Les gens ont klaxonné, agité des drapeaux et crié des salutations de bonne volonté en passant devant Mohamed, Hibat et son fils Zein, qui regardaient depuis le porche de leur maison à Chéticamp.
Les gens ont klaxonné, agité des drapeaux et crié des salutations de bonne volonté en passant devant Mohamed, Hibat et son fils Zein, qui regardaient depuis le porche de leur maison à Chéticamp.

Les résidents accueillent une deuxième famille syrienne à Chéticamp

Rosie Aucoin-Grace
Il y avait beaucoup d’excitation dans l’air alors que les membres du comité de Lifeline 224 et d’autres bénévoles se préparaient à l’arrivée d’une deuxième famille syrienne à Chéticamp. Cette famille devait arriver en mars 2020, mais le processus a été retardé en raison des restrictions imposées par le Covid-19. Ils sont arrivés le lundi 24 août à 23h30 à l’aéroport de Sydney, où ils ont été accueillis par une foule de personnes brandissant des pancartes de bienvenue, des drapeaux canadiens et des acclamations.  

Bien que fatigués après ce long voyage, ils étaient tous souriants et attendaient avec impatience d’être réunis avec leur famille, déjà arrivée ici en 2016. Rahmeh Alnassan, a accueilli son frère Mohammad, sa belle-sœur Hibat et son neveu de 4 ans, Zein, dans leur nouveau refuge au Canada. Cette nouvelle famille a été récupérée et transportée à Chéticamp en suivant toutes les directives requises en cas de pandémie et a été mise en quarantaine dans son logement du centre-ville de Chéticamp pendant les quatorze jours obligatoires. En raison de la quarantaine et des précautions de sécurité, les résidents de Chéticamp et de la région ont été priés de s’abstenir de « visites de bienvenue », mais ont suggéré que s’ils voyaient cette famille sur le pont à l’extérieur, ils devaient saluer et klaxonner.

 

Il y a plus de quatre ans, Lifeline 224 a entamé le processus de parrainage d’une famille de réfugiés syriens en vue de sa réinstallation dans la région acadienne de notre comté. Lifeline 224 est un groupe de personnes, d’entreprises, d’organisations et d’églises locales qui aident l’église unie St. Andrews de Pleasant Bay à parrainer les réfugiés.

 

Andrews United Church à Pleasant Bay. Leur mission est de promouvoir le parrainage de réfugiés au Canada dans le but d’atteindre toutes les personnes intéressées à donner un coup de main pour la réinstallation de ces nouveaux arrivants dans la région et de défendre et d’éduquer afin de devenir une communauté accueillante pour les nouveaux arrivants. « Le résultat final est une situation gagnant-gagnant : un nouveau foyer pour les réfugiés qui ont besoin d’un endroit sûr pour vivre et de jeunes familles pour une communauté vieillissante », déclare Howard MacKay, président de Lifeline 224.

Les membres actuels du comité de Lifeline 224 sont Howard MacKay, Carolyn MacKay, Cindy Crawford Roach, Michel Williatte-Battet, Heather Davis, Velvet Matinnia, Annette LeLièvre, Lenora Timmons, Jeannie Urquhart et Ginette Chiasson.

 

Membre du comité, Velvet Matinnia déclare : « Syrian Lifeline 224 est très heureux de recevoir les nouveaux membres de notre communauté à Chéticamp. Mohamed, Hibat et son fils Zein sont arrivés et ont terminé leurs quatorze jours d’isolement en bonne santé. Syrian Lifeline 224, ainsi que le fier parrainage de la famille de l’église St. Andrew’s de Pleasant Bay, se réjouit de présenter à la famille cette merveilleuse communauté. Le soutien et les encouragements reçus de tous les membres de notre communauté, des entreprises et des associations sont profondément appréciés ». Elle a ajouté : « Je suis ravie de voir que Zein a commencé l’école maternelle à « Grandir en Français » et que Rahmeh Alnassan et sa famille sont enfin réunies avec leurs proches. »


En 2016, lorsque Mahmoud, Alnassan et Rahmeh et leurs trois enfants sont arrivés, il était réconfortant de voir comment la communauté a accueilli cette famille. Leur intégration dans la culture locale en dit long sur la capacité d’adaptation de la famille. La générosité et l’acceptation de la communauté locale ont été exceptionnelles; et pour cela, la famille est extrêmement reconnaissante. Les enfants se sont installés dans les écoles locales et sont maintenant trilingues (anglais, français et arabe), les parents ont un emploi et ont acheté une maison. Ils ont maintenant un monde de possibilités. Les bénévoles impliqués sont fiers et honorés d’avoir été à leurs côtés tout au long de ce voyage et sont devenus de bons amis.

 



« « Le résultat final est une situation gagnant-gagnant : un nouveau foyer pour les réfugiés qui ont besoin d’un endroit sûr pour vivre et de jeunes familles pour une communauté vieillissante », déclare Howard MacKay, président de Lifeline 224. »
Howard MacKay

Malheureusement, beaucoup de membres de leur famille élargie et d’amis n’ont pas eu cette chance. En ces temps de mondialisation sans précédent, on peut se sentir impuissant à avoir un impact positif. Ensemble, nous ne sommes pas impuissants et en faisant sortir une famille d’une zone de guerre, nous pouvons apporter un changement positif spectaculaire dans le cours de leur vie. 

 

Alors que la famille syrienne, Mohamed, Hibat et son fils Zein entament leur nouveau voyage dans leur nouvelle maison au Canada, il est instructif de voir comment ils ont été bien accueillis dans leur communauté. Cette démonstration de soutien a été très évidente lors d’un récent défilé le dimanche 6 septembre, alors que les membres de Lifeline 224 et de nombreux résidents de Chéticamp et des environs ont fait une heure de route. Les gens ont klaxonné, agité des drapeaux et crié des salutations de bonne volonté alors qu’ils passaient devant Mohamed et sa famille qui regardaient depuis le porche de leur maison.