation dans les secteurs à forte valeur ajoutée comme le numérique et la technologie, des communautés faiblement répandues, un manque d’accès à l’information et aux ressources, ainsi qu’un comportement discriminatoire dont de nombreuses personnes sont confrontées lorsqu’elles tentent d’accéder aux institutions mainstream.


Accédez au rapport complet :

https://www.bbi.ca/news/impact-of-covid-19-on-ans-businesses-report


Pour de plus amples 

informations :

- Dr Harvi Millar, Logix Consultants Limited, Université Saint-Mary’s,

harvi.millar@gmail.com

- Dr Rustum Southwell, Black Business Initiative, (902) 426-8683,

southwell.rustum@bbi.ns.ca