Photo qui a été utilisée sur la carte commémorative de Phillip Poirier, comme c’est si typique de lui. Un sourire et un signe de la main à tous, tellement aimé se faire prendre en photo.
Photo qui a été utilisée sur la carte commémorative de Phillip Poirier, comme c’est si typique de lui. Un sourire et un signe de la main à tous, tellement aimé se faire prendre en photo.

Un adieu exemplaire et touchant pour Phillip Poirier

Rosie AuCoin-Grace
CHÉTICAMP : La semaine dernière, j’ai écrit un article sur la façon dont la région acadienne de notre comté a ressenti la perte du regretté Phillip Poirier de Chéticamp, quelqu’un qui a touché la vie de tant de gens au fil des ans. Il est décédé paisiblement le 12 juillet à l’âge de soixante-cinq ans, après une courte bataille contre le cancer au Centre de santé communautaire Sacré-Cœur. Né le 1er décembre 1953, Phillip a été élevé à Chéticamp, le fils de feu Félix et Marie (Roach) Poirier.

     Le jeudi 25 juillet, l’église Saint- Pierre était remplie d’une foule d’environ sept cents personnes venues rendre un dernier hommage à leur ami bien-aimé, Phillip, et c’était l’une des plus grosses assistances à l’église de l’histoire de cette communauté.

     En arrivant à l’église, on pouvait voir une grosse collection de photos prises tout au long de la vie de Phillip. Beaucoup de gens portaient leur chandail de hockey en signe de respect pour la contribution de Phillip au hockey mineur. Il avait en effet vendu des billets 50/50 pendant de nombreuses années, et ce, pour plus de 250 000 $. De plus, le jersey de hockey était en quelque sorte un symbole de la passion de Phillip pour le hockey et les enfants.

     Phillip ne ratait jamais de funérailles et il était le premier au salon funéraire à attendre pour remettre une rose à la famille et être là pour la soutenir. Les bancs de l’église bordés de centaines de roses et les gestes de bienveillance de ceux qui avaient déposé une rose devant l’urne, voilà autant d’aspects très touchants de ces funérailles.

     L’église a résonné des belles voix de la chorale et de l’assistance qui a entonné en chœur les hymnes. La messe célébrée par le révérend St. Cyr était empreinte de dignité et de reconnaissance pour Phillip. Le diacre Gérald LeBlanc a fait l’éloge de Phillip et a même montré aux paroissiens les écussons de hockey au petit point qui reproduisent la signature de Phillip.

     Une amie chère à Phillip, Lyne Chasse Larade, a prononcé un très bel éloge funèbre et elle a certainement bien décrit Phillip et le temps qu’il a passé parmi nous. Elle a dit : « Phillip Poirier, par où pouvons-nous commencer? Il était connu de tous à Chéticamp, et d’Inverness, à Port Hood, en passant par Mabou, bref à peu près dans tout le Cap-Breton. Pendant plus de 30 ans, il a vendu des billets de hockey mineur. C’était un passionné de sport et il gardait de meilleures statistiques que Sportsnet. Il ne savait ni lire ni écrire, sauf son nom, mais personne n’aurait pu le voler d’un dollar. Depuis son décès, Facebook a été inondé de photos, de souvenirs et d’anecdotes de Phillip. Je sais qu’il nous regarde de là-haut et qu’il est très fier et heureux en ce moment. Phillip adorait recevoir de l’attention! Il aimait se souvenir du passé et se remémorer ses aventures d’autrefois, dont certaines étaient drôles, d’autres, moins. »

