RAND-ÉTANG : Les chefs Eric Rochefort et Paula Fortune préparent des plats raffinés lors du dîner de la Saint-Valentin au Centre de la Mi-Carême.
RAND-ÉTANG : Les chefs Eric Rochefort et Paula Fortune préparent des plats raffinés lors du dîner de la Saint-Valentin au Centre de la Mi-Carême.

Saint-Valentin au Centre de la Mi-Carême – fine gastronomie sous le thème de l’amour

Rosie AuCoin-Grace
GRAND-ÉTANG : La Fête de la Saint-Valentin, célébrée le 14 février, est reconnue comme une célébration d’amour culturelle, religieuse et commerciale dans de nombreuses régions du monde.

     Dans la région acadienne de Grand-Étang, l’amour était dans l’air au Centre de la Mi-Carême, un endroit où on pouvait être romantique lors du gros souper de la Saint-Valentin. La présidente de la Société de la Mi-Carême, Monique AuCoin, a parlé des activités qui ont eu lieu en février.

Ces bénévoles ont fait un excellent travail de préparation des desserts pour le Thé de la Chandeleur au Centre de la Mi-Carême. De gauche à droite : Monique AuCoin, Diane Bourgeois, Jeannette Doucet, Annette Doucet et assis, Keigan Deveau.

     « Comme la plupart des organismes sans but lucratif, la collecte de fonds est fondamentale pour la survie de ce Centre. Le Conseil a décidé de revoir les journées dignes de célébrations pour organiser des activités. Avec notre nouvelle cuisine, nous pouvons maintenant accueillir des projets qui comprennent une variété de repas. Nous avons commencé avec le Thé de la Chandeleur auquel assistaient une soixantaine de participants. La foule a apprécié un thé en après-midi et une délicieuse collation en écoutant l’artiste Sylvia LeLièvre. Le souper spécial de la Saint-Valentin a suivi. On a découvert que deux chefs, Éric Rochefort et Paula Fortune, demeurent maintenant dans la région. Quelques membres de notre Conseil les connaissent bien et les ont approchés pour voir s’ils accepteraient de préparer ce repas. Ils ont préparé le menu avec le thème du Temps des amoureux et nous en étions enchantés. En peu de temps, nous avions vendu tous les billets pour quarante personnes. »

     Ces chefs ne sont pas des nouveaux venus en cuisine. Éric arrive d’Halifax avec ses racines acadiennes et québécoises. Il a étudié à l’Institut Cordon Bleu à Ottawa. Native de Magré, Paula a fait ses études à l’Institut culinaire du Canada à Charlottetown. Ils travaillent tous deux dans l’industrie de la restauration depuis plus de vingt ans. Leur passion culinaire et aventureuse les a amenés à travailler dans divers hôtels, y compris à Halifax, aux Olympiques à Vancouver et dans la région des sables bitumineux en Alberta. Le menu qu’ils ont concocté comprenait : baguette et pain Lavash, salade de betteraves rôties, fromage de chèvre avec vinaigrette de mûres et balsamique, daube de bœuf braisé, purée de pommes de terre et légumes, crème brûlée, café, thé et truffes au chocolat. Qui dit mieux?

     Une soirée gastronomique présentée dans une atmosphère chaleureuse, où les tables avaient toutes été décorées de nappes bleues, des roses offertes aux dames, les délices, entre autres, tout cela a contribué à une délicieuse expérience culinaire. Les chefs avaient pris soin de choisir des vins spéciaux pour accompagner les plats, ce qui a certainement régalé les papilles gustatives de chacun.

     « Au cours des dernières années, nous avons travaillé très fort pour rendre cet édifice conforme aux normes du bâtiment. Nous avons changé le système de chauffage, un gros projet qui s’imposait. Nous avons aussi effectué des rénovations, particulièrement à la façade du Centre et aux fenêtres. Nous avons ensuite porté nos efforts sur la cuisine. Je peux dire avec fierté que nous avons enfin une cuisine pleinement licenciée avec un lave-vaisselle commercial, de bonnes installations de réfrigération et de ventilation, les surfaces de cuisson requises, l’eau a été analysée et le système d’égout peut accommoder les besoins de la cuisine, de dire Monique AuCoin. Toutes ces améliorations offrent toutes sortes de possibilités à la Société de la Mi-Carême. Jusqu’à maintenant, nous étions limités sur les repas préparés ou sur les produits comme le tamarin et le fudge vendus dans notre édifice, mais que nous ne pouvions pas vendre à l’extérieur. Nous avons certainement évolué au cours de la dernière décennie et nous sommes capables de planifier pour l’avenir en offrant des soirées comme celles de la Saint-Valentin et encore plus. »

