RAND-ÉTANG : Les chefs Eric Rochefort et Paula Fortune préparent des plats raffinés lors du dîner de la Saint-Valentin au Centre de la Mi-Carême.
RAND-ÉTANG : Les chefs Eric Rochefort et Paula Fortune préparent des plats raffinés lors du dîner de la Saint-Valentin au Centre de la Mi-Carême.

Saint-Valentin au Centre de la Mi-Carême – fine gastronomie sous le thème de l’amour

GRAND-ÉTANG : La Fête de la Saint-Valentin, célébrée le 14 février, est reconnue comme une célébration d’amour culturelle, religieuse et commerciale dans de nombreuses régions du monde.

     Dans la région acadienne de Grand-Étang, l’amour était dans l’air au Centre de la Mi-Carême, un endroit où on pouvait être romantique lors du gros souper de la Saint-Valentin. La présidente de la Société de la Mi-Carême, Monique AuCoin, a parlé des activités qui ont eu lieu en février.

Ces bénévoles ont fait un excellent travail de préparation des desserts pour le Thé de la Chandeleur au Centre de la Mi-Carême. De gauche à droite : Monique AuCoin, Diane Bourgeois, Jeannette Doucet, Annette Doucet et assis, Keigan Deveau.

     « Comme la plupart des organismes sans but lucratif, la collecte de fonds est fondamentale pour la survie de ce Centre. Le Conseil a décidé de revoir les journées dignes de célébrations pour organiser des activités. Avec notre nouvelle cuisine, nous pouvons maintenant accueillir des projets qui comprennent une variété de repas. Nous avons commencé avec le Thé de la Chandeleur auquel assistaient une soixantaine de participants. La foule a apprécié un thé en après-midi et une délicieuse collation en écoutant l’artiste Sylvia LeLièvre. Le souper spécial de la Saint-Valentin a suivi. On a découvert que deux chefs, Éric Rochefort et Paula Fortune, demeurent maintenant dans la région. Quelques membres de notre Conseil les connaissent bien et les ont approchés pour voir s’ils accepteraient de préparer ce repas. Ils ont préparé le menu avec le thème du Temps des amoureux et nous en étions enchantés. En peu de temps, nous avions vendu tous les billets pour quarante personnes. »

     Ces chefs ne sont pas des nouveaux venus en cuisine. Éric arrive d’Halifax avec ses racines acadiennes et québécoises. Il a étudié à l’Institut Cordon Bleu à Ottawa. Native de Magré, Paula a fait ses études à l’Institut culinaire du Canada à Charlottetown. Ils travaillent tous deux dans l’industrie de la restauration depuis plus de vingt ans. Leur passion culinaire et aventureuse les a amenés à travailler dans divers hôtels, y compris à Halifax, aux Olympiques à Vancouver et dans la région des sables bitumineux en Alberta. Le menu qu’ils ont concocté comprenait : baguette et pain Lavash, salade de betteraves rôties, fromage de chèvre avec vinaigrette de mûres et balsamique, daube de bœuf braisé, purée de pommes de terre et légumes, crème brûlée, café, thé et truffes au chocolat. Qui dit mieux?

     Une soirée gastronomique présentée dans une atmosphère chaleureuse, où les tables avaient toutes été décorées de nappes bleues, des roses offertes aux dames, les délices, entre autres, tout cela a contribué à une délicieuse expérience culinaire. Les chefs avaient pris soin de choisir des vins spéciaux pour accompagner les plats, ce qui a certainement régalé les papilles gustatives de chacun.

     « Au cours des dernières années, nous avons travaillé très fort pour rendre cet édifice conforme aux normes du bâtiment. Nous avons changé le système de chauffage, un gros projet qui s’imposait. Nous avons aussi effectué des rénovations, particulièrement à la façade du Centre et aux fenêtres. Nous avons ensuite porté nos efforts sur la cuisine. Je peux dire avec fierté que nous avons enfin une cuisine pleinement licenciée avec un lave-vaisselle commercial, de bonnes installations de réfrigération et de ventilation, les surfaces de cuisson requises, l’eau a été analysée et le système d’égout peut accommoder les besoins de la cuisine, de dire Monique AuCoin. Toutes ces améliorations offrent toutes sortes de possibilités à la Société de la Mi-Carême. Jusqu’à maintenant, nous étions limités sur les repas préparés ou sur les produits comme le tamarin et le fudge vendus dans notre édifice, mais que nous ne pouvions pas vendre à l’extérieur. Nous avons certainement évolué au cours de la dernière décennie et nous sommes capables de planifier pour l’avenir en offrant des soirées comme celles de la Saint-Valentin et encore plus. »

     Le Conseil d’administration actuel de la Société de la Mi-Carême est composé de : Monique AuCoin, Rebecca Silver-Slater, Gisèle LeBlanc, Jeannine Smith et Jeannine Desveaux. Avec l’aide de résidants de la région, ces bénévoles, ont travaillé d’arrache-pied pour la survivance du Centre de la Mi-Carême.

