Seuls les humains produisent des déchets que la nature ne peut pas digérer

Rosie Aucoin-Grace
CAP-BRETON – Le Cap-Breton est l’une de nos plus grandes icônes culturelles et touristiques. Les magnifiques paysages, les expériences culturelles et la chaleur de ses habitants rendent le Cap-Breton l’une des meilleures destinations de vacances au monde.

Beaucoup de gens sont très fiers de vivre dans cet endroit qu’on appelle souvent “notre petit coin de paradis”. Ils prennent soin de leur propriété et se dévouent pour garder les autres espaces spéciaux propres et beaux. Ce qui est très décourageant, c’est le pourcentage de personnes qui sont très irrespectueuses et choisissent de ruiner cet endroit pour les autres. J’attire l’attention sur des actes récents de jets de déchets et de désordres dans quelques-uns de nos endroits purs, notamment La Pointe et le Sentier de la mine de Plâtre à Chéticamp.  


André Bourgeois a parlé des récents incidents et a expliqué : “Permettez-moi de commencer par le fait que les personnes impliquées dans l’entretien de ces magnifiques espaces verts sont toutes des bénévoles. Nous (le Comité de la mine de gypse) sommes encore en période de croissance, mais nous espérons un jour être en mesure de fonctionner avec des services convenables et des poubelles bien entretenues. Cela signifie qu’il ne suffit pas d’avoir des poubelles dans lesquelles les gens peuvent mettre leurs déchets et leur recyclage, il faut aussi qu’elles soient ramassées régulièrement”. Il poursuit : “L’idéal serait que les gens utilisent le concept “pack in and pack out” ou, à tout le moins, qu’ils utilisent les poubelles sur place. De nombreuses personnes laissent tout simplement leurs déchets derrière eux, ce qui nous oblige à constamment faire du “rattrapage”. Le site est géré par des bénévoles, environ une demi-douzaine de personnes qui participent activement et en permanence à la gestion et à l’entretien du Gypsum Mine Trail, ce qui est assez incroyable vu la popularité de l’endroit. Cela fait de la litière un vrai défi.


Nous avons parlé d’un autre endroit spécial situé sur l’île de Chéticamp : “ À l’extrémité sud de l’île de Chéticamp, ou comme nous la connaissons, La Pointe, il y a un terrain privé de 35 acres que les gens peuvent actuellement visiter à pied. Les mêmes situations existent. Heureusement, la plupart des gens profitent de ce coin de paradis vierge à pied et sont assez respectueux. Pour une raison ou une autre, il y a ceux qui, malgré la présence de panneaux de signalisation clairs, insistent pour jeter des déchets et essaient de trouver (soit à travers les barrières, soit autour des barrières) des moyens de détruire la propriété. Par exemple, en circulant en voiture dans le champ où les oiseaux nichent et se reproduisent, en déchirant l’herbe en faisant des donuts avec leur véhicule, et ainsi de suite. Ils créent des tranchées profondes et des cuvettes de boue dans des terres humides et molles, et les choses n’ont jamais vraiment la chance de se rétablir quand vous faites ce genre de dégâts.” Il a ajouté : “Parmi les mesures que nous avons prises à La Pointe pour lutter contre le vandalisme, les intrusions et les déchets, il y a des panneaux et les Chiasson Brothers ont installé des roches pour bloquer les véhicules, ce qui a donné de bons résultats.” 


Ce problème n’est pas unique à ces deux espaces mentionnés. Il existe de nombreux endroits sur notre île, le long du Cabot Trail ou à proximité, qui subissent les mêmes conséquences ou des conséquences similaires. Ces zones magnifiques sont toujours menacées par la pression de la surfréquentation, surtout lorsqu’elles sont commercialisées ou promues. Par exemple, vous avez Cape Clear, un endroit très populaire en raison de sa beauté majestueuse et il est devenu une destination de médias sociaux pour que les gens prennent des photos et des selfies. En raison de cette popularité, l’endroit est maintenant pollué, ce qui est bien triste. Un autre endroit extrême à l’extrémité nord de l’île est Pollett’s Cove. Malheureusement, c’est le même scénario.