Vernon et Rolande Harris en avant de leur évaporateur à North Kempt.  
Vernon et Rolande Harris en avant de leur évaporateur à North Kempt.  

Une autre cabane à sucre dans la région de Par-en-Bas

Norbert LeBlanc
NORTH KEMPT : Vernon et Rolande Harris, deux résidents de Wedgeport ont accepté une nouvelle aventure en produisant du sirop d’érable sur les terrains de leur maison de vacances à North Kempt, dans le comté de Yarmouth. Le Courrier de la Nouvelle-Écosse s’est rendu visiter M. et Mme Harris le 16 mars dernier et nous avons été impressionné de voir leur trois cabanes, cabane à sucre, cabane à collecte de sève d’érable et leur cabane à bois à feu.

Vernon Harris âgé de 72 ans est un pêcheur à la retraite. Il a dévoué la majorité de sa carrière professionnelle en faisant la pêche aux homards. Il a également participé aux pêches au hareng, l’espadon et le poisson de fond, entre autres. Ils sont les fiers parents de quatre enfants et grand parent de 13 petits enfants. M. Harris, qui est doué de plusieurs talents, tels que la charpente et la mécanique a voulu se lancer dans la production du sirop d’érable en 2010, suite à sa retraite.


Vernon Harris nous a informés que le goût de produire du sirop d’érable date de 2009-2010, lors d’une visite à Springhill dans le comté de Cumberland dans le nord de la Nouvelle-Écosse. Suite à cette visite, il a décidé d’entailler trois érables, d’où il a obtenu un petit montant de sève d’érable. Il nous a confié qu’il n’a jamais suivi des cours formelles pour produire du sirop d’érable et que son apprentissage a été entièrement une auto-apprentissage. Il a quand même avoué que le docteur Tim Perkins, professeur à l’Université du Vermont, a été une inspiration pour lui et une source d’information incroyable. Il ne l’a jamais rencontré en personne, cependant il communique avec lui par occasion.


Vernon Harris nous a partagés qu’au début de cette aventure, il utilisait des seaux pour collectionner la sève d’érable. Au début, il avait de 250 à 300 seaux attachés à des arbres dans les villages suivants : Wedgeport, Plymouth, Arcadia, Yarmouth, Hebron, Ohio, Pleasant Valley, Kempt et Carleton. Il a avoué que la tâche de collectionner la sève d’érable lui prenait énormément de temps et d’effort de sa part. Il a pris la décision de transformer sa production de collection la sève d’érable en utilisant un système de canalisations pour collecter la sève d’érable, et en effet les visiteurs sur la propriété peuvent identifier des tuyaux en plastiques (des tuyaux bleus et des tuyaux noirs) qui transportent la sève d’érable à un grand réservoir de stockage à une de ses cabanes de production. M. Harris a installé 900 entailles sur les érables de sa propriété.


Pendant notre visite à son endroit de production, nous avons vu son grand réservoir de sève d’érable; sa machine qui enlève l’eau de la sève d’érable et son évaporateur qui transforme la sève d’érable en sirop d’érable. Vernon Harris nous a informés que le temps de transformation de la sève d’érable au sirop d’érable avait été coupé en deux, grâce à la nouvelle technologie.


Il nous a parlé des enjeux de la production du sirop d’érable. Il nous a confié que le début de la saison commence toujours une fois que la sève commence à couler et que cette année, il a collectionné la première sève entre le 20 et le 22 février.


Vernon Harris nous a partagés que son intérêt pour la production du sirop d’érable n’est pas motivé par le facteur économique, mais plutôt par le plaisir et l’intérêt personnel. Il nous a informés que son épouse se rend régulièrement au marché agricole de Yarmouth, et elle n’éprouve aucun problème à vendre son produit au marché local.