Luanna Dugas et sa coéquipière, Janet Voth, avec un résident de la localité de Mogo, en Australie, Ean Newell.
Luanna Dugas et sa coéquipière, Janet Voth, avec un résident de la localité de Mogo, en Australie, Ean Newell.

Le retour, une Acadienne en Australie

Réanne Cooper
COMEAUVILLE : « Est-ce que tu peux être en stand-by pour te rendre en Australie? » voilà ce qu’on a demandé à Luanna, 48 heures avant qu’elle doive prendre l’avion à destination de ce pays situé de l’autre côté de la terre. L’Australie était alors, comme elle l’est toujours d’ailleurs, en état d’urgence à cause des feux de forêt. Durant plusieurs mois, les pompiers du pays et d’un peu par tout dans le monde ont combattu d’immenses brasiers et nuages de fumée pour essayer de maîtriser les flammes et c’est loin d’être terminé.

     Luanna, ancienne membre de la GRC, a toujours eu à cœur les causes humanitaires. Dès sa jeunesse, elle a fait beaucoup de bénévolat et récemment elle a participé à des missions humanitaires à l’étranger. Comme elle était déjà allée en Afrique, en Amérique du Sud et dans l’Ouest canadien pour aider lors de crises, il n’était pas surprenant qu’elle soit prête à entreprendre ce nouveau défi. Lors des inondations à Fredericton, l’année dernière, elle avait donné son appui émotionnel et spirituel aux victimes et aux bénévoles grâce à l’Association évangéliste Billy Graham. Cette association appuie Samaritan’s Purse qui offre plutôt du soutien physique et de l’aide financière.

     En Australie, elle a joué ce même rôle. Deux femmes de Calgary et Luanna composaient cette équipe de bénévoles. Leur voyage a débuté à Bairnsdale, puis Luanna et une autre membre de l’équipe se sont rendues dans une autre région éprouvée. Les femmes ont donc passé la plupart de leurs trois semaines à Bateman’s Bay. Ça a été un choc pour les femmes. Luanna dit que « la boucane et le ciel ne se ressemblaient pas, le soleil était toujours un rouge vif, comme l’on peut imaginer lors d’un coucher de soleil. Sauf qu’il était deux heures de l’après-midi. Pour les habitants, c’était normal à ce point-ci ».

     En tant que membre d’une équipe de réponse rapide, elles ont traité et aidé des gens qui avaient vécu des traumatismes, soit le traumatisme de l’évènement actuel, soit la réapparition des traumatismes antérieurs qui reviennent à cause de la situation présente. Le gros du travail était d’appuyer les habitants à gérer leurs émotions et de transmettre l’espoir. L’autre volet du travail consistait à appuyer les secouristes, les ambulanciers, les pompiers et autres. « Pour ces gens-ci qui travaillent fort jour et nuit, tous les aspects de leur vie physique, émotionnelle, spirituelle s’en trouvent compromis, alors c’est pour ça que nous sommes là », dit Luanna. Pour ces gens, c’est surtout difficile, car ce sont leurs amis, leurs familles, leurs voisins qui sont touchés. Alors, les femmes de l’équipe ont pu offrir leur soutien émotionnel et spirituel à ces gens.

     Luanna se dit très reconnaissante de l’occasion qu’elle a eue d’aller aider les victimes en Australie et encourage toute la population à continuer de prier pour les gens de l’Australie. Il y a présentement de fortes pluies là-bas, ce qui peut être vu comme un miracle, mais malheureusement, la destruction de la végétation fait en sorte que les gens font maintenant face à des inondations. « Je garde contact avec les amis que je me suis faits là-bas et je pense souvent à eux. Rester solidaire est aussi tellement important en situation de crise. »

     Pour en savoir davantage sur l’Association évangéliste Billy Graham, visitez leur site web : www.billygraham.ca

Les vestiges de la résidence d’Ean Newell suite aux feux de forêt.