Un spectacle courant au début des tempêtes de vent. Il est temps de se mettre à l’abri.
Un spectacle courant au début des tempêtes de vent. Il est temps de se mettre à l’abri.

Les vents de suête ont hurlé dans le nord du Cap Breton

Rosie Aucoin-Grace
CHÉTICAMP : Le 15 janvier dernier, de nombreux habitants de notre comté ont pu profiter des merveilles spectaculaires de Dame Nature, une merveille hivernale qui s’étend sur les hautes terres. C’était le jour et la soirée parfaits pour les activités de plein air, mais aussi le signe d’un temps plus rigoureux en cours de route.
Les camionneurs qui viennent dans cette région sont avertis des dangers de la conduite pendant les suêtes. Cet accident, survenu il y a quelques années, a été un choc pour le nouveau conducteur de la région.
Le récent suête de la fin de semaine a fait tomber quelques arbres au centre-ville de Chéticamp.

Les prévisionnistes annonçaient des vents du sud-est dommageables - un suête avec des rafales de vent attendues jusqu’à 200 km/h. Le dimanche matin, alors que le vent était à son maximum, il a atteint 187 km/h à Plateau, Chéticamp. De nombreuses résidences ont subi des pannes d’électricité alors que notre côte était frappée par des vents de la force d’un ouragan, du grésil, de la neige et de la pluie. 

 

Ces vents sont devenus une partie de notre culture, de notre mode de vie. Transmis de génération en génération, nous avons appris à reconnaître les signes de ces tempêtes parfois des heures à l’avance. Un suête commence par des vents qui soufflent au large de l’Atlantique. Lorsque les conditions sont favorables, cette pression d’air remonte sur les hauts plateaux, puis redescend sur le côté ouest, prenant de la vitesse, ce qui donne souvent lieu à des tourbillons. Il y a généralement des signes avant-coureurs : une forte augmentation de la pression atmosphérique suivie d’une chute spectaculaire, un beau calme avant la tempête, souvent les montagnes semblent plus grandes, une illusion, comme si elles se dressaient au-dessus de nous - une sorte d’aura se répand, les animaux de compagnie et les enfants semblent plus hyperactifs que la normale, même des problèmes médicaux surviennent comme des migraines et plus encore. 


Bien qu’il semble que ces vents apparaissent de nulle part, on peut généralement entendre un grondement venant des montagnes des heures auparavant. Les éclaboussures d’eau au-dessus des lacs et des océans sont un signe distinct, et les tourbillons de neige dans les grands champs indiquent généralement qu’il est temps de se mettre à l’abri. Il ne fait aucun doute que l’on peut le sentir dans l’air et ceux qui vivent dans la partie nord du Cap Breton se sont habitués à ces vents uniques.


Le samedi soir, alors que j’étais assise à mon bureau en train d’écrire, observant le liquide dans mon minuscule baromètre qui s’élevait jusqu’au sommet, j’ai pu entendre le réverbération des montagnes et le souffle occasionnel du vent, signe que le suête annoncée faisait sa première apparition. Ces vents m’ont toujours intriguée et contrairement à ceux qui passent des nuits blanches par peur des tempêtes de vent, j’aime écouter le coup de vent qui m’apaise, me berce pour dormir. Un souvenir d’enfance particulier m’est venu à l’esprit la fin de semaine dernière et m’a inspirée à écrire sur ce sujet.

 