     « Il y en avait tellement à faire pour ce projet, mais à la fin, ça en valait la peine. Attrayant et convivial, le Centre de la Mi-Carême a été joliment transformé, et il convient parfaitement bien à ce type de soirée romantique tout en prenant l’atmosphère de party de cuisine une fois le dessert arrivé. Selon la présidente de la Société, il y avait de quoi satisfaire tous les groupes d’âge : il y avait même un bébé de trois mois et des octogénaires. Nous n’aurions pas pu réaliser un tel évènement sans l’assistance très appréciée de nombreux bénévoles. Pour n’en nommer que quelques-uns, il y a Jeannine Desveaux, qui a fait carrière dans la publication durant sa vie et qui s’est occupée de la publicité. Les affiches avaient été produites par son employeur. L’animatrice Sylvia LeLièvre a gracieusement offert son spectacle pour appuyer le Centre. Diane Bourgeois est toujours engagée dans l’avenir du Centre. Gisèle LeBlanc et Gélas AuCoin étaient aussi très impliqués.

     « Je continue à dire que nous avons besoin d’une succession et qu’il est important que nos jeunes participent à nos activités. Je suis heureuse de constater que nos étudiants qui ont travaillé au Centre au cours des trois derniers étés, Keigan Deveau et Hanna Harris, sont merveilleux et qu’ils ont à cœur le succès de nos évènements. De plus, une ancienne participante d’un de nos projets, Annette Doucet, est très engagée. Ses parents, Kevin et Jeannette Doucet, très à l’aise durant la Mi-Carême, ont passé toute la semaine avec nous et sont toujours prêts à aider durant l’année. »

     On a maintenant un petit répit, mais pas pour longtemps à l’approche des activités de la Mi-Carême. « Nous allons bientôt avoir une pleine semaine de festivités du 15 au 21 mars, a ajouté Monique AuCoin. Nous invitons tout le monde à venir tous les jours pour soit regarder la Mi-Carême, soit la courir, en costume, tout en étant diverti par de bons musiciens locaux. Il y a toujours des friandises et des rafraîchissements dans l’atmosphère de party de cuisine. »

     Le Centre interprétatif de la Mi-Carême est beaucoup plus qu’un édifice muséal. Comme il propose produits et renseignements mettant l’accent sur l’une des plus anciennes traditions acadiennes, la Mi-Carême, il est devenu emblématique de cette coutume. Ouvert depuis 2009, ce centre présente un étalage unique de masques confectionnés localement démontrant l’évolution de la Mi-Carême et offrant une variété d’activités, y compris des ateliers de fabrication de masques pour des groupes ou des individus. Le Centre accueille aussi d’autres activités sociales et les musiciens sont d’ailleurs impressionnés par l’acoustique et l’atmosphère du Centre. Le Centre est situé autour du joli havre de Grand-Étang, où de nombreux visiteurs et gens locaux adorent se rassembler et profiter du paysage pittoresque.

L’artiste Sylvia LeLièvre, de Chéticamp, ne déçoit jamais et a fait un travail impressionnant pour divertir les invités au Thé de la Chandeleur et au dîner de la Saint-Valentin au Centre de la Mi-Carême.
Les chefs Eric Rochefort et Paula Fortune s’affairent aux préparatifs du dîner de la Saint-Valentin au Centre de la Mi-Carême.

COMEAUVILLE : Normand Pothier de l’Anse-des-Belliveau va remplacer Émile Blinn à la technique de la radio communautaire CIFA située au sud-ouest de la Nouvelle-Écosse. M. Pothier est entré en formation avec l’ancien technicien le 9 juin dernier. Après 22 ans à titre de technicien à la radio, M. Blinn a pris sa retraite le 30 juin.

