Clyde DeViller a animé la séance d’information sur le Fonds pour le bien-être.

Présentation en Clare du Fonds pour le bien-être

METEGHAN : Clyde DeViller, coordonnateur du Conseil communautaire de santé au secteur de l’Ouest, a présenté le Fonds pour le bien-être de la Régie de la santé de la Nouvelle-Écosse le jeudi 12 septembre à la bibliothèque de Meteghan. Il a présenté le Fonds et expliqué la procédure à suivre pour faire une demande de subvention. La date butoir pour faire une demande de fonds (allant jusqu’à 3 000 $) est fixée au 15 octobre à minuit pour 2019.

     Il y a eu d’autres rencontres à Yarmouth et à Digby. Le but de la rencontre était de comprendre : le but du Fonds et le genre de projets financés, qui peut faire demande, le processus pour faire une demande, les responsabilités et comment augmenter l’impact des fonds pour la santé de la communauté. Il a expliqué aussi la raison d’être du Fonds. Il s’agit d’appuyer les priorités identifiées par la communauté, d’offrir du financement de départ ou temporaire et d’encourager le partenariat et la collaboration dans la communauté. Il a aussi abordé ce qui est considéré dans les demandes.

     Le Fonds pour le bien-être appuie les projets proposés selon le Plan de santé communautaire du secteur de l’Ouest. Ce Plan a été dressé suite à des consultations auprès du public en général par des sondages, des groupes de discussion et des conversations communautaires pour connaître les enjeux et préoccupations prioritaires dans la collectivité en matière de santé. Ensuite, plus de 200 intervenants ont été rassemblés dans le cadre d’une série de neuf rencontres tenues partout dans le secteur Ouest.

     Le Plan dresse quatre priorités qui sont les résultats des consultations. La première priorité est celle de travailler ensemble pour améliorer la sécurité alimentaire, c’est-à-dire obtenir des aliments sains en raison du coût, de la disponibilité et des connaissances en matière d’alimentation. La deuxième priorité est celle de la disponibilité et de l’accès à des programmes de vie saine, de loisirs et de bien-être.

     La troisième priorité, du nouveau pour ce Plan révisé pour 2019, vise le travail d’équipe pour aborder les questions de logement sûr, abordable et approprié. Les possibilités de connexion et d’inclusion dans des environnements communautaires favorables sont la quatrième priorité.

     L’animateur a ensuite présenté le nouveau formulaire de demande de subvention au Fonds pour le bien-être. Le formulaire est plus facile à remplir et demande les détails précis pour présenter des projets.

     Pour obtenir des renseignements supplémentaires ou pour télécharger le formulaire de demande, veuillez consulter le www.communityhealthboards.ns.ca/wellness-funds (site en anglais seulement).

ATLANTIQUE : La Société Nationale de l’Acadie (SNA) a reçu confirmation que la présence du Consulat général de France dans les provinces de l’Atlantique sera maintenue. La décision de fermer en 2022 a été annulée, au grand bonheur des Acadiens, Acadiennes et francophones de l’Atlantique.

     Louise Imbeault, présidente de la SNA, applaudit la décision du Gouvernement de la France et salue l’engagement collectif qui a permis cet heureux dénouement.

     « Avec cette décision, la France vient confirmer l’attachement et la valeur qu’elle accorde aux relations qu’elle entretient avec le peuple acadien. Nous nous réjouissons du maintien du Consulat et réitérons notre attachement profond à cette amitié et collaboration fructueuses. Les relations entre la France et l’Acadie sont là pour durer et s’intensifier!»

     Lorsque la nouvelle de la fermeture possible du Consulat en 2022 s’est ébruitée au début octobre, plusieurs voix, d’intervenants de multiples sphères de la société acadienne et française, se sont élevées pour plaider en faveur de son maintien, vantant ses accomplissements et ses nombreux mérites.

TUSKET: Lors de l’assemblée générale annuelle du mercredi 6 novembre du Conseil acadien de Par-en-Bas (CAPEB), Gwen LeBlanc a été élue nouvelle présidente du CAPEB. Elle avait été recommandée par le comité de mise en candidature, puis élue par acclamation. Elle remplace Colton LeBlanc qui a servi pendant moins d’un an et qui a démissionné suite à son élection en tant que nouveau député provincial d’Argyle-Barrington. Le Courrier de la Nouvelle-Écosse s’est entretenu le lundi 25 novembre avec Gwen LeBlanc, cette femme d’affaires qui continue à s’engager dans sa communauté de Par-en-Bas.

     Originaire de la région de Wedgeport, Gwen LeBlanc a fait ses études élémentaires à l’École Wedgeport et a ensuite fréquenté l’École secondaire à Sainte-Anne-du-Ruisseau. Elle a obtenu son certificat de fin d’études secondaires en 1990. En janvier 1991, elle a suivi une formation en secrétariat, puis à l’automne 1991, elle s’est inscrite à l’Université Sainte-Anne pour y faire un baccalauréat en arts avec majeure en commerce. Elle est de la promotion 1997 à l’Université Sainte-Anne.

