Joseph Gérard Boudreau de Chéticamp a donné 32 ans de service d’incendie au service des pompiers volontaires de Chéticamp. Ici, on le voit en uniforme lors d’un banquet des pompiers quelques années passées.
Joseph Gérard Boudreau de Chéticamp a donné 32 ans de service d’incendie au service des pompiers volontaires de Chéticamp. Ici, on le voit en uniforme lors d’un banquet des pompiers quelques années passées.

Le legs de Joseph Gérard Boudreau : toujours avoir sa communauté à cœur!

CHÉTICAMP : Dans notre région acadienne, beaucoup ont contribué à leur communauté, à leur peuple. Le regretté Joseph Gérard Boudreau est l’une des personnes qui a certainement laissé sa marque à Chéticamp et dans la région. En apprenant la triste nouvelle de son décès le 28 août 2019, on ne pouvait s’empêcher de se rappeler que cet homme possédait une telle richesse de connaissances, notamment sur des sujets liés à son village et son histoire. Fier partisan de son peuple, Gérard s’est toujours intéressé au développement économique et culturel de sa communauté. Au fil des décennies, Gérard a apporté à Chéticamp des changements positifs, dont les effets se feront sentir pour les générations à venir.

     À l’âge de 90 ans, Gérard s’est éteint paisiblement entouré de sa famille aimante. Né à Chéticamp le 28 juin 1929, il était le fils de feu Anselme (à Charles) et Zoé (Deveau) Boudreau. Fervent catholique, il faisait partie de la paroisse de l’église Saint-Pierre. Comme ses ancêtres, il était un fier Acadien originaire de Chéticamp.

     Même si en 1947 Gérard avait décidé d’aller travailler dans d’autres régions du Canada, en 1958, il est revenu dans son village natal pour y réaliser son rêve d’ouvrir sa propre entreprise de soudage. C’est ainsi qu’il a fondé l’atelier de soudage et d’usinage Gerry’s Welding & Machine Shop, qui est devenu avec le temps Chéticamp Welding & Machine Shop, qu’il a dirigé pendant trente-cinq ans. Cette entreprise est maintenant exploitée par Claude Poirier et son adjoint, Armand Poirier.

     Comme ses ancêtres, Gérard était un leader communautaire dévoué. Il aimait Chéticamp et a passé la majeure partie de sa vie à contribuer à son développement et à faire en sorte que les gens se souviennent et comprennent toujours son histoire. Son enthousiasme et sa compassion, pour le bien-être de sa famille et de sa paroisse, étaient contagieux et il a eu une grande influence. Au fil des ans, il a été très impliqué au sein de nombreux organismes locaux. Il a consacré 32 années au service des pompiers volontaires de Chéticamp, dont à titre de chef pompier. Il était aussi Grand Chevalier (4e degré des Chevaliers de Colomb). Il a également beaucoup œuvré au sein de la Société Saint-Pierre et de son service de généalogie. Il collectionnait avec passion les documents et les photographies historiques afin de préserver l’histoire de nos ancêtres.

     Gérard savait certes faire bouger les choses. Aucune tâche ne lui semblait inatteignable. Parmi ses nombreuses réalisations, mentionnons l’installation de panneaux d’interprétation sur le quai Mathieu pour expliquer l’histoire de la mine de gypse locale, la publication de l’histoire du Service des pompiers volontaires de Chéticamp (1937-2000) et les mémoires de son père intitulés : Chéticamp Mémoires par Anselme Boudreau. Gérard a fièrement versé les bénéfices de la vente de ce livre pour contribuer au projet de lampadaires sur le trottoir de la rue principale de Chéticamp, au Conseil des arts de Chéticamp, à une nouvelle chaudière pour l’église Saint- Pierre ainsi qu’à l’installation de la grande croix dans le cimetière paroissial.

     Gérard aimait travailler à l’extérieur à sa cabane de l’île Chéticamp; il aimait jouer au crib, écouter des violoneux et des chansons acadiennes françaises et passer du temps en famille et avec ses amis. Il avait le don de mettre de la vie dans les fêtes en chantant et en racontant des blagues et des anecdotes. Il jouait aussi un peu le violon. Il a même fait quelques soirées où il se produisait comme humoriste afin de recueillir des fonds pour diverses causes et il savait faire rire le public.

