Pubnico-Ouest fait de la place pour la relève

Lisa Doucette
Lisa Doucette
P UBNICO-OUEST-le-CENTRE : Que faites-vous lorsque vous apprenez que la shoppe à crème glacée préférée de votre enfance est en vente? Eh bien, je suppose que vous l’achetez! C’est ce qu’ont fait les sœurs Candice Boudreau et Angela Spinney lorsqu’elles ont appris que les propriétaires de la Creamy Treat, Lindsay et Rowena d’Entremont, prenaient leur retraite et la mettaient à vendre.

Elles m’ont dit qu’elles n’arrivaient pas à se débarrasser de ce sentiment qu’il fallait l’acheter. Elles ne pouvaient tout simplement pas la laisser fermer. La Creamy Treat était à Par-en-Bas depuis 1965. À un moment donné, on y vendait même des pizzas. Candice m’a dit que la Creamy Treat employait des adolescents depuis son ouverture, ce qui est aussi une raison pour laquelle elles voulaient la maintenir. Tant d’adolescents de la région ont eu leur premier emploi d’été ici, y compris Candice et Angela! Elles m’ont dit que c’était le meilleur endroit pour avoir un emploi d’été en tant qu’adolescentes et elles voulaient perpétuer la tradition pour les autres adolescents de la région. 


À l’heure actuelle, la crèmerie emploie cinq adolescents et un adulte pour la saison, qui va de mars à septembre. En ce moment, trois générations différentes de personnes travaillent dans le même espace, ce qu’elles trouvent génial car elles apprennent les uns des autres. J’ai demandé si c’était une coïncidence que le personnel intergénérationnel soit entièrement composé de femmes, et elles m’ont toutes deux assuré que oui. C’est un employeur qui respecte l’égalité des droits! 


Les anciens propriétaires étaient très heureux lorsqu’ils ont appris que les sœurs souhaitaient acheter la Creamy Treat. Elles m’ont toutes deux dit que Lindsay et Rowena les avaient beaucoup soutenues, et qu’elles étaient même restées un certain temps pour leur montrer les rudiments. Lorsqu’on leur a demandé si elles avaient eu des problèmes pour obtenir des fonds pour acheter l’entreprise, elles m’ont répondu : « Pas du tout! » Il y a eu un certain retard, causé par la Covid. Elles n’en reviennent pas du soutien que leur a apporté la communauté. Les gens les arrêtent souvent dans la communauté pour leur dire à quel point ils sont heureux que le comptoir de glaces soit resté ouvert, et elles reçoivent aussi plein de beaux messages sur Facebook.


J’ai demandé à Candice, qui jongle également avec son rôle d’enseignante, de mère et d’épouse, ce qu’elle préférait dans ce travail. Elle m’a répondu qu’elle aimait imaginer de nouvelles friandises (je ne peux pas lui en faire reproche). Ils livrent et vendent également des friandises à d’autres entreprises de la région.


Angela, qui est également pharmacienne à la pharmacie locale, dit que ce qu’elle préfère, c’est faire les gâteaux et rencontrer les gens.



Mais toutes deux s’accordent à dire que c’est le meilleur endroit pour travailler car les clients sont toujours heureux. Je veux dire que manger de la crème glacée est le meilleur moyen d’améliorer l’humeur! Personne ne quitte l’endroit déçu ou en colère. 


Lorsque je leur ai demandé si elles avaient des conseils à donner aux autres femmes qui envisagent de se lancer dans les affaires ou de créer leur propre entreprise, ces jeunes femmes ont eu des conseils très sages...

-    Suis ton intuition...

-    Continuez à poser des questions

-    N’abandonnez pas

-    Vous avez besoin du soutien de votre famille

Et celui que j’ai trouvé le plus important était : 

-    Vous DEVEZ le désirer.


Quel est l’avenir de la Creamy Treat? Eh bien, pour l’instant, elles gardent les choses simples : quelques rénovations, un meilleur stationnement, de meilleures installations extérieures et dans un proche avenir, il n’y aura que de la crème glacée... mais qui peut les blâmer? Pourquoi s’emmêler avec ce qui rend les gens heureux.