J’ai été élevée dans une maison qui était connue comme l’un des endroits les plus venteux de Saint-Joseph-du-Moine. Je me souviens d’une belle journée d’hiver, la neige était si brillante qu’elle scintillait et le Lac à Dosite, juste en dessous de notre maison, était gelé avec la clarté de la glace si exceptionnelle qu’elle donnait l’image d’un miroir. Bien sûr, pour un enfant de dix ans qui aimait le plein air, cette scène était très accueillante. Mon jeune frère et moi avons enfilé nos combinaisons de ski-doo, lacé nos patins et nous avons commencé notre randonnée vers le lac. Mon grand-père Pat (à Joe à Dosite) Aucoin nous a arrêtés dans notre élan, a léché son doigt et pointé vers le ciel en disant : « Ouais, le suête sera bientôt là ». On respectait Pépére, mais on voulait vraiment aller jouer et on lui a demandé combien de temps le vent allait arriver, et il a répondu : « Aïe, peut-être trente minutes ». On ne pouvait pas imaginer que cette belle journée allait se transformer en blizzard aussi rapidement. Nous avons pensé que c’était beaucoup trop tiré par les cheveux et nous avons continué notre joyeux chemin. Bien sûr, ma mère n’avait pas entendu la conversation, ni la prévision d’un suête. Pour sa défense, mon père travaillait loin de la maison et elle était occupée à s’occuper des tâches ménagères. Ce n’était pas comme aujourd’hui, avec des avertissements les jours précédant une tempête sur les médias sociaux, les radios locales, les télévisions, etc.

 

Sans en parler à notre mère, nous nous sommes dépêchés de partir. Nous avons dérapé sur le terrain et finalement nous avons patiné sur la belle glace, quand voilà que le vent s’est levé. Au début, nous avons pensé que cela pourrait être amusant, mais ensuite, nous avons su que nous avions des problèmes en essayant de patiner contre le vent, qui nous poussait vers une ouverture d’eau qui ne gèle pas à l’embouchure du lac. Nous n’avions aucune traction avec des pantalons de ski et des patins sur la glace glissante. Heureusement, un de nos voisins, un jeune homme en patins, nous a pris dans ses bras et a grimpé la colline, nous amenant ainsi à la sécurité de notre maison. Dieu merci, cet homme gentil et fort était là, prêt à nous aider. Croyez-moi, ce jour-là, nous avons certainement appris une leçon précieuse sur le respect et l’écoute de nos aînés et sur l’attention à accorder aux signes d’avertissement de Mère Nature.


Ces vents ont mystifié notre peuple pendant des années. La plupart des maisons et des structures de cette région sont construites pour résister à ces vents, mais cette tempête était folle. Les entrepreneurs de l’extérieur découvrent souvent à leurs dépens qu’ils doivent construire des bâtiments plus solides s’ils veulent que les bâtiments survivent à nos suêtes. Certains ont décrit ce vent comme étant « une nuit d’accroupissement qui ressemblait au bruit d’un train de marchandises essayant de passer par la maison. Il soufflait des coups de vent assez forts pour soulever un véhicule et lancer des pierres comme des balles, gravier des maisons et des véhicules! On peut certainement se référer aux dictons « Vents sauvages du Cap-Breton », Accrochez-vous à votre pantalon et fermez les portes à double tour! 


Nous en sommes venus à accepter et à nous préparer à ces tempêtes uniques, et pour cause. Les ennuis viennent à ceux qui ne font pas attention aux suêtes. Cela fait certainement de bons sujets de conversation et suscite l’enthousiasme pendant ces longues périodes hivernales! Les médias sociaux regorgent de commentaires pendant ces tempêtes, presque comme un groupe de soutien où les gens peuvent se défouler, parler de leurs préoccupations et discuter de la vitesse du vent et du ressac sauvage.

 

Oui, ce phénomène a captivé l’intérêt dans de nombreuses régions du monde. Des chansons, des troupes de danse, des poèmes, des vidéos, des histoires, etc. ont été créés autour de ce vent que nous avons adopté comme quelque chose qui est ancré dans nos racines, quelque chose qui fait partie de notre histoire depuis de nombreuses générations et qui sera encore avec nous, pour de nombreuses générations à venir ! Certains habitants vous diront « tout le monde devrait vivre au moins une de ces tempêtes de vent ».


À la fin du récent suête, un magnifique arc-en-ciel s’est formé au-dessus de l’île de Chéticamp. Dame Nature à son meilleur. Après tout, avec toutes les merveilles géologiques de la Terre, Dame Nature est vraiment la meilleure artiste!


(J’accepte volontiers les histoires et les photos de suête que vous pourriez avoir à partager avec moi. Vous pouvez participer à un groupe Facebook : Suête Winds, contactez-moi via Facebook ou par courriel : minniemoine@hotmail.com
Mon numéro de téléphone : 902-224-2492).