     Phillip était sincère, il n’avait pas peur d’aimer ni de montrer son affection. À preuve, cette anecdote spéciale. Une dame venait de perdre son jeune mari dans un accident et après avoir entendu parler de la mort de Phillip, elle a déclaré : « Le décès de Phillip m’a ramené à il y a près de 30 ans lorsque j’ai compris à quel point Phillip était une bonne âme. Le soir où Emmanuel a été tué, Phillip a frappé à la porte de ma mère après avoir bravé une terrible tempête de neige et il est arrivé avec un litre de lait, un pain et du beurre. Mais ce que je n’oublierai jamais, c’est qu’il m’avait apporté une photo d’Emmanuel. Nous étions en train de construire notre maison et toutes mes affaires étaient entreposées et Phillip s’est dit que je n’aurais pas de photo. Comme il avait raison! Phillip faisait partie de l’équipe de baseball d’Emmanuel, Larade’s Tire Shop et il avait découpé la photo d’Emmanuel dans sa photo d’équipe et me l’avait apportée. Il y a beaucoup de choses qui se sont passées cette semaine-là que j’ai complètement oubliées, mais je n’ai jamais oublié la prévenance et la bonté de cœur de Phillip. Encore aujourd’hui, j’ai toujours cette petite photo dans mon portefeuille. »

     « C’était l’une parmi des centaines de belles histoires qui témoignent de la gentillesse et de l’authenticité de Phillip, a fait remarquer Lyne Larade. J’espère que nous continuerons à partager nos histoires et nos souvenirs de Phillip; que son nom et son souvenir ne nous quitteront jamais. Il a eu beaucoup de chance d’avoir vécu dans une communauté si aimante. »

     Lyne Larade a conclu sur ces mots : « Que personne au ciel ne te manque de respect et que tu puisses attraper la plus grosse truite, chanter les plus belles chansons, passer du bon temps avec ta famille et tes chers amis, et que tu puisses nous regarder tous. Nous t’aimons et ne t’oublierons jamais, car tu as touché nos vies, nos cœurs et nos âmes. Go Toronto Go! »

     Après les funérailles, les cendres de Phillip ont été transportées alors qu’une garde d’honneur du Trail Minor Hockey se tenait fièrement debout pour dire adieu à cet ami spécial, un ami sans qui bien des jeunes n’auraient pu jouer au hockey. Ce fut un moment très émouvant de la journée, un moment qui a fait pleurer beaucoup de gens alors qu’ils regardaient la procession qui conduisait Phillip à son dernier repos.

     Des centaines de personnes se sont réunies à l’aréna après la messe pour participer à une célébration de la vie de Phillip. Il y avait une grande quantité de nourriture et un beau diaporama illustrant tant de souvenirs d’une vie bien vécue. Il y a eu des larmes et des rires alors que beaucoup ont partagé des histoires et des souvenirs de leur ami bien-aimé par sa communauté, respecté et pour beaucoup, considéré comme faisant partie de leur famille.

     Phillip était l’ami de tous et, depuis son décès, ses gestes de bonté ont été récompensés à maintes reprises par l’étonnante quantité d’histoires et de photos qui ont été publiées sur les médias sociaux, par la couverture médiatique et par le nombre impressionnant de personnes venues de près ou de loin pour dire adieu à Phillip.

     Oui, sans même le savoir, Phillip était une légende à Chéticamp. Son dévouement envers les paroissiens, ses liens avec les gens, son amour des enfants et, bien sûr, les nombreux visiteurs qu’il a accueillis dans la communauté, sa passion infinie pour aider et son sourire contagieux ne seront jamais oubliés. Ses amis n’étaient pas simplement des amis, ils étaient sa famille. C’est ainsi qu’on se souviendra de lui!

     Je vous laisse avec un dicton qui figurait sur la carte commémorative entourée de l’écusson et du jersey de l’équipe de hockey, les Maple Leaf : « Une belle vie qui s’est terminée, il est mort comme il a vécu, l’ami de tout le monde. Dans nos cœurs, nous garderons toujours un souvenir de celui que nous avons aimé, et que nous n’oublierons jamais. »

L’église Saint-Pierre bondée de bancs alignés de roses et de centaines de personnes portant des chandails de hockey en l’honneur de leur ami, Phillip Poirier.