L e nouveau centre équestre de la Ferme DK Farm appartenant à Denise Comeau et Kenneth Deveau de Comeauville.
L e nouveau centre équestre de la Ferme DK Farm appartenant à Denise Comeau et Kenneth Deveau de Comeauville.

Nouvelle entreprise à la Baie Sainte-Marie

Lisa Doucette
Lisa Doucette
COMEAUVILLE – Lorsque Denise Comeau et Kenneth Deveau de la Ferme DK Farm à Comeauville sont partis pour une conférence à l’Université de la Colombie-Britannique il y a plus de 12 ans, ils ne pensaient pas qu’ils allaient revenir avec un grand amour et tout ce qu’il leur a fallu, c’est une promenade de trois heures à cheval dans les montagnes de la Colombie-Britannique.
De gauche à droite : Kenneth, Henri et Denise.  
Cayenne, à gauche avec son bébé Willi.

« On achète des chevaux », a dit Kenneth Deveau dès qu’ils sont rentrés à la maison.


Denise pensait que c’était juste l’euphorie des vacances qui parlait, mais après deux semaines, Kenneth était toujours aussi déterminé à acheter des chevaux. Ils sont allés en Colombie-Britannique en juin et en juillet ils avaient trouvé et acheté des chevaux.  


À part le fait qu’ils savaient qu’ils voulaient des chevaux, ils n’avaient aucune idée de ce qui les attendait, y inclus comment les faire seller. Leur voyage dans l’équitation (l’habileté ou le sport de l’équitation) n’a commencé que lorsqu’ils ont dû aller chercher leurs deux premiers chevaux, Coco et Citrouille. Ils n’avaient pas non plus de grange, alors pendant les premiers temps, ils étaient en pension à la ferme Vintage à Riverdale. La garde des chevaux à Vintage n’était pas très pratique, car il fallait faire 45 minutes de route pour les voir. Kenneth a décidé qu’il allait construire une grange. Une autre chose qu’il n’avait jamais faite auparavant, mais avec l’aide de son frère, ils ont réussi à construire une belle grange pour Coco et Citrouille.


Présentement


Denise et Kenneth participent tous deux à des concours de chevaux. Cayenne, la mère de Willi, a un pedigree impressionnant en reining.  Son grand-père fait partie du National Reining Hall of Fame. Pour ceux qui ne le savent pas (moi y compris), le reining est un style de compétition occidental dans lequel le cavalier guide le cheval à travers une série de figures précises. Il est originaire du travail du bétail, où le cheval et le cavalier sont unis. 


Leur amour des chevaux s’est transformé en une entreprise où ils gardent des chevaux en pension, les reproduisent et donnent maintenant des cours d’équitation dans leur nouveau centre équestre. 


Denise et Kenneth n’élèvent pas leurs juments uniquement pour avoir des bébés. Ils les élèvent pour avoir des chevaux de qualité supérieure. Les lignées qu’ils choisissent sont bien étudiées. Les pères et leurs lignées sont impeccables. Le produit final est tout simplement extrêmement mignon! 


Des conseils?


La première chose qu’ils m’ont dite est de trouver un mentor avant même d’acheter un cheval. Quelqu’un qui sait ce qu’il fait et qui le fait depuis longtemps.  Les chevaux ne sont pas un passe-temps, c’est un mode de vie et la plupart des gens qui se lancent dans l’équitation ne sont pas préparés au coût de la possession d’un cheval (comme Kenneth me l’a dit, les chevaux sont mieux soignés qu’eux-mêmes) ou ne réalisent pas le travail que cela implique et en sortent au bout de cinq ans.  


Kenneth et Denise sont tous deux assez humbles pour se rendre compte que même après 12 ans, ils ont toujours besoin d’être coachés, il y a toujours quelque chose à apprendre. Ils ne vont même pas entraîner les chevaux qu’ils élèvent; ils m’ont dit qu’il y avait des experts pour cela, car un mauvais geste peut ruiner un cheval ou un cavalier.


Un conseil que je peux donner est de prendre des vacances, on ne sait jamais de quoi on peut tomber amoureux et comment cela peut changer notre vie pour le mieux.