WEDGEPORT : La pandémie causée par la COVID-19 a eu un impact sur les organisations et associations régionales. Une telle organisation est le Musée du thon de Wedgeport. Pour en comprendre davantage, Le Courrier de la Nouvelle-Écosse a rencontré Franklyn Cottreau, le mardi 23 dernier à son bureau au Musée de la pêche sportive au thon de Wedgeport. M. Cottreau est gérant du Musée depuis plusieurs années. Il a participé et coordonné plusieurs activités pour sa communauté et pour sa région comme bénévole pendant plusieurs années.

COMEAUVILLE : La 65e édition du Festival acadien de Clare aura lieu pour la première fois dans une version virtuelle. À cause des effets de la COVID-19 et les restrictions imposées par la Santé publique, il faudra suivre les activités du plus ancien Festival acadien au monde en ligne.

POINTE-de-l’ÉGLISE : L’Université Sainte-Anne a le plaisir de dévoiler son nouveau plan stratégique de recherche 2020-2025. Intitulé Le savoir à l’intersection de l’Acadie et d’un monde en mutation, il est le fruit d’une démarche structurée de consultation et de participation des principaux acteurs de la recherche à l’Université Sainte-Anne, sous la direction du vice-recteur à l’enseignement et à la recherche et en étroite collaboration avec le comité de la recherche.

HEBRON : Dans un communiqué de presse du 11 juin dernier, Nova Scotia Business Inc. a annoncé que la municipalité de Yarmouth avait trouvé un nouvel exploitant pour un centre d’appels de Yarmouth. Les responsables du centre d’appels Web.com avaient annoncé à l’automne 2019, leurs intentions de fermer leurs portes et de cesser leurs opérations dans leur parc industriel à Hebron. Lors de cette annonce, il y avait 162 employés qui allaient être sans emploi. La majorité de cette main-d’œuvre était des résidents du comté de Yarmouth.

HALIFAX : L'emblématique Bluenose II se rendra dans les ports et les havres de la province cet été dans le cadre d'une tournée unique et en phase avec le monde actuel intitulée Sail Past Summer.

SUD-OUEST : C’est le lundi 15 juin dernier par voie virtuelle que s’est tenue la première assemblée générale annuelle du comité organisateur du Congrès mondial acadien 2024 (COCMA 2024). Lors de cet événement, sept nouveaux membres du conseil d’administration ont été élus.

Chaque printemps, l’équipe de Rainbow Rockstarz fait un travail exceptionnel pour livrer un spectacle plein d’énergie afin de recueillir des milliers de dollars pour combattre le cancer. Établi en 2013, il s’agit d’une équipe de dix personnes dynamiques de la région de Chéticamp qui ramasse des fonds pour deux causes importantes, le Relais pour la vie et le Fonds des soins des patients du cancer du Cap-Breton. Depuis son début, l’équipe a recueilli plus de 38 000 $.

OTTAWA : Ce dimanche, c’est la fête des Pères! Ou bien est-ce celle des magasins? Je ne sais plus, je confonds toujours. Mais une chose est sure : il y aura du sexisme en cadeau.

Le Musée des Acadiens des Pubnicos a décidé de célébrer La Journée nationale des peuples autochtonesautrement cette année pour que nous puissions nous rassembler virtuellement et exprimer notre fierté. Le 21 juin, le Musée des Acadiens des Pubnicos vous  invite à prendre part aux célébrations virtuelles. Un lien sera placé sur la page facebook du Musée des Acadiens des Pubnicos.

ARGYLE: La réunion régulière du conseil municipal d’Argyle a eu lieu le mardi 9 juin via le système de communication Zoom. Les neuf conseillers de la municipalité étaient tous présents.  Alain Muise, le directeur général de la municipalité ainsi que Lori Murphy, la greffière de la municipalité d’Argyle étaient également présents. La réunion a commencé à 18 h 30 et Danny Muise le préfet de la municipalité a présidé la rencontre.  Toutes les rencontres de la municipalité depuis la mi-mars ont eu lieu en ligne afin de respecter les directives de Santé Publique Nouvelle-Écosse, et ces directives sont très précises quant aux nombres de participants présents, toujours en respectant la distanciation.

DARTMOUTH:  Ina Amirault, une Acadienne fière de ses racines a pris sa retraite au début de l’année comme analyste principale des politiques du ministère des Affaires acadiennes et Francophonie. Bien que sa retraite officielle a eu lieu au début mars 2020, Le Courrier de la Nouvelle-Écosse a réussi à la rejoindre par téléphone le mercredi 10 juin et nous avons eu une conversation de partage d’information avec cette personne distinguée.

