Les animateurs de l’émission La Voix de Sainte-Anne.
Les animateurs de l’émission La Voix de Sainte-Anne.

Prise de parole à l’Université Sainte-Anne : la radio étudiante fait son retour sur les ondes de CIFA

POINTE-de-l’ÉGLISE : Quand je suis entrée dans le bureau de Pierre-Alexandre Bigras, directeur des activités socioculturelles de l’Université Sainte-Anne, pour proposer mon idée de relancer la radio étudiante, je n’avais pas la moindre idée de ce dans quoi je me lançais. Ne vous méprenez pas : j’ai déjà fait de la radio étudiante auparavant et j’avais une idée de ce que je faisais, mais je n’étais pas préparée à une réussite aussi fulgurante que celle-ci! Alors, on voyage dans le temps, on se retrouve non pas le 5 septembre, mais le 15 novembre, j’ouvre la station de radio le 104,1 FM et j’entends, comme un chant de sirène, monter de la radio les mots : « Vous écoutez la Voix de Sainte-Anne, la radio étudiante de l’Université Sainte-Anne! ». Voici l’histoire d’une équipe d’étudiantes qui ont redonné vie à la radio étudiante de l’Université Sainte-Anne, et ont décidé de créer une plateforme où diffuser les talents de leurs camarades étudiants!

     Former une équipe du tonnerre!

     La première étape de la relance de la radio étudiante fut la mise en place et la formation d’un comité d’étudiants encadré par des professionnels. C’est Émile Blinn, représentant de la radio communautaire CIFA, qui nous a apporté son précieux soutien ainsi que Pierre-Alexandre qui a trouvé l’argent pour l’achat de matériel neuf et qui nous a procuré ledit matériel. C’est ainsi que la radio étudiante s’est vue nantie de deux nouveaux microphones! Il ne manquait qu’un comité de journalistes! Les inscriptions furent nombreuses, mais quatre membres actifs ont persévéré : Jennifer Demosthene, Karelle Audrey Ngassam, Sephora Kissi (vice-présidente) et Mattea LeBlanc.

     Les étudiantes ont suivi une formation en journalisme citoyen durant le cadre du colloque Les médias francophones sous toutes leurs coutures : rôles, défis, occasions dans un environnement en changement qui a eu lieu du 4 au 6 octobre 2019. Pierre-Alexandre leur a également offert une formation en enregistrement avec le logiciel Audacity. Bien outillées, les étudiantes se sont mises à la recherche du contenu de leurs premières chroniques!

     Des défis à surmonter

     Quand on voit à la recherche de contenu pour des reportages et à l’enregistrement d’entrevues, ainsi qu’à des rencontres hebdomadaires, on fait face à de nombreux défis. Le premier obstacle fut bien sûr de trouver une façon de coordonner nos rencontres afin que tout le monde puisse y assister. Comme le comité était presque entièrement composé d’étudiantes à temps plein, il fallait trouver un moment dans la semaine pour se rencontrer afin de prendre des décisions et d’enregistrer le contenu. Pour accommoder les participants, l’entente première était de leur laisser carte-blanche quant au moment de l’enregistrement. Le studio allait être mis en place et à leur disposition, et la responsabilité d’aller enregistrer son contenu incombait à chacun individuellement. Cet arrangement a cependant engendré un autre problème : pour éviter le vol ou la perte du matériel, il fallait un local où installer ce matériel. L’accès exclusif à un local nous a été refusé, et sans local, nous nous sommes retrouvées dans une impasse.

     On a donc décidé d’installer le matériel d’enregistrement (ordinateur, planche de mixage, micros, entre autres) dans le café étudiant, le Bric-à-Brac. L’équipement de la radio étudiante a été placé dans une armoire fermant à clef, et les séances d’enregistrement hebdomadaires supervisées ont commencé les mercredis de 17 h à 19 h, après quoi il s’est ajouté une deuxième séance hebdomadaire les vendredis de 15 h à 18 h.

     Une première émission

     Une fois tous les problèmes réglés, les étudiantes formées et les artistes invités pour des entrevues, les étudiantes se sont mises à l’enregistrement de leur première émission. J’ai été absolument renversée par le talent des étudiantes et de leurs invités! Les étudiantes se sont mises d’accord pour travailler chacune sur sa propre chronique. Sephora Kissi s’occupe de la chronique On a du talent, qui braque le spotlight sur les étudiants qui se démarquent en art et spectacle. Cette semaine, elle pris en entrevue deux musiciens, Émery Kalo et Gucci Montana, qui nous ont tous deux fait l’honneur d’une performance a capella. Mattea a reçu en entrevue Natalie Robichaud, directrice de la Société acadienne de Clare, et Karelle a fait la couverture des événements sportifs du campus dans sa chronique des sports. Et moi, bien humblement, j’ai fait la présentation de ma chronique de reportages, que j’ai intitulée affectueusement Le mot de Caro. Pas original? Pas de problème. Ce n’est pas le titre, mais le contenu qui compte!

     La première émission a été sur les ondes de CIFA le 15 novembre 2019 à 20 h. Nous espérons présenter une nouvelle émission chaque semaine!

     Un grand merci à Pierre-Alexandre pour le soutien et pour sa présence! Je n’aurais jamais pu le faire sans toi! Un remerciement spécial à CIFA et à Émile Blinn pour leur soutien également. Félicitations aux étudiantes qui ont travaillé très dur! J’espère que de vous entendre à la radio vous a donné la piqûre pour cet art! Continuez sur ce chemin et vous irez loin! Quant à nos chers auditeurs, vous pouvez nous joindre sur Facebook à la page « La Voix de Sainte-Anne ». Vous trouverez sur la page plus de renseignements sur nos heures d’enregistrement et de diffusion, et de contenu par nos artistes, et des photos bien sûr!

     La Voix de Sainte-Anne vous parle! Écoutez-la!