     Gérard était jeune de cœur et il adorait les enfants. Il aimait Noël et ses décorations. En 1958, à l’approche de la période de Noël, Gérard a eu l’idée d’organiser un défilé du Père Noël à Chéticamp. Il en avait vu beaucoup à Toronto et il pensait pouvoir en organiser un si toute la communauté s’y mettait. Ce devait être le tout premier défilé de Noël dans cette région. Il a rallié la communauté et les entreprises locales. Ils ont créé de magnifiques chars et costumes pour le défilé. Gérard jouait le rôle du Père Noël et aimait distribuer des friandises aux enfants. On raconte que des centaines de personnes venues d’aussi loin que Port Hood et Dingwall étaient alignées des deux côtés de la rue principale pour voir le défilé. Ce fut hélas le seul et unique défilé du Père Noël à avoir lieu à Chéticamp. Peu de temps après, la tradition de la venue du Père Noël au Centre Acadien a commencé. Chaque année, de nombreux enfants se rassemblent pour l’occasion. Ce sont des gens qui comme Gérard n’ont pas peur de mettre leurs idées en pratique, qui sont ouverts et intéressés par leur communauté, qui sont souvent à l’origine de traditions qui se perpétuent de génération en génération.

     Gérard laisse dans le deuil sa femme Dorothy, avec qui il a vécu pendant 52 ans, ses enfants Denise (Lawrence), Géraldine (Joe), Geoffrine (Mark) et Harold (Kristen), ses petits- enfants Alex, Sam, Ben, Gabby, Henry, Thérèse, Moira, Connor et Kathryn, ses arrière-petits- enfants Ben et Isabela, son frère Edmond et plusieurs neveux et nièces. Ses frères Wilfred, Arthur, Tassien, Simon Pierre, Laurent et ses sœurs Marie Yvonne, Bernadette et Béatrice l’ont précédé dans la mort. Les visites à la Résidence funéraire Chéticamp ont eu lieu le dimanche 1er septembre. La messe de funérailles a été célébrée à l’église Saint-Pierre, le lundi 2 septembre, par un ami de la famille, le révérend Bill Burke. En arrivant à l’église par une belle journée ensoleillée, les paroissiens ont pu voir l’un des camions de pompiers de Chéticamp stationné devant le corbillard, et le drapeau des pompiers était en berne en hommage pour leur ancien chef pompier.

     Des membres de sa famille et de nombreux amis se sont réunis pour faire leurs adieux à Gérard. Les funérailles étaient empreintes de dignité, d’honneur et de respect. Moments très émouvants à la lecture de la Prière des pompiers et aussi lorsque les autres pompiers sont venus un par un déposer une gerbe de fougère près du chapeau de pompier de Gérard. Les Chevaliers de Colomb ont également participé à cette célébration de la vie. Vers la fin, tous ceux qui connaissaient Gérard n’ont pas été surpris d’entendre son petit-neveu, Yvon LeFort, interpréter un medley de violon. Les porteurs ont emporté le cercueil de leur ami pendant que les voix du chœur résonnaient dans l’église. Des pompiers en uniforme et des membres des Chevaliers de Colomb ont monté la garde d’honneur pendant que le cercueil de Gérard était transporté au corbillard. L’inhumation aura lieu à une date ultérieure. Au lieu de fleurs, des dons peuvent être faits à la Société canadienne du cancer.

Un jeune Joseph Gérard Boudreau est rentré chez lui en 1958 et a ouvert Gerry’s Welding & Machine Shop, connu aujourd’hui sous le nom de Chéticamp Welding & Machine Shop.
Feu Anselme (à Charles) Boudreau parlait à son fils, Gérard, de la façon dont les Chéticantins ont réussi à construire l’église Saint-Pierre, une telle structure pour cette époque. Gérard a partagé cette histoire avec l’artiste Roger Beaudry de Chéticamp, qui a dessiné une belle esquisse colorée de 12.5 po x 15 po de ce souvenir. Sur cette photo, Gérard est fier de cette œuvre d’art qu’il a donnée au Musée Père Fiset à l’arrière de l’église Saint-Pierre, où l’on peut visiter la tombe du père Fiset et d’autres objets sous le sanctuaire. C’est une merveilleuse addition au musée.

     La directrice générale des Trois Pignons, Lisette Bourgeois, a exprimé ses plus sincères condoléances à la famille de Gérard Boudreau. Ce dernier, a-t-elle souligné, était membre de la Société Saint-Pierre. « Gérard a toujours eu beaucoup d’intérêt pour notre travail et a toujours été un grand partisan de notre cause, ajoute-t-elle. Il était un grand défenseur de la langue française et avait toujours à cœur les intérêts de sa communauté acadienne. Au fil des ans, il a partagé des documents et des photos anciennes pour les ajouter à nos archives. Gérard avait une excellente mémoire et savait comment faire rire les employés avec ses histoires du passé lors de ses visites régulières à nos bureaux. »

