Les mangeurs d’ail : bientôt une première mondiale à Halifax

Augusté Jasiulyté
HALIFAX : C’est le 6 décembre dernier que le théâtre DesAssimilés a annoncé au Café Lara d’Halifax la programmation de sa saison de théâtre, intitulée Premier acte. Le nom du projet découle du fait que tous les metteurs en scène exercent ce rôle pour la première fois et que tous les acteurs sont des membres de la communauté franco-haligonienne. C’est en somme, un projet pour créer du théâtre francophone dans la région d’Halifax, et pour amener les membres de cette communauté à par ticiper à la création d’un théâtre francophone.

     La première saison théâtrale de la jeune troupe créée l’année dernière par Zach Comeau, Marianne Labrie et Olivier Blais, nous offre trois pièces, qui seront présentées en français, avec surtitres en anglais, pour aussi favoriser un rapprochement entre les communautés francophones et anglophones. Ce rapprochement est en effet un des objectifs récurrents de la compagnie, qui a déjà présenté plusieurs spectacles d’improvisation bilingues.

     La première pièce de la saison sera mise en scène par son auteur. Les mangeurs d’ail est une tragi-comédie absurde écrite par Thibault Jacquot-Paratte, un natif de la Vallée de l’Annapolis. Écrite en 2012, cette pièce a été publiée en 2017, à Paris en France. C’est maintenant qu’elle sera pour la première fois produite sur scène.

     « Écrire du théâtre c’est une chose, mais réussir à le faire produire, c’en est une autre » nous dit l’auteur. « J’ai toujours aimé écrire du théâtre, mais je n’ai pas voulu l’étudier, car je ne me vois pas comme acteur. C’est pas que je n’aime pas jouer, c’est que beaucoup de gens le font mieux que moi, et cela ne me passionne pas autant que l’écriture. Mais sans avoir étudié le théâtre, il est très dur d’avoir les contacts nécessaires pour que nos pièces soient jouées, surtout si les pièces sont hors-normes. Lorsque Zach Comeau a créé sa troupe, je l’ai approché pour lui parler de mes pièces. Quelques mois plus tard, il m’a proposé de faire partie de Premier acte, car il avait réussi à recevoir des subventions pour ce projet. C’est une initiative magnifique qu’il prend, pour tout le monde qui aime le théâtre – que ce soit pour en voir, en jouer, ou en écrire ».

     Lorsqu’on lui demande de quoi parle la pièce, il sourit. « La pièce commence par une transaction immobilière : un homme achète la maison d’une femme. Mais tout devient beaucoup plus complexe par après. Un autre homme arrive, et les trois discutent, échangent des histoires... Il y a des moments plus épiques, voir même paranormaux. Leurs discussions évoquent différentes idées, émotions et thèmes. Dans l’équipe de la pièce, presque tout le monde a une interprétation différente : le désir, la solitude, le sentiment d’être envahi par les voisins... la bonne chose est que tout le monde semble comprendre quelque chose qui a un sens pour eux. »

     La pièce de théâtre mettra en vedette trois membres de la communauté, qui ont participé aux auditions tenues par le Théâtre DesAssimilés en octobre dernier : Lily Swim, Olivier Blais, et Florian Guéret. Tous trois étudient ou travaillent en plus de participer au projet, et ont différentes expériences par rapport à la scène. « Lily a fait de la radio en travaillant pour CIFA et elle a vraiment une bonne énergie. Elle a vraiment transformé le rôle en lui donnant beaucoup de personnalité. Florian a une présence superbe, ce qui est parfait, car il a plusieurs monologues, et Olivier, qui est étudiant en Arts dramatiques, travaillebeaucouppoursemettre dans la peau de son personnage qui, lui, est très complexe, alors ce n’est vraiment pas un travail facile ». Lors des répétitions, l’ambiance est conviviale et optimiste; les acteurs sont encouragés à donner leurs idées et à poser des questions. « La pièce a vraiment pris de l’ampleur avec toutes les idées qui ont été mises de l’avant. On a même rajouté un personnage muet pour rendre la mise en scène le plus dynamique et intéressante possible. Comme c’est une pièce absurde, on risque que tout le monde ne comprenne pas toujours, mais pour moi c’était important que le public puisse au moins rire. Si les gens s’amusent, c’est le plus important pour moi et, pour l’instant, tout le monde qui a lu ou vu une partie de la pièce a trouvé ça très amusant », nous promet le metteur en scène.

     La pièce a été jouée pour la première fois le 11 janvier 2020, au Bus Stop Theater d’Halifax, avec deux autres représentations le 12 janvier. C’est grâce au projet Premier Acte mené par le théâtre DesAssimilé que cette pièce a vu sa première mondiale, presque huit ans après son écriture.