     Gwen LeBlanc possède une vaste expérience dans le monde des affaires. Pendant douze ans, elle a d’abord travaillé dans les banques, soit Trans Canada Credit et les Caisses populaires. Elle a été employée de la Caisse populaire de Wedgeport et de la Coastal Financial Credit Union. Son contrat avec les caisses populaires s’est terminé en 2006 et elle a ensuite postulé pour un poste d’enseignante à l’École secondaire de Par-en-Bas, à une époque où il y avait une grave pénurie d’enseignants.

CHÉTICAMP : Les résidants de Chéticamp, parents, amis et ses collègues associés en affaires pleurent le décès de Raymond Deveau, décédé subitement le 14 novembre à Belle-Côte.

     Né à Chéticamp le 16 octobre 1948, Raymond était le fils de feu Henri (à John) Deveau et de Marie Thérèse Cormier. Époux, père dévoué, grand-père (pépère) et visionnaire dans le monde des affaires, il laisse un legs important derrière lui. Sa détermination, sa ténacité et son éthique de travail sont sans pareil. Il a commencé sa vie d’entrepreneur comme propriétaire et soudeur d’Industrial Welding Ltd à Chéticamp et il a créé plusieurs autres entreprises au cours de sa vie, et en travaillant d’arrache-pied, il s’est taillé une réputation admirable.

TUSKET : Les athlètes du comté de Yarmouth ont été reconnus dans une cérémonie spéciale tenue au gymnase de l’École secondaire de Par-en-Bas (ESPB) le vendredi 29 novembre à 19 h. Au-delà de 200 athlètes entourés de leurs parents, grands-parents et amis étaient présents. Frank Grant, directeur du département des loisirs de la ville et de la municipalité de Yarmouth, et Ginette d’Entremont, la directrice de la programmation et de la vie active pour le département des loisirs de la municipalité d’Argyle, ont présidé le 43e anniversaire de cette cérémonie de reconnaissance.

     Après avoir souhaité la bienvenue à la foule, Frank Grant a présenté les invités suivants : Danny Muise, le préfet de la municipalité d’Argyle; Colton LeBlanc, le député provincial d’Argyle-Barrington; Leland Anthony, le préfet de la municipalité de Yarmouth; Phil Mooney, le maire-adjoint de la ville de Yarmouth; Nicole Albright, conseillère et membre du conseil du département des loisirs de la municipalité d’Argyle; le diacre Bruce Hubbard et Zach Churchill, le ministre de l’Éducation et député de Yarmouth. Les personnes suivantes ne pouvaient être présentes : Chris d’Entremont, Pam Mood, Debbie Smith, Nicole Kenney et Bruce Johnson.

Les 16 jours d’activisme contre la violence fondée sur le sexe sont une campagne internationale qui a lieu chaque année du 25 novembre (Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes) au 10 décembre (Journée internationale des droits de la personne). Les 16 jours sont l’occasion de s’unir avec des partenaires du monde entier et de réfléchir à ce que chaque personne peut faire dans sa propre collectivité et dans sa propre vie pour éliminer la violence disproportionnée dont les femmes, les filles et les membres de la communauté LGBTQ2 sont victimes. Les 16 jours comprennent également la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes, qui a lieu le 6 décembre, en souvenir des 14 jeunes femmes qui ont été sauvagement assassinées à l’École Polytechnique de Montréal dans un acte choquant de violence fondée sur le sexe.

LA BUTTE : Depuis septembre 2019, la Conseil scolaire acadien provincial (CSAP) fait partie du programme d’élèves internationaux de la Nouvelle-Écosse (NSISP, Nova Scotia International Student Program). Celasignifiequelenombred’élèves internationaux francophones dans les écoles augmentera. Pour ce faire, le CSAP est à la recherche de familles d’accueil pour héberger et prendre en charge ces futurs élèves internationaux.

     La famille d’accueil sera responsable d’offrir un lieu d’hébergement meublé dans une chambre individuelle dotée des éléments suivants : un lit, une commode, un placard ou une penderie et une fenêtre. La famille offrira également un accès à un réseau Internet, trois repas sains par jour et une température adéquate pendant les mois d’hiver. En contrepartie, la famille recevra un revenu de 620 $ par mois.

TRURO : Un projet de mise en valeur des cultures acadienne, métis et souriquois, grâce à Patrimoine Canadien a été offert par le Centre communautaire francophone de Truro.

