Bernice d’Entremont devant une courtepointe.
Bernice d’Entremont devant une courtepointe.

Le Musée des Acadiens coordonne une exposition et vente de courtepointes

Norbert LeBlanc
PUBNICO-OUEST : Le Musée des Acadiens des Pubnicos a été obligé de s’adapter à la réalité de la pandémie causée par la COVID-19. Une activité estivale qui existe depuis plusieurs années est l’exposition de courtepointes. Dans le passé, cette activité a toujours eu lieu dans l’église Saint-Pierre à Pubnico-Ouest. Cette activité a eu une réputation d’offrir une expérience d’apprécier le travail des artisanes de la communauté de Pubnico. En effet cette exposition continue d’offrir des courtepointes provenant des villages voisins et il va sans dire que les femmes du comté ont toujours appuyé le Musée avec cette activité. La grandeur et l’accessibilité a fait que l’église Saint-Pierre a toujours été considérée comme un lieu spécial afin de faire l’exposition et la promotion de couvertures piquées.

Cette année, les responsables de la coordination de cette activité ont réalisé qu’elles ne pouvaient pas avoir leur exposition à l’intérieur de l’église, et elles ont décidé de faire cette exposition à l’extérieur du Musée. Les raisons de cette décision étaient de respecter les règlements entourant la COVID-19. Il a été décidé par les organisateurs que cette exposition pourrait accueillir un plus grand nombre de visiteurs à l’extérieur d’un édifice où il était plus facile de mettre en vigueur la politique de distanciation. En effet, les responsables de cette activité ont choisi de mettre en place cette exposition dans les alentours du potager (jardin) du Musée. L’activité aura de 11 h à 16 h, avec la musique par les artistes Beatrice Smith et Rick Doyle. Ces deux musiciens sont des résidents de Pubnico et il va sans dire qu’ils sont des amis du Musée.


Le Courrier de la Nouvelle-Écosse s’est rendu au Musée des Acadiens des Pubnicos le mercredi 5 août pour rencontrer Bernice d’Entremont, responsable de la programmation au Musée. Mme d’Entremont a expliqué que la région du sud-ouest de la province a des artisanes qui font du travail extraordinaire avec leurs courtepointes. Ces courtepointes sont reconnues par leurs couleurs vivres et par les détails et les nombreuses heures de travail. Un grand nombre de femmes qui font de la courtepointe aujourd’hui ont hérité ce talent de leurs parents et tous espèrent que ces talents seront transmis aux générations futures.


Bernice d’Entremont nous a confié qu’elle et son équipe avaient réussi à obtenir une centaine de courtepointes pour leur exposition/vente pour 2020. Cette exposition était « de toute beauté », selon Mme d’Entremont. Il va sans dire que ce genre d’activité a sans doute un impacte sur l’économie locale. Dans le cas du Musée, cette activité fait partie des activités de prélèvement de fonds pour le Musée. Bernice d’Entremont a exprimé ses vives reconnaissances envers la quinzaine de femmes qui viennent au Musée sur une basse régulière pour travailler sur des projets de courtepointes.


Mme d’Entremont a terminé son entrevue en parlant des articles à vendre qui sont situés dans la salle Pauline et Viat d’Entremont ou dans la boutique. La Salle Pauline et Viat d’Entremont est ouverte neuf mois par année et la boutique du Musée est ouverte à longueur d’année. Le public qui se rend à ces locaux pourra voir une variété d’articles à vendre, tels que : des couvertures piquées, des mitaines, des articles tricotés, des livres et encore plus.