Nolan d’Eon et Colton d’Eon.
Nolan d’Eon et Colton d’Eon.

Parc d’affaires sur la mer

Norbert LeBlanc
TUSKET / SAINTE-ANNE-du- RUISSEAU : Charlene LeBlanc, agente de développement communautaire pour la municipalité d’Argyle, est une visionnaire qui ne craint pas les défis. Dès son arrivée à la municipalité d’Argyle en 2014, elle s’est aperçu que le dossier de l’aquaculture relevait de sa responsabilité et elle a développé un intérêt particulier pour ce dossier ces dernières années.

     La municipalité d’Argyle est une municipalité rurale de plus de 1 500 kilomètres carrés qui comprend des communautés côtières et des collectivités de l’intérieur. La municipalité a une population de presque 8 000 habitants, dont un grand nombre sont des Acadiens. Notre région peut se vanter de produire les homards de la plus grande qualité sur la planète. Les homards de cette région sont connus pour leur carapace dure et pour l’abondance de chair dans les coquilles. La région est également connue pour son quai de Dennis Point, le plus grand quai pour la pêche commerciale au Canada.

     En entrevue le 31 juillet 2019, Charlene LeBlanc nous a parlé longuement de la beauté de sa région et du potentiel économique qui pourrait se développer avec des investissements importants dans le secteur de la pêche, surtout dans la production des huîtres et autres espèces de coquillages. Elle a identifié cette sorte de pêche pour une variété de raisons. D’un côté, les pêcheurs de homards de notre région travaillent six mois par année, et ce groupe pourrait facilement s’adonner à une autre sorte de pêche au printemps et en été. Par ailleurs elle estime que la géographie de nos communautés côtières est très propice à la culture des huîtres. Elle a mentionné que la région entre le village d’Argyle et la communauté de Wedgeport est une région où les eaux marines sont bien abritées et où la salinité et le pH de l’eau créent les conditions idéales pour la production par aquaculture des huîtres et des espèces à carapace dure. Mme LeBlanc est devenue une experte dans l’évaluation des eaux côtières, et elle consacre une partie de son temps à faire des évaluations régulières. Mme LeBlanc est d’avis qu’il y a plusieurs sites dans notre région où pourraient se développer des fermes à huîtres (ostréicoles).

     Elle est convaincue que ce genre d’exploitation pourrait contribuer à une prospérité économique en région.

     Suite à notre entrevue avec Charlene LeBlanc, Le Courrier de la Nouvelle-Écosse s’est rendu en bas du village de Sainte-Anne-du-Ruisseau pour participer à une visite sur la mer afin d’observer la ferme ostréicole de Nolan d’Eon et pour apprécier le travail réalisé sur une barge flottante située dans le cœur de Salt Bay. Le transport à la barge flottante et autour de la ferme d’huîtres de Nolan d’ Eon avait été coordonné par Charlene LeBlanc et Nolan d’Eon, le propriétaire d’Eel Lake Oysters. Pendant notre visite sur la barge, nous avons vu le fonctionnement d’une machine achetée de l’Australie. Il est à noter que cette machine fonctionne à l’énergie solaire sur la barge. Cette machine est capable de faire à grande vitesse un triage des huîtres avant de les placer dans des cages dans Salt Bay. Cette nouvelle technologie permet d’augmenter l’efficacité de la production ostréicole.

      Après notre excursion en mer, nous avons été accueillis au bureau municipal où nous avons entendu une présentation de Charlene LeBlanc et de Steen Gunderson axée sur le futur du développement des fermes ostréicoles en région.

La barge flottante sur Salt Bay.