    La communauté a reçu des formations sur les cultures acadienne, métis et souriquois (danse, chant, artisanat, culture métisse) pendant le projet. Le 22 novembre, la fin du projet a été soulignée par une soirée culturelle (acadien, métis, souriquois) et par la visite de Carl Deveau (culture métisse), d’Helene Levesque (musique acadienne), par de la danse et les chants des jeunes de l’École acadienne de Truro et une exposition d’art qui a été créée au long du projet. Elaine Saulnier a préparé un bon fricot au poulet et poutines râpées.

COMEAUVILLE : Quatre entrepreneurs de Clare ont été honorés lors de l’Assemblée générale annuelle (AGA) de la Chambre de Commerce de Clare le 21 octobre au Club de golf de Comeauville. L’entreprise de l’année 2019 est J.D. Composite de La Butte. Les cofondateurs, David Saulnier et Joël German, ont été honorés pour l’occasion.

     Cette nouvelle entreprise innovante a fait fureur à l’échelle mondiale en 2019 pour la construction de la toute première maison fabriquée avec des bouteilles de plastique recyclées. La maison de 2 000 pieds carrés, située à La Butte, est réputée avoir été construite avec plus de 600 000 bouteilles en plastique qui ont été transformées en panneaux utilisés lors de la construction, rendant la maison très solide et écoénergétique. La réalisation de cette maison a permis à l’équipe de J.D. Composites de se positionner comme leader dans le domaine des matériaux de construction durables en trouvant une solution à l’un des plus grands problèmes du monde, a-t-on appris lors de la présentation aux deux entrepreneurs.

POINTE-de-l’ÉGLISE : Quand je suis entrée dans le bureau de Pierre-Alexandre Bigras, directeur des activités socioculturelles de l’Université Sainte-Anne, pour proposer mon idée de relancer la radio étudiante, je n’avais pas la moindre idée de ce dans quoi je me lançais. Ne vous méprenez pas : j’ai déjà fait de la radio étudiante auparavant et j’avais une idée de ce que je faisais, mais je n’étais pas préparée à une réussite aussi fulgurante que celle-ci! Alors, on voyage dans le temps, on se retrouve non pas le 5 septembre, mais le 15 novembre, j’ouvre la station de radio le 104,1 FM et j’entends, comme un chant de sirène, monter de la radio les mots : « Vous écoutez la Voix de Sainte-Anne, la radio étudiante de l’Université Sainte-Anne! ». Voici l’histoire d’une équipe d’étudiantes qui ont redonné vie à la radio étudiante de l’Université Sainte-Anne, et ont décidé de créer une plateforme où diffuser les talents de leurs camarades étudiants!

     Former une équipe du tonnerre!

     La première étape de la relance de la radio étudiante fut la mise en place et la formation d’un comité d’étudiants encadré par des professionnels. C’est Émile Blinn, représentant de la radio communautaire CIFA, qui nous a apporté son précieux soutien ainsi que Pierre-Alexandre qui a trouvé l’argent pour l’achat de matériel neuf et qui nous a procuré ledit matériel. C’est ainsi que la radio étudiante s’est vue nantie de deux nouveaux microphones! Il ne manquait qu’un comité de journalistes! Les inscriptions furent nombreuses, mais quatre membres actifs ont persévéré : Jennifer Demosthene, Karelle Audrey Ngassam, Sephora Kissi (vice-présidente) et Mattea LeBlanc.

     Les étudiantes ont suivi une formation en journalisme citoyen durant le cadre du colloque Les médias francophones sous toutes leurs coutures : rôles, défis, occasions dans un environnement en changement qui a eu lieu du 4 au 6 octobre 2019. Pierre-Alexandre leur a également offert une formation en enregistrement avec le logiciel Audacity. Bien outillées, les étudiantes se sont mises à la recherche du contenu de leurs premières chroniques!

POINTE-de-l’ÉGLISE : Une quinzaine de personnes étaient présentes à l’Assemblée générale annuelle de la Radio communautaire CIFA le mercredi 27 novembre à la galerie Le Trécarré à l’Université Sainte-Anne. Désiré Nyela, professeur à l’Université Sainte-Anne, est devenu président, François Bélanger, professeur aussi, est devenu vice-président. La trésorière Susan Comeau et la secrétaire Chantal White poursuivent leurs mandats respectifs.

     Dans son rapport, Mike Gaudet, président sortant, a noté que la dernière année a été un peu difficile. « Il fallait se mettre dans le trou pour faire ce qu’on devait. Il y a beaucoup de monde qui a travaillé fort pour CIFA, selon lui. Nous allons de l’avant avec de nouvelles émissions et d’autres qui s’en viennent. Je vous félicite tous et j’espère pouvoir en offrir plus dans l’avenir. »

     La directrice générale en poste depuis un an déjà, Lisa Doucette, a présenté son tout premier rapport annuel. « Je remercie tous les gens pour la patience dont ils font preuve à l’égard de toutes les questions que j’ai posées et pour l’aide qu’ils m’ont apportée. L’année a été très intéressante. Il y a eu des choses que nous avions planifiées qui ne se sont pas concrétisées, mais beaucoup de choses se sont réalisées. C’est incroyable comment le public nous appuie. Ce fut un plaisir de travailler avec tous les employés, les bénévoles, mon conseil d’administration et le public. Espérons que l’an prochain, à l’approche du 30e anniversaire de la radio communautaire CIFA, les choses seront encore meilleures pour notre radio communautaire. »

OTTAWA : La Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA) a tenu son Forum des leaders et ses rencontres régulières les 21, 22 et 23 novembre. Les rencontres ont eu lieu à l’Hôtel Marriott à Ottawa. Une soixantaine de par ticipants provenant de toutes les provinces du pays étaient présents. Le Forum des leaders a eu lieu le jeudi et le vendredi matin. Une séance de concertation entre les présidences et les directions générales a eu lieu le vendredi après-midi. Le conseil d’administration s’est réuni pendant la journée du 23 novembre. Le thème de ces rencontres était de positionner la francophonie canadienne dans l’espace public.

     Justin Johnson, le président du comité de coordination a souhaité la bienvenue aux gens. Dans ses commentaires, il a parlé des inquiétudes de la FCFA pendant la dernière année. Il a également parlé des dernières élections fédérales et de l’importance de la promotion du français.

     Après ces commentaires assez brefs, Justin Johnson a présenté Jean Johnson, le président de la FCFA. Ce dernier a exprimé sa reconnaissance envers les efforts de la FCFA en matière de mobilisation pendant les dernières élections fédérales. M. Johnson a conclu en parlant de l’importance de faire avancer le dossier sur la modernisation de la Loi sur les langues officielles.

BOUCTOUCHE (N.-B.) : L’organisme sans but lucratif Nation Prospère Acadie (Nation Prospère), créé à l’automne 2018 dans le but d’œuvrer à la pérennité de la vie française au Canada atlantique, pourra désormais compter sur un levier additionnel pour poursuivre sa mission. Le statut d’œuvre de bienfaisance lui a récemment été décerné, lui permettant désormais la possibilité de remettre des reçus officiels de dons aux fins de l’impôt.

     La désignation accordée à Nation Prospère s’applique à quatre domaines reconnus aux fins de la bienfaisance et qui sont :
1)    ses travaux de recherches portant sur la pérennité de la vie française en Acadie,
2)    la protection et mise en valeur du patrimoine historique et religieux d’importance à l’Acadie,
3)    la conservation et la mise en valeur de collections d’œuvres artistiques acadiennes de haute qualité et
4)    la protection de l’environnement naturel de l’Acadie. Les travaux de recherches portant sur une Assemblée nationale de l’Acadie et chapeautés par l’organisme s’inscrivent notamment dans cette orientation.

PUBNICO-OUEST : Après une longue carrière comme responsable de la programmation au Village historique acadien de la Nouvelle-Écosse, Kathy Nickerson a décidé qu’il était temps de prendre sa retraite. Le Courrier de la Nouvelle-Écosse a eu le plaisir de rencontrer Mme Nickerson dans son bureau au Village le lundi 18 novembre. Elle commençait sa dernière semaine de travail.

     Kathy Nickerson est une Acadienne fière de ses racines. Originaire de Pubnico-Ouest, elle a fait ses études élémentaires dans les écoles du Village. Elle a obtenu son certificat de fin d’études secondaires de l’ancienne école secondaire à Sainte-Anne-du-Ruisseau. Ensuite, elle s’est inscrite au Collège communautaire d’Halifax, où elle a obtenu un diplôme en photographie. Son premier emploi a été chez Parnell’s Photo. En début de carrière, elle a tenté plusieurs occupations, cependant elle a toujours été passionnée par la photographie. En 2002-2003, elle a accepté un poste auprès du Réveil de Pombcoup. Son bureau était situé au même endroit que son bureau actuel, au Village historique acadien. Ses responsabilités au Réveil de Pombcoup étaient d’organiser et de coordonner des activités entourant le 350e anniversaire de Pubnico. En 2004, Mme Nickerson a été embauchée par le Village historique et ses responsabilités étaient de coordonner des activités de cueillette de fonds pour le Village, poste qu’elle a géré avec grand enthousiasme et énergie.

SAINT-JOSEPH-du-MOINE : Le Jour du Souvenir est passé, mais les chagrins et les horreurs des guerres restent ancrés dans l’esprit de plusieurs, bien longtemps après les cérémonies du 11 novembre. On doit se rappeler des nombreuses épreuves et des nombreux sacrifices qu’ont subis nos anciens combattants.

