Clinton Saulