Reconnue pour la beauté de son style romain et les détails du bois travaillé, l’église Saint-Pierre de Chéticamp est devenue un beau point de repère historique.
Reconnue pour la beauté de son style romain et les détails du bois travaillé, l’église Saint-Pierre de Chéticamp est devenue un beau point de repère historique.

Rénovations importantes à l’église Saint-Pierre de Chéticamp

Rosie AuCoin-Grace
CHÉTICAMP : Les paroissiens de l’église Saint-Pierre de Chéticamp ont connu plusieurs défis dans l’entretien et la survivance de leur église, surtout quand il n’y avait pas de collectes de fonds pour les réparations de l’édifice. En 2015, le conseil paroissial a lancé sa campagne pour sauver l’église et n’a jamais douté de la dévotion et de la générosité des résidants de cette région acadienne et des anciens paroissiens vivant au loin.

     Ce n’était donc pas surprenant d’apprendre qu’en peu de temps, ils avaient atteint le but fixé pour ramasser des fonds en vue des réparations. Les gens de près et de loin ont répondu à l’appel pour assurer que l’église Saint-Pierre demeure une icône dans la région. Connue pour la beauté de son style romain et de sa finition, elle est devenue un monument historique visité par des gens de partout au monde, un mémorial au courage et à la foi des Chéticantins.

     Comme dans de nombreuses communautés rurales, les paroissiens dévoués doivent faire preuve de créativité pour trouver des façons de ramasser les fonds. Le Comité paroissial des finances est composé de : père Pierre Antoine St. Cyr, Léonard LeFort (président), Dénis-Harold Larade (vice-président), Raymond Doucet, Gélas Poirier, Paulette Deveaux, Honora Roach et Claudette Gaudet.

     Selon Paulette Deveaux, il y a eu beaucoup de travaux de rénovations dans l’église. « Mais, comme vous pouvez l’imaginer, une structure de cette envergure âgée de 125 ans nécessite beaucoup d’entretien. Comme membres du comité, nous nous rencontrons pour voir aux finances de la paroisse et évaluer toutes les réparations majeures comme à la fournaise, aux fenêtres, au toit et autres. Malheureusement, avec le nombre de paroissiens qui diminue, il y a moins de gens qui viennent à l’église, la population est vieillissante, les gens meurent ou ils déménagent au Foyer Père-Fiset, et ainsi de suite. Il y a moins d’argent disponible pour l’entretien de l’église. Les quêtes hebdomadaires aux messes ne sont pas suffisantes et, avec ce défi, le comité a décidé de faire appel à la communauté pour qu’elle aide avec les dépenses quotidiennes. Le chauffage et les assurances sont à eux seuls deux postes de dépenses majeures pour un si grand édifice, alors toute autre dépense supplémentaire implique la nécessité de trouver des façons de recueillir des fonds. Évidemment tous les dons sont grandement appréciés. »

     Il était temps de réparer la tuyauterie dans toute l’église, a-t-elle poursuivi. « La fournaise a été remplacée il y a de cela cinq ans, mais la tuyauterie devait aussi être remplacée, puisqu’elle était rouillée. Ce genre de réparation de tuyaux cassés est coûteux et représente un danger pour la sécurité. Il fallait d’abord enlever l’amiante et remplacer tous les tuyaux, un travail qui prend beaucoup de temps. Nous avions besoin de gens ayant des compétences en chaudronnerie, des soudeurs et des ouvriers généraux. »

     Mme Deveau estime que le comité est chanceux d’avoir pu bénéficier de main-d’œuvre gratuite. « Nous avons approché le chaudronnier Jason Roach pour qu’il nous fasse un devis et que nous puissions l’embaucher avec d’autres gens pour effectuer ce gros travail. Il nous a dit qu’il pouvait trouver une équipe et que ce serait fait bénévolement.

     C’était surprenant, considérant ce gros travail à être fait par des professionnels n’ayant pas peur du travail. Ils ont certainement répondu à l’appel, afin de sauvegarder ce beau patrimoine pour notre paroisse. C’était toute une bénédiction et nous avons grandement apprécié leur générosité. Quel incroyable geste de générosité ils ont accompli! »

     Durant tout le projet, les contributions ont continué à affluer d’un peu partout. Quand le mot s’est répandu que le travail se faisait par des bénévoles, l’entreprise Chéticamp Boatbuilders a offert de céder le matériel pour ce travail au prix coûtant; ce fournisseur a d’ailleurs été super généreux quand on lui a demandé un escompte.

     De plus, la Caisse populaire acadienne a invité toute l’équipe de bénévoles à un repas au restaurant Doryman’s dans le cadre de son programme de reconnaissance de gestes de bienveillance pour les remercier des rénovations apportées à l’église Saint-Pierre.

     « C’est un gros défi de garder notre belle église pour qu’elle respecte les normes et nous nous fions grandement aux dons pour y arriver », a dit le président Léonard LeFort.

     Dans une lettre récente adressée aux paroissiens, Léonard LeFort et le curé de la paroisse, le père Pierre-Antoine St. Cyr, ont publié le message de remerciement suivant : «Nous, les membres du Comité des finances et le père Pierre-Antoine St. Cyr, désirons vous remercier chaleureusement pour nous avoir aidés à effectuer les rénovations très nécessaires à notre église. Nous croyons sincèrement que sans vous, ce travail n’aurait pas été possible. »

     Le président Léonard LeFort a continué en soulignant que la campagne avait permis de recueillir 21 000 $. Il a remercié les entreprises, associations et individus qui ont répondu à l’appel en contribuant aux réparations. « Le coût pour enlever l’amiante était de 21 000 $. Les travaux à la tuyauterie se sont élevés à 27 000 $, pour le matériel uniquement. Imaginez si nous avions dû payer pour la main- d’œuvre en plus! », a-t-il conclu.

     Il a remercié tous les bénévoles dévoués et en particulier : Jason Roach, Michel Harris, Didace Cormier, Rhéal Poirier, Justin Chiasson, Jeremy Larade, Lyndon Deveaux, Joey LeBlanc, Raynald Chiasson, Curtis Fiset, Roger Deveau, Matthew Boudreau et Paul Angus Poirier.

     Paulette Deveaux a noté qu’on apprécie grandement le travail des individus qui ont participé aux concerts de collectes de fonds lors du Gala du 125e de l’église Saint-Pierre. Ils sont trop nombreux pour les nommer tous puisqu’on aurait peur d’en oublier. Tous les profits des concerts ont été donnés pour les travaux d’entretien de l’église.

     Il a coûté en tout 42 000 $ pour bâtir l’église, son intérieur ayant été complété en 1900. La structure mesure 212 pieds de longueur et est 74 pieds de largeur; le clocher pour sa part s’élève à 167 pieds dans les airs. Le clocher original faisait 181 pieds en hauteur, mais il a dû être écourté de quinze pieds après avoir été frappé par un gros suête. L ’orgue, une des premières orgues Casavant au pays, a été acquis en 1904 et il demeure en excellente condition.

     Aujourd’hui, ce monument imposant avec son architecture, ses fresques et ses vitraux, est reconnu pour la beauté de son style romain et les détails du bois travaillé. Il demeure un des plus beaux édifices religieux aux provinces des Maritimes.