     Chaque fois que j’entends un ancien combattant raconter son histoire ou que je rencontre ceux qui ne peuvent pas parler de leurs expériences même des décennies plus tard, je suis accablée par les terreurs qu’ils ont vécues et l’enfer qu’ils ont dû apprendre à endurer dès leur retour chez eux. Aujourd’hui, en leur honneur, je vous raconte l’histoire d’une famille acadienne de notre comté qui a été affectée par la guerre et qui a toujours eu recours aux prières et à la foi pour assurer le retour des membres de la famille, sains et saufs

PETIT-RUISSEAU : Pour la deuxième année de suite, la municipalité de Clare lance la campagne La saison des dons pour recueillir des dons qui seront remis aux organismes de bienfaisance locaux. Jusqu’au jeudi 19 décembre, les résidents sont invités à laisser un don, tel qu’un produit alimentaire non périssable ou un nouveau jouet, au bureau municipal pendant les heures de bureau.

     Selon des statistiques récentes de Feed Nova Scotia, 42 000 Néo-Écossais ont eu recours à une banque alimentaire en 2018 et un enfant sur cinq vit actuellement dans la pauvreté dans la province. La communauté de Clare est également touchée par ces questions. Encore une fois, les produits alimentaires non périssables et les articles de toilette seront déposés à la banque alimentaire de Clare, à la Paroisse Sacré-Coeur de Saulnierville, et les nouveaux jouets seront déposés chez Les papas Noël de Clare.

     Les résidents sont aussi encouragés à déposer leurs dons lors de trois événements du temps des fêtes, organisés par les services des loisirs de la municipalité de Clare :

●  Allumage de l’arbre de Noël : le dimanche 1er décembre de 14h à 16 h au Centre des anciens combattants de Clare à Saulnierville,

●  RBC Patiner avec le père Noël : le samedi 7 décembre de 15 h 30 à 16 h 30 à la patinoire de l’Université Sainte-Anne à la Pointe-de-l’Église,

●  Noël à Havelock : le samedi 14 décembre de 16 h 30 à 18 h 30 au Centre communautaire de Havelock.

HALIFAX : Le Regroupement des aînés de la Nouvelle-Écosse (RANE) a tenu le 21 novembre dernier son assemblée générale annuelle. Les membres étaient présents partout dans les neuf régions par l’entremise des centres communautaires.

     Véronique Legault, directrice générale du RANE, a présenté le rapport annuel du RANE ainsi que les états financiers en soulignant les divers projets qui ont été réalisés durant le dernier exercice financier.

     Léonard Lefort, président du RANE, a mentionné au nom de tous les administrateurs, qu’il était totalement satisfait des résultats obtenus par le RANE durant la dernière année. Il a cependant ajouté que des raisons personnelles l’obligeaient à mettre fin à son mandat plus tôt que prévu. 

     Le vice-président Claude Renaud a été élu à la présidence pour compléter le mandat de Léonard Lefort. Il a remercié ce dernier pour son engagement communautaire et son appui au RANE durant les dernières années. En parlant aux membres, il a ajouté : « J’espère être un porte-parole digne de votre confiance et qui vous représente bien. J’aurai l’occasion de vous rencontrer bientôt ».

     Les membres du RANE ont élu Diane Racette à la vice- présidence pour un mandat de deux ans, et ils ont ratifié la nomination des autres membres du conseil d’administration :

Janine Lacroix, représentante de l’Isle Madame;
Charles Gaudet, représentant d’Halifax;
Joseph-Henri Poirier, représentant de Chéticamp;
Bernice Doiron, représentante de Pomquet;
Paul d’Entremont, représentant d’Argyle;
Richard Landry, représentant de Clare;
Raymond Lefort, représentant de Sydney;
Daniel Beaudreau, représentant de la Rive-Sud et
Hélène Lavigne, représentante de la Vallée.

     Chaque année, le RANE reconnaît l’engagement de plusieurs aînés qui contribuent à l’épanouissement de leur communauté en décernant le prix May Bouchard. Cette année, le prix May Bouchard a été remis à Yvon Samson pour l’ensemble de son engagement communautaire.

     Le Regroupement des aînés de la Nouvelle-Écosse (RANE) a pour mission de favoriser et de valoriser la contribution des personnes aînées à la communauté acadienne de la Nouvelle-Écosse.

ARICHAT : C’est le 12 novembre que le dernier comité plénier de la municipalité de Richmond a eu lieu dans le local des réunions ordinaires du conseil, à Arichat. L’ordre du jour comprenait trois présentations qui font que les conseillers auront de la matière sur laquelle se pencher pendant les mois qui viennent. Aucune décision n’a été prise sur le tas. Après une étude plus approfondie, il pourrait y avoir des suivis. Il reste à voir quelles actions seront prises.

     La première présentation a été livrée par Emily Pond qui a déjà été agente auprès du ministère des Affaires municipales, responsable d’aviser et de travailler avec la municipalité de Richmond. Cette présentation se voulait une introduction à son nouveau mandat et à un nouveau secteur/ bureau qui existe, au provincial, depuis 2015. Ce secteur a été créé en réponse au rapport bien connu, le rapport Ivany, selon Mme Pond. Il s’agit de l’Office of regulatory affairs and service effectiveness, dont le mandat est de réduire le fardeau réglementaire des entreprises, d’apporter des améliorations et de soutenir davantage la croissance économique de la province. Mme Pond a insisté pour dire qu’il ne s’agit pas d’éliminer tous les règlements, mais plutôt de réduire et de supprimer les dédoublements de règlements, ou les règlements superflus et redondants. Sans l’avoir exprimé de vive voix, Mme Pond est venue inviter les conseillers à se pencher sur cette question de réglementation et voir comment la municipalité peut emboîter le pas au provincial, pour faire en sorte que les entreprises naissent et grandissent sans trop de difficultés et d’encombrements. Elle promet d’être à l’écoute et de répondre aux demandes d’aide de la municipalité dans tout effort et toute affaire qui visent la croissance des entreprises.

HALIFAX : Lors de son AGA du 21 novembre dernier, le Regroupement des aînés de la Nouvelle-Écosse (RANE) a remis le Certificat May Bouchard à Yvon Samson pour son dévouement et engagement à l’Acadie de la Nouvelle-Écosse.

     À la fin de ses études à l’Université Sainte-Anne en 1978, Yvon Samson travaille comme agent de développement communautaire de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse dans la région d’Argyle. En 1980, il est embauché comme agent de promotion des langues officielles au Secrétariat d’État du Canada à Ottawa, puis comme chef des opérations du Programme Hospitalité Canada. En 1985, il devient directeur général de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse puis de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada à Ottawa.

POMQUET : Le 13 novembre 2019 a eu lieu à l’École acadienne de Pomquet l’assemblée générale annuelle (AGA) de la Société acadienne Sainte-Croix (SASC). Nous avons eu la chance d’accueillir une quarantaine de membres pour notre repas, spectacle et AGA.

     La première partie a commencé par une présentation de Jude Avery de la région de Tor Bay. Cette région acadienne émergente fait beaucoup pour assurer la pérennité de sa culture. Jude nous a donc expliqué l’origine de ce groupe de fiers Acadiens qui s’est formé en lien avec le Congrès mondial acadien de 2004. Il a aussi ajouté que depuis cet événement, le groupe continue d’être très actif avec des spectacles, des lieux historiques, entre autres. Dans le but de mieux les appuyer, la SASC a ouvert un siège à son CA pour la région de Tor Bay. Allez jeter un coup d’œil à leur site web au www.socacadien.org Par la suite, Kenneth Boudreau nous a interprété une chanson en lien avec l’histoire du capitaine Savalette.

HALIFAX : Le Conseil de développement économique de la Nouvelle-Écosse (CDÉNÉ) a le plaisir d’annoncer la nomination de Gwen LeBlanc au poste de gestionnaire des Services en développement économique communautaire et innovation. Cette dernière est entrée en fonctions le 12 novembre.

     Gwen LeBlanc est originaire de Wedgeport en Nouvelle-Écosse et est diplômée de l’Université Sainte-Anne. Elle a débuté au CDÉNÉ en 2009, en tant qu’agente de développement économique communautaire, représentant la région d’Argyle.

     Tout au long de sa carrière, Gwen s’est efforcée de fournir aux communautés acadiennes de la Nouvelle-Écosse les outils nécessaires à la diversification et la croissance économique, ainsi qu’à la création d’emploi. Elle a créé des liens entre les intervenants communautaires, donné des ateliers, coordonné des projets leviers et fait la promotion de l’entrepreneuriat et de l’esprit coopératif chez les jeunes. Elle a également contribué à promouvoir l’industrie du tourisme en tant que moteur économique de sa région et de toutes les régions acadiennes de la Nouvelle-Écosse, notamment par la création du site VisitezNE.ca

     « Je suis très reconnaissante de pouvoir continuer à travailler dans le secteur du développement économique communautaire au sein du CDÉNÉ et avec une équipe dynamique et innovatrice, a-t-elle dit. J’ai une affection particulière pour les communautés acadiennes de la Nouvelle-Écosse qui ont beaucoup à offrir à leurs membres, mais aussi au monde entier. »

CENTRE-de-METEGHAN : Le jeudi 21 novembre, 44 membres et invitées de l’Association Madeleine-LeBlanc se sont réunies au Seashore Restaurant au Centre-de-Meteghan pour leur réunion annuelle.