     Quand vous rencontrez des conteurs incroyables, quelque chose de magique se produit, un partage de souvenirs et des liens spéciaux se forment. C’est ce que j’ai vécu avec Gérard. Il était une véritable mine d’informations intéressantes, il avait une mémoire incroyable et, au fil des ans, il avait conservé des documents historiques précieux sur notre communauté. C’était un aîné respecté, quelqu’un vers qui nous pouvions nous tourner pour obtenir de l’aide afin de percer les mystères de l’époque de nos ancêtres. Heureusement pour nous, il était toujours heureux de partager ses connaissances sur une grande diversité de sujets. J’ai eu le privilège de m’asseoir avec Gérard à maintes reprises et d’entendre ses histoires étonnantes sur le passé. Je lui en suis toujours reconnaissante et encore plus inspirée à poursuivre mes recherches, mes écrits sur notre peuple acadien et à partager leurs histoires.

     Oui, Gérard a certainement laissé un héritage durable, il a travaillé sans relâche, apportant une contribution aux générations actuelles et futures. Il a transmis à plusieurs le désir de toujours avoir sa communauté à cœur et de ne jamais perdre de vue nos racines acadiennes. Si on en croit le dicton, le pouvoir de la vie d’une personne se mesure aux histoires qu’elle laisse derrière elle. C’est tout à fait approprié dans le cas de Gérard. Qu’il repose en paix!

Wow, I’m not even sure where to begin with this guy, because he’s kind of a big deal and I hope you understand that by ‘kinda’ I actually mean he’s the man. Omar Gandhi is an award winning, groundbreaking, knock your socks off and call your grandma kind of architect.  

SAULNIERVILLE : Les organisateurs du 65e Festival acadien de Clare qui a eu lieu de façon virtuelle estiment que le Festival a été un grand succès selon le nombre de personnes et les vues qui ont été enregistrées sur Facebook, Instagram et YouTube.
Amber d'Entremont

Wow, je ne sais même pas par où commencer avec ce type, parce qu’il est plutôt important et j’espère que vous comprenez que par « plutôt », je veux dire qu’il est l’homme. Omar Gandhi est un architecte primé et novateur. Faites tomber vos chaussettes et appelez votre grand-mère genre d’architecte.

POMQUET : Le dimanche 19 juillet dernier malgré la pandémie, la communauté de Pomquet a célébré en grand les 100 ans de May Bouchard. May est bien connue dans la communauté acadienne pour son engagement et son dynamisme envers la protection des droits des Acadiens ainsi que pour son amour de la langue française. Elle a, ente autre, reçu la médaille Léger-Comeau et a été reçue membre de l’Ordre du Canada pour son bénévolat auprès de la communauté acadienne.

WEDGEPORT : Une belle cérémonie commémorant la fin des combats de la guerre de Corée et de cinq anciens combattants a eu lieu à la Légion de Wedgeport le vendredi 24 juillet à 11 h. Cette cérémonie était un peu différente des autres cérémonies organisées et coordonnées à la Légion de Wedgeport. En arrivant sur les lieux, Le Courrier de la Nouvelle-Écosse a dû fournir certaines informations personnelles, telles que son nom et son numéro de téléphone. En entrant dans la grande salle de la Légion, on s’est aperçu que tout le monde portait un masque non chirurgical et tout le monde respectait les consignes de distanciation mandatée par la Santé publique. Cette cérémonie n’était pas ouverte au public et les personnes présentes avaient toutes reçu des invitations personnelles.

SAINTE-ANNE-du-RUISSEAU : Un groupe de femme qui font de la courtepointe a organisé une rencontre de ses membres le mercredi 15 juillet dans le terrain de stationnement du Club acadien à Sainte-Anne-du-Ruisseau. Les femmes ont apporté leurs chaises portatives et leur collation. Cette activité a été organisée en respectant les consignes de la Santé publique de la Nouvelle-Écosse. Les membres du groupe se sont assurées qu’elles étaient toutes séparées par au moins deux mètres. La rencontre a commencé vers midi et elle s’est terminée vers 13 h 30.

COMEAUVILLE : Pour deux semaines entières, j’ai tenté de manger seulement des repas faits avec des produits poussés localement. Pendant ce temps, j’ai beaucoup appris à propos des compagnies et des fermes locaux, en plus des obstacles et les nuances d’une diète locale.

TRURO : Le Centre communautaire francophone de Truro a embauché le musicien Weldon Boudreau afin qu’il visite des aînés de la communauté dans le but de discuter du « bon vieux temps » avec eux et par après écrire des chansons inspirées par ces histoires.

TUSKET : Le Courrier de la Nouvelle-Écosse a rencontré Alain Muise, le directeur général de la municipalité d’Argyle le mardi 14 juillet dans la salle du Conseil à Tusket. Le but de cette rencontre était de discuter du projet de la construction de son nouvel édifice administratif à Tusket. Comme nos lecteurs peuvent le constater, ce projet qui date de plusieurs années, suite à de nos nombreuses consultations et actions prises par le conseil municipal a finalement commencé.