     Le Conseil d’administration actuel de la Société de la Mi-Carême est composé de : Monique AuCoin, Rebecca Silver-Slater, Gisèle LeBlanc, Jeannine Smith et Jeannine Desveaux. Avec l’aide de résidants de la région, ces bénévoles, ont travaillé d’arrache-pied pour la survivance du Centre de la Mi-Carême.

     « Il y en avait tellement à faire pour ce projet, mais à la fin, ça en valait la peine. Attrayant et convivial, le Centre de la Mi-Carême a été joliment transformé, et il convient parfaitement bien à ce type de soirée romantique tout en prenant l’atmosphère de party de cuisine une fois le dessert arrivé. Selon la présidente de la Société, il y avait de quoi satisfaire tous les groupes d’âge : il y avait même un bébé de trois mois et des octogénaires. Nous n’aurions pas pu réaliser un tel évènement sans l’assistance très appréciée de nombreux bénévoles. Pour n’en nommer que quelques-uns, il y a Jeannine Desveaux, qui a fait carrière dans la publication durant sa vie et qui s’est occupée de la publicité. Les affiches avaient été produites par son employeur. L’animatrice Sylvia LeLièvre a gracieusement offert son spectacle pour appuyer le Centre. Diane Bourgeois est toujours engagée dans l’avenir du Centre. Gisèle LeBlanc et Gélas AuCoin étaient aussi très impliqués.

     « Je continue à dire que nous avons besoin d’une succession et qu’il est important que nos jeunes participent à nos activités. Je suis heureuse de constater que nos étudiants qui ont travaillé au Centre au cours des trois derniers étés, Keigan Deveau et Hanna Harris, sont merveilleux et qu’ils ont à cœur le succès de nos évènements. De plus, une ancienne participante d’un de nos projets, Annette Doucet, est très engagée. Ses parents, Kevin et Jeannette Doucet, très à l’aise durant la Mi-Carême, ont passé toute la semaine avec nous et sont toujours prêts à aider durant l’année. »

     On a maintenant un petit répit, mais pas pour longtemps à l’approche des activités de la Mi-Carême. « Nous allons bientôt avoir une pleine semaine de festivités du 15 au 21 mars, a ajouté Monique AuCoin. Nous invitons tout le monde à venir tous les jours pour soit regarder la Mi-Carême, soit la courir, en costume, tout en étant diverti par de bons musiciens locaux. Il y a toujours des friandises et des rafraîchissements dans l’atmosphère de party de cuisine. »

     Le Centre interprétatif de la Mi-Carême est beaucoup plus qu’un édifice muséal. Comme il propose produits et renseignements mettant l’accent sur l’une des plus anciennes traditions acadiennes, la Mi-Carême, il est devenu emblématique de cette coutume. Ouvert depuis 2009, ce centre présente un étalage unique de masques confectionnés localement démontrant l’évolution de la Mi-Carême et offrant une variété d’activités, y compris des ateliers de fabrication de masques pour des groupes ou des individus. Le Centre accueille aussi d’autres activités sociales et les musiciens sont d’ailleurs impressionnés par l’acoustique et l’atmosphère du Centre. Le Centre est situé autour du joli havre de Grand-Étang, où de nombreux visiteurs et gens locaux adorent se rassembler et profiter du paysage pittoresque.

L’artiste Sylvia LeLièvre, de Chéticamp, ne déçoit jamais et a fait un travail impressionnant pour divertir les invités au Thé de la Chandeleur et au dîner de la Saint-Valentin au Centre de la Mi-Carême.
Les chefs Eric Rochefort et Paula Fortune s’affairent aux préparatifs du dîner de la Saint-Valentin au Centre de la Mi-Carême.