     La présidente, Glenda Doucet-Boudreau, a ouvert la réunion en souhaitant la bienvenue aux membres et invitées. Dans le rapport de la présidente, elle a souligné les honneurs reçus par certaines durant l’année : Simone Comeau, proclamée bénévole de l’année par la municipalité de Clare pour son dévouement envers l’Association. Par ailleurs, les membres Glenda Doucet- Boudreau, Nicole Muise, Simone Comeau, Murielle Comeau Péloquin, Marcelle Comeau et Phyllis Comeau, du comité du livre Femmes inspirantes de la Baie Sainte-Marie, ont reçu un certificat de reconnaissance de la Société acadienne de Clare pour leur dévouement continu envers le projet; Colette Deveau a reçu le Certificat régional de la Fédération des femmes acadiennes de la Nouvelle-Écosse (FFANE); Elaine Thimot a été récipiendaire du Certificat Denise Samson de la FFANE et Glenda Doucet-Boudreau a été récipiendaire de l’Ordre de la Pléiade.

WEDGEPORT: Les membres de la Légion canadienne succursale 155 de Wedgeport continuent à coordonner des activités pour commémorer nos anciens combattants. Cette année, comme par le passé, les anciens combattants ont été très occupés par leurs nombreuses visites dans les écoles, les foyers, certaines églises de la région, et dans des cimetières locaux.

     Nos anciens combattants commencent à montrer leur âge et on s’aperçoit que le nombre d’anciens combattants est en décroissance. Cependant leur habileté à sensibiliser les foules continue à inspirer nos communautés. Le Courrier de la Nouvelle-Écosse a eu le plaisir d’assister aux cérémonies du 11 novembre dans la communauté de Wedgeport. Pendant notre visite dans cette communauté, nous avons assisté à la messe du 11 novembre, au dépôt des couronnes et des croix et au banquet à la salle des anciens combattants.

COMEAUVILLE : Environ 50 paroissiens de la paroisse Sainte-Marie de la Pointe-de-l’Église ont assisté à la présentation sur l’avenir de l’église et du presbytère Sainte-Marie. Avec la restructuration des paroisses de la région de Clare et compte tenu de leur situation financière précaire, la paroisse doit prendre des décisions qui concernent les deux édifices. La rencontre a eu lieu le dimanche 10 novembre à 14 h à la salle des Chevaliers de Colomb à Comeauville.

     André Valotaire, animateur de la rencontre et coordonnateur de la paroisse Sainte-Marie, a dirigé la rencontre. Il a présenté en premier Jean-Louis Robichaud, coordonnateur de la paroisse Sacré-Cœur de Saulnierville, qui a présenté un aperçu de la structure de la nouvelle paroisse de Clare qui existera dès le 1er janvier 2020.

     Jean-Louis Robichaud a noté que l’évêque avait demandé aux fidèles de Clare de repenser les paroisses et de regrouper les forces partout dans le diocèse. Selon lui, on est en train de gérer des paroisses moribondes en Clare. Il y a eu la création d’une Équipe de transition avec des représentants de toutes les paroisses. Depuis un an, 36 rencontres de comités ont eu lieu, dont deux rencontres publiques, en vue de fonder une seule paroisse pour regrouper tous les paroissiens actuels de Clare. La nouvelle paroisse, nommée Notre-Dame-de-l’Acadie, fonctionnera avec les six églises actuelles jusqu’à ce que des églises décident de fermer leurs portes. On vise à aller de l’avant avec la nouvelle paroisse afin d’avoir des paroissiennes et paroissiens plus actifs. Il y aura une équipe de leadership pour aider le prêtre avec un Comité des finances et un Conseil pastoral.

WEDGEPORT : Lors du banquet offert aux anciens combattants de la succursale 155 de la Légion de Wedgeport, les Patchwork Pals ont présenté une courtepointe du courage à trois des anciens combattants. Ce groupe de femmes qui sont connues en région par leurs talents et par leurs œuvres de charité continuent à inspirer ceux et celles qui les entourent.

     Le Courrier de la Nouvelle-Écosse a rencontré les responsables de ce dernier projet pour appuyer nos anciens combattants. Semble-t-il que deux membres de ce groupe d’artisanes ont assisté à une foire courtepointes-Canada à Ottawa pendant le mois de juin. Le but du voyage était de visiter une exposition de courtepointes. Ces deux membres, Debra LeBlanc et Carol Leblanc, ont profité de leur voyage dans la capitale nationale afin de participer à un projet de courtepointes du courage. Pendant cette visite, elles ont collaboré à la préparation de carrés de courtepointes. Ces deux artisanes sont contentes de rapporter qu’elles ont pu contribuer à la préparation de 2 737 carrés. Ces carrés étaient préparés par des femmes d’un peu partout à travers le pays; les carrés feront partie des courtepointes spéciales offertes à des anciens combattants.

PETIT-de-GRAT/ARICHAT : C’est en l’église Saint-Joseph de Petit-de-Grat que l’office du jour du Souvenir 2019, a eu lieu. C’est le père Michel Exalant qui présidait son troisième service du jour du Souvenir dans l’Isle Madame. Dans son homélie, il a voulu insister davantage sur l’importance de se rappeler les grands sacrifices que les soldats ont faits lors des deux guerres mondiales et de prier, souvent, pour ceux et celles qui ont perdu la vie, le sacrifice ultime, dans la défense de la paix et de la liberté.

