À gauche, Gwen LeBlanc, présidente du CAPEB et Sally Kenney, directrice générale du CAPEB.
À gauche, Gwen LeBlanc, présidente du CAPEB et Sally Kenney, directrice générale du CAPEB.

Mardi gras édition COVID-19 : un grand succès

Norbert LeBlanc
PAR-en-BAS : Le petit-déjeuner du Mardi gras qui devait avoir lieu le 16 février a dû être reporté au 23 février en raison d’une tempête hivernale. Tous pensaient que changer la date entraverait le succès de l’activité, mais c’est le contraire qui s’est produit. Ce petit-déjeuner du Mardi gras a été le plus réussi depuis la création de l’événement il y a 20 ans.

Selon les rapports de Sally Kenney, directrice générale du Conseil acadien de Par-en-Bas (CAPEB), cette année, dans les cinq villages de la municipalité d’Argyle, près de 500 personnes se sont rendues sur les cinq sites désignés pour acheter un petit-déjeuner à emporter. Ce sont entre 150 et 175 personnes qui se sont rendues à la cafétéria de l’École secondaire de Par-en-Bas pour partager ce repas qui marquait le début du carême, un temps de sacrifice et de pénitence pour les chrétiens de ce coin de l’Acadie.


Dans une interview avec Gwen LeBlanc et Sally Kenney le 25 février, toutes deux ont souligné les défis que représente l’organisation du petit-déjeuner avec les réalités de la pandémie. Ces deux responsables de la CAPEB nous ont dit que la pandémie actuelle ne leur permettait pas de réunir les gens dans une salle pour célébrer. Ils ont constaté que les risques associés au rassemblement de la population, en particulier d’une population d’anciens, étaient trop élevés pour coordonner un petit-déjeuner traditionnel. Après une réunion du conseil d’administration, ces deux dernières ont décidé que l’activité devait se poursuivre, notamment en accord avec les protocoles de Santé publique la Nouvelle-Écosse.


La décision officielle était que la CAPEB allait poursuivre cette activité et au lieu de se réunir dans un lieu central, la CAPEB a identifié cinq régions où le service à domicile pouvait avoir lieu. Cette nouvelle tentative a dépassé les attentes des organisateurs du Mardi gras, à Par-en-Bas. Les sites et les locaux sont les suivants : le Centre communautaire, Pubnico-Est; le restaurant Red Cap, Pubnico-Ouest; la caserne de pompiers, Wedgeport; le club social de Twin Village, Buttes-Amirault et le Club acadien, Sainte-Anne-du-Ruisseau.


Mme LeBlanc a dit que le concept des petits-déjeuners communautaires existe depuis longtemps dans nos communautés rurales acadiennes et que ces derniers sont souvent organisés par des organisations à but non lucratif telles que les casernes de pompiers ou les clubs communautaires, entre autres. Elle a conclu que la réaction des populations locales était élevée pour les raisons suivantes : il s’agit d’une activité à faible risque et il est possible d’organiser une telle activité dans le cadre des protocoles exigés par Santé publique Nouvelle-Écosse.


Suite à notre entretien avec Sally Kenney et Gwen LeBlanc, Le Courrier a joint Jane Mary Doucette et Gary Hubbard par téléphone. Mme Doucette a coordonné le petit-déjeuner à Wedgeport et Gary Hubbard a coordonné cette activité à Sainte-Anne-du-Ruisseau. Mary Doucette avec ses12 bénévoles a servi 129 participants. Elle était ravie de voir les gens sortir un mardi matin et elle est prête à répéter cette activité dans le futur.


De sa part, Gary Hubbard a beaucoup aimé cette activité. M. Hubbard et ses six bénévoles ont servi 72 personnes et ils ont manqué de la nourriture. M. Hubbard a indiqué qu’il est prêt à continuer la coordination de cette activité dans le futur et il souhaite que cette activité ait lieu le jour même de Mardi gras l’an prochain.