CHÉTICAMP : Plusieurs résidents de Chéticamp, et des gens de près et de loin, ont été attristés par la nouvelle du décès de Raymond Wilfred Doucet à l’âge de 76 ans. Il est décédé le samedi 4 juillet au Centre de santé communautaire du Sacré-Cœur de Chéticamp après une année de dialyse rénale et une récente lutte contre le cancer.
Amber d'Entremont

CONCESSIONS  : Sérieusement, mes amis sont parmi les personnes les plus inspirantes que je suis reconnaissante de connaître et je suis fière de partager certaines de leurs réalisations et histoires. Aujourd’hui, nous commençons avec ma chère amie Renée LeBlanc (double majeure en géologie et sciences de l’environnement de l’Université Acadia) et son petit ami Mike Bielesch (diplôme de technologie en phytologie du Dal Agricultural College). Ensemble, ils ont créé Gaian Mind Farm Center à Clare, en Nouvelle-Écosse.

BAIE-SAINTE-MARIE : La municipalité de Clare modifie son programme d’aide à la récréation communautaire pour y inclure le financement de secours COVID-19 pour les groupes et organisations à but non lucratif offrant des activités et des services de loisirs au sein de la municipalité.

PUBNICO-OUEST : Pendant les derniers six mois, le Village historique acadien de la Nouvelle-Écosse a subi beaucoup de changements. D’un côté, le Village a embauché une nouvelle direction générale, Roland d’Eon, pour remplacer Richard Larin. De l’autre côté, le Village a dû s’adapter aux réalités de la pandémie causée par la COVID-19.

PUBNICO-OUEST :  Le Courrier de la Nouvelle-Écosse a eu le plaisir d’avoir une conversation avec Bernice d’Entremont le mercredi 8 juillet au Musée des Acadiens à Pubnico-Ouest. À la fin de cette entrevue, Paul d’Entremont, le président de la Société historique de Pubnico a participé à la conversation. Il est à noter que Bernice d’Entremont qui est responsable de la programmation au Musée a dévoué une grande partie de sa vie à faire la promotion de la langue et la culture acadienne. Le but de cette rencontre était pour découvrir comment le Musée fonctionnait dans ces temps de la pandémie.

OK, OK, ce n’est pas idéal; c’est catastrophique! Nos festivals sont annulés (sauf les versions en ligne), les salles de spectacles sont fermées et nos artistes sont à la maison au moment où ils devraient être en train de faire leurs valises pour partir en tournée. Pendant ce temps, nous souffrons tous de « Zoom fatigue » à force d’assister à tout plein de réunions pour essayer de relever les défis auxquels le secteur culturel fait face suite à la Covid-19, avec l’impératif politique de « se réinventer ». C’est clair qu’il y a beaucoup de stress et d’incertitude dans toutes nos vies, pour certains plus que d’autres.

COMEAUVILLE : La 65e édition du Festival acadien de Clare aura lieu pour la première fois dans une version virtuelle. À cause des effets de la COVID-19 et les restrictions imposées par la Santé publique, il faudra suivre les activités du plus ancien Festival acadien au monde en ligne.

COMEAUVILLE : Normand Pothier de l’Anse-des-Belliveau va remplacer Émile Blinn à la technique de la radio communautaire CIFA située au sud-ouest de la Nouvelle-Écosse. M. Pothier est entré en formation avec l’ancien technicien le 9 juin dernier. Après 22 ans à titre de technicien à la radio, M. Blinn a pris sa retraite le 30 juin.

WEDGEPORT : La pandémie causée par la COVID-19 a eu un impact sur les organisations et associations régionales. Une telle organisation est le Musée du thon de Wedgeport. Pour en comprendre davantage, Le Courrier de la Nouvelle-Écosse a rencontré Franklyn Cottreau, le mardi 23 dernier à son bureau au Musée de la pêche sportive au thon de Wedgeport. M. Cottreau est gérant du Musée depuis plusieurs années. Il a participé et coordonné plusieurs activités pour sa communauté et pour sa région comme bénévole pendant plusieurs années.

POINTE-de-l’ÉGLISE : L’Université Sainte-Anne a le plaisir de dévoiler son nouveau plan stratégique de recherche 2020-2025. Intitulé Le savoir à l’intersection de l’Acadie et d’un monde en mutation, il est le fruit d’une démarche structurée de consultation et de participation des principaux acteurs de la recherche à l’Université Sainte-Anne, sous la direction du vice-recteur à l’enseignement et à la recherche et en étroite collaboration avec le comité de la recherche.