     Natif de Haïti, le père Michel a voulu souligner l’importance de faire comprendre à la plus jeune génération qu’il faut être paisible, qu’il faut vivre en paix, qu’il faut respecter que bien des hommes et des femmes ont perdu la vie pour garantir paix et harmonie dans cette partie du monde. Il dit que le Canada est un pays où on est chanceux de vivre en paix et que le souhait de tous devrait être de continuer de vivre comme modèle de paix pour d’autres pays qui ne vivent ni en paix ni en harmonie, et ce, même de nos jours.

POINTE-de-l’ÉGLISE : Mary Ann Gauvin, présidente de la Société acadienne de Clare, a fait partie de la délégation de l’équipe de jumelage d’Annapolis Royal qui était en visite en France du 13 au 22 octobre.

     Les villes d’Annapolis Royal (Nouvelle-Écosse) et de Royan (France) sont jumelées depuis environ dix ans. Elles organisent des visites mutuelles tous les deux ans, en rotation, une fois à Royan et une fois à Annapolis Royal. C’était au tour de la délégation d’Annapolis de se rendre en France en 2019. Comme il y a des Acadiens en Clare, tout près d’Annapolis, la Société acadienne de Clare a été invitée à participer à la rencontre de cette année pour avoir une présence acadienne. Christine Igot, présidente du Comité de jumelage, a participé à l’organisation du voyage.

SAULNIERVILLE : Le Centre des anciens combattants de Saulnierville était plein à craquer le lundi 11 novembre à 10 h alors que la population de la municipalité de Clare est venue rendre hommage aux anciens combattants, vivants et tués en action, et aux militaires actuels pour leurs services dans la protection de la liberté de tous les Canadiens et Canadiennes.

     Les cérémonies ont commencé par la messe célébrée par le père Yvon Dionne. Les lectures étaient assurées par Émile Dugas. Dans son prône, le père Yvon a déploré les millions de gens tués dans les guerres mondiales alors qu’aucun territoire n’avait été acquis. Il s’est demandé ce qui conduit les humains à une telle destruction encore et encore. « C’est trop facile d’aller avec les politiciens et les chefs religieux dans les batailles. Depuis 1945, après la guerre qui devait finir toutes les guerres, les batailles ont cessé avec la compréhension qu’une autre guerre mondiale serait désastreuse. La solution, c’est la solidarité humaine. Quand nous travaillons ensemble, il est plus difficile de haïr et d’aller en guerre. » Il a rendu hommage à tous les militaires, du passé et du présent, pour les grands services consentis. Il a proposé que le souvenir de leurs services devienne un devoir civique.

PETIT-de-GRAT : C’est le dimanche 3 novembre, à 14 h, que l’assemblée générale annuelle de La Picasse a eu lieu. Le quorum a été atteint avec plus de dix membres présents qui étaient là pour recevoir, partager et commenter, s’il y avait lieu, les rapports annuels habituels présentés lors de l’AGA.

     Yvon Samson, le président du Conseil d’administration, a présidé l’AGA. Celui-ci a d’abord souhaité la bienvenue à ceux qui avaient répondu à l’invitation. Rena Boudreau a été désignée secrétaire d’assemblée.

     L’ordre du jour a été accepté tel que proposé, tout comme le procès-verbal de l’AGA 2017- 2018. Étant donné qu’il n’y avait rien qui découlait du procès-verbal de la dernière AGA, l’assemblée a passé à la présentation et à l’adoption des états financiers, au 31 mars 2019.

GLENWOOD : Une belle cérémonie marquant le 30e anniversaire de Nakile, un foyer des aînés avec des besoins spéciaux, a eu lieu à Glenwood le mercredi 6 novembre. Plus d’une centaine de personnes se sont déplacées pour fêter cette étape importante dans l’histoire d’une institution qui continue à rendre de grands services dans le Sud-Ouest de la Nouvelle-Écosse.

     Le foyer Nakile a ouvert ses portes pour la première fois en 1989. Le foyer peut accommoder 48 personnes ayant des besoins spéciaux. Le foyer est pleinement autorisé pour offrir une variété de services à une population vieillissante dans le besoin. Les propriétaires du foyer ont voulu s’assurer qu’il soit situé dans le centre de la municipalité d’Argyle et il va sans dire qu’une grande partie de leur clientèle est d’origine acadienne. En se promenant dans les couloirs de cette institution, on entend communément des conversations en français, reflétant la culture et la langue de la région. Le personnel est également de la région et connaît les clients et les membres de leurs familles, ce qui contribue à une atmosphère de collégialité.