Un t-shirt unique dont 20 % des ventes sont reversées à Ecole Plus... le boob t-shirt.  
Un t-shirt unique dont 20 % des ventes sont reversées à Ecole Plus... le boob t-shirt.  

Maman Makes, une entreprise réussie

Lisa Doucette
Lisa Doucette
SAULNIERVILLE – Kelli Saulnier, originaire de Tatamagouche, n’est peut-être pas native de Clare, mais lorsqu’elle est venue une année en vacances, elle est non seulement tombée en amour avec son futur mari, Marc, mais aussi en amour avec Clare.
Vous trouverez toutes sortes d’idées de cadeaux chez Maman Makes.

Elle m’a dit qu’elle aime tout de Clare et de ses habitants.  Elle n’est peut-être pas née acadienne, mais elle se considère maintenant comme telle, et c’est pourquoi le nom de son magasin Maman Makes inclut le français. Elle voulait s’assurer d’intégrer le français dans le titre parce que c’est très important pour elle, car elle vit dans une communauté acadienne.


Je lui ai demandé comment elle a eu l’idée de lancer Maman Makes, sa charmante petite entreprise. Elle m’a dit qu’elle avait acheté une machine CriCut, un appareil de découpe électronique qui permet de découper toutes sortes de motifs dans des matériaux tels que le papier, le vinyle, le papier cartonné et les transferts thermocollants, et qu’elle avait commencé à fabriquer des tasses personnalisées avec des motifs de chiens et des t-shirts, il y a un bout de temps. 


Une fois qu’elle est devenue mère de deux filles, elle a voulu gagner un peu d’argent pour la famille tout en restant à la maison avec ses enfants et en aidant d’autres mamans qui étaient dans la même situation.  C’est alors que l’idée de Maman Makes est née.   


Elle a discuté de l’idée avec son mari, Marc, et ils ont décidé d’acheter une petite grange pour loger son entreprise. Il est vite apparu que leur plan n’était pas possible financièrement; le coût de la grange plus l’électricité, l’isolation, etc... rendait son petit projet trop coûteux. C’est alors que Marc a suggéré de rénover leur garage. Elle a adoré l’idée! Réutiliser et recycler était exactement ce qu’elle aimait faire. Kelli a commencé avec un espace de 12 x 24 pieds et elle espérait pouvoir convaincre 12 mamans de se joindre à elle en tant que consignataire. En fait, elle s’est retrouvée avec 20 mamans et a maintenant environ 80 consignataires! Elle a même quelques hommes qui vendent leurs articles dans sa boutique. 


Un des problèmes qu’elle a maintenant est son manque d’espace, puisqu’elle a dû refuser des consignés. Je suppose que c’est un bon problème à avoir.  La plupart de ses mères viennent du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, mais elle en a quelques-unes plus éloignées, comme l’Ontario et l’Alberta. Sa consignée la plus âgée a plus de 90 ans et sa plus jeune a 7 ans, sa fille Juliette. Juliette suit les pas de sa maman et a commencé à fabriquer et à vendre des bijoux. Elle est également une grande aide dans le magasin. Pour l’instant, elle offre dans son magasin des vêtements, des sacs à main, des bijoux, des produits pour le bain de toutes sortes, du café, de la nourriture, de la poterie, etc. Kelli vend également un t-shirt unique dont 20 % des ventes sont reversées à École Plus. Des boob t-shirts, oui, vous avez bien lu... boob t-shirts.


L’une des plus grandes inquiétudes était de savoir si elle allait pouvoir vendre quoi que ce soit, car elle a ouvert en juillet 2020, juste après le premier confinement de Covid. Ses espérances ont été dépassées grâce au soutien de la communauté et son premier jour a été un succès phénoménal.  Ses ventes continuent d’être étonnantes, les mois de juillet à décembre étant les plus actifs.  


Les gens la suivent sur Facebook et Instagram et planifient des excursions d’une journée pour venir faire un peu de magasinage. Cela signifie donc que son petit magasin n’attire pas seulement des gens pour elle, mais aussi pour le reste de la communauté.  Ils peuvent faire un effort conscient pour venir voir et faire des achats dans son magasin, mais ils auront aussi besoin de manger quelque part et de remplir leur véhicule pour le trajet du retour. La population en général pourrait penser que ces petites entreprises ne sont pas essentielles à l’économie, mais ils le sont vraiment! Parce qu’elle est populaire sur les médias sociaux, des gens de Halifax et d’ailleurs se déplacent pour faire des achats chez Maman Makes, ce qui stimule notre économie.


Ce qu’elle préfère dans le fait d’avoir sa propre entreprise, c’est d’être à la maison pour ses filles, de pouvoir s’en occuper le soir, d’être avec elles tous les jours, exactement ce qu’elle avait prévu depuis le début.


Quel est l’avenir de Kelli et Maman Makes? Eh bien, une expansion pour une chose.  Elle et son mari sont en train d’agrandir le magasin et quand ce sera fait, il sera trois fois plus grand. Comme elle a une liste de personnes qui veulent vendre leurs produits, elle sera en mesure de les accueillir. Elle envisage également d’offrir une station de café « à emporter » pour promouvoir le café Meeting Waters, qui comprend des mélanges de café tels que Smugglers Cove, Le Petit Bois et Cy à Mateur, pour n’en citer que quelques-uns.


Même si Kelli a créé l’entreprise, elle estime qu’il existe un sentiment de communauté pour les mères (et quelques hommes), plutôt qu’une simple boutique... tout comme la communauté de Clare qu’elle a appris à connaître et à aimer comme si elle y était née. 


Vous pouvez suivre Kelli et Maman Makes sur Instagram ou Facebook.