Père Maurice LeBlanc s’amuse sur le piano à queue au Tusket Villa.
Père Maurice LeBlanc s’amuse sur le piano à queue au Tusket Villa.

Le père Maurice LeBlanc mène une vie intéressante dans ses « nonantes »

Norbert LeBlanc
TUSKET : Le père Maurice LeBlanc qui est bien connu et apprécié dans la région de Par-en-Bas, a commencé une nouvelle aventure. Il est maintenant résident depuis le 25 septembre du Tusket Villa à Tusket. Le Courrier de la Nouvelle-Écosse l’a rencontré le mardi 22 octobre et nous avons discuté avec lui de cette dernière aventure.

     Le père Maurice, qui a maintenant 94 ans, nous a informés que jusqu’à l’âge de 90 ans, sa santé était assez bonne et il menait une vie très active. Il offrait ses services de ministère pastoral aux paroisses Saint-Joseph et Sainte-Famille; il participait activement dans la chorale acadienne du Sud-Ouest; il pratiquait sa musique et il consacrait beaucoup de temps à la peinture. Il se déplaçait souvent pour assister à diverses activités, soit en région ou à l’extérieur. Rendu à l’âge de « nonante », sa santé physique s’est détériorée. Il a dû ralentir et il a commencé à marcher avec une canne. Il s’est aperçu, il y a quelques années, qu’il avait moins de force dans ses membres, surtout ses jambes, ce qui l’a amené à faire quelques chutes. Sa dernière chute a eu lieu le samedi 20 juillet à sa résidence de Pubnico-Ouest. Selon le père LeBlanc, son neveu est venu à son secours et l’a amené à l’hôpital régional de Yarmouth. Le père LeBlanc y est demeuré jusqu’au 7 août, date où il a été transféré à l’hôpital de Digby. Il est demeuré à Digby jusqu’au 25 septembre. Alors qu’il attendait sa sortie de l’hôpital de Digby, Gérard Cottreau, propriétaire-gestionnaire du Tusket Villa, lui a offert une chambre dans son élégant foyer. 

     Le père Maurice LeBlanc nous a confié qu’il est content dans son milieu actuel, car il peut y poursuivre quatre activités qui sont très importantes pour lui : la peinture, la musique, la lecture et le travail pastoral. Ces activités alimentent sa joie de vivre et l’ont fait réaliser qu’il est heureux de son sort. Il nous a informés qu’il joue le piano à queue régulièrement dans sa nouvelle résidence. Il a offert de célébrer la messe tous les jours si possible. Le père LeBlanc a toujours été passionné de lecture, et il nous a parlé de ses dernières lectures. Une autre de ses passions est la peinture et pendant notre visite, nous avons pu apprécier son plus récent tableau d’une scène dans la campagne.

     Le père Maurice LeBlanc dit qu’il aime vivre à Tusket pour plusieurs raisons. Il a constaté qu’il est proche de sa résidence de Pubnico ainsi que des deux paroisses de l’Île Surette et des Buttes-Amirault. Il vient de compléter un ministère de 24 ans dans ces deux paroisses et il va certainement manquer aux paroissiens. Le père LeBlanc a regagné une certaine mobilité. Il se promène en marchette et il se rend au 2e étage du Tusket Villa avec un fauteuil ascenseur.

     Le père LeBlanc se promène à l’occasion. Il s’est rendu aux Buttes-Amirault pour prendre deux repas. Il a assisté aux funérailles de feu père Louis Comeau; il a présidé une réunion du Conseil des arts et il a assisté à un concert de musique à Yarmouth. Le père LeBlanc aime toujours accueillir des visiteurs. Cela dit, il voudrait aviser ses amis qu’il fait toujours une sieste après le repas du midi.