YARMOUTH/SUD-OUEST : Une des grandes peines de la vie, c’est la perte d’une personne qui est chère à sa famille et sa communauté. La pandémie que nous témoignons à l’heure actuelle a forcé nos salons funéraires et nos institutions religieuses à s’adapter à de nouvelles directives de quarantaine et de distanciation sociale qui font aujourd’hui partie du quotidien.

SAULNIERVILLE : Le meilleur scénario de la province de la Nouvelle-Écosse prévoit des rassemblements de seulement 50 personnes à la fin août. Tenant cela et d’autres faits en considération, le Comité organisateur du Gran Fondo Baie Sainte-Marie a décidé d’annuler le rallye de bicyclettes qui était prévu au mois de septembre.

CHÉTICAMP : Au cours des derniers mois, nous apprenons à vivre la « nouvelle norme » et quand cette pandémie sera finie, nous nous souviendrons de nos travailleurs de première ligne comme nos héros. Malgré les épreuves et les risques à la santé, des millions de travailleurs essentiels de première ligne continuent de faire leur travail durant la pandémie du COVID- 19. Ces citoyens acharnés maintiennent les Canadiens La vidéo de la danse du Centre Sacré Coeur se propage nourris, vont ramasser les déchets, fournissent les médicaments qui sauvent la vie, livrent les épiceries et approvisionnements, préparent la nourriture, nettoient les hôpitaux, soignent les plus vulnérables et nous gardent en sécurité

HALIFAX : La Fédération des femmes acadiennes de la Nouvelle-Écosse (FFANE) propose deux nouveaux cafés virtuels pour les femmes sur le thème : Parlons broderie! qui auront lieu le mercredi 3 juin de 19 h à 20 h et le vendredi 5 juin de 15 h à 16 h.

FRANCOPRESSE : Un article précédent de Francopresse sur le revenu minimum garanti (RMG) exposait l’engouement renouvelé pour cette idée suscitée par la création du programme fédéral de Prestation canadienne d’urgence (PCU). De nombreux groupes, partis politiques, individus et experts réclament à l’unisson que l’exemple de la PCU donne lieu à la mise sur pied d’une véritable allocation universelle de base. Évidemment, ce projet ne fait pas l’unanimité et on croirait que de nombreuses voix s’élèveraient pour s’opposer à l’implantation d’un programme si ambitieux et, surtout, si onéreux.

(EN) Les Canadiens sont renommés pour leur facilité à rendre hommage aux différentes choses qui rehaussent la fierté canadienne. Ainsi, cer tains aliments, comme les œufs, sont officiellement reconnus comme des incontournables de l’alimentation canadienne. Ils sont nourrissants et délicieux, et bien qu’ils soient petits, on ne peut négliger l’incidence des producteurs d’œufs du Canada.

TUSKET : Dans la matinée de mardi 5 mai 2020, sous la pluie, quatre membres de la Légion 155 Wedgeport en uniforme ont déposé deux couronnes au cénotaphe de Tusket et une couronne aux cinq autres monuments de guerre où des tulipes ont été plantées l’automne dernier pour commémorer la libération de la Hollande. Les deux couronnes à Tusket portaient des rubans sur lesquels figuraient Libération de la Hollande et VE-Day (Victoire in Europe).

ISLE MADAME : La COVID-19 continue de faire des victimes, pour ce qui est d’événements planifiés et d’activités annuelles, prévues pour les mois à venir, dans l’Isle Madame. C’est déstabilisant, dérangeant et inquiétant, mais il est réconfortant de pouvoir affirmer que la COVID-19 n’a jusqu’à maintenant pas été la cause d’aucun décès dans la région de l’Isle Madame. Cette pandémie a toutefois fait plusieurs morts dans d’autres parties de la province, ce qui est vraiment regrettable et pitoyable. De plus, si on compare à la grippe espagnole de 1918-1919, celle-là avait fait au moins une trentaine de morts, rien que dans la paroisse de Petit-de-Grat. Le docteur Steven DeRoche, natif de Petit-de-Grat, a partagé cette information et les résultats d’une recherche qu’il a effectuée à ce sujet.

Les codes de service, communément appelés codes N11 en raison de leur format, sont utilisés pour fournir des services spéciaux d’accès à la composition à trois chiffres. Les attributions les plus courantes des codes N11 au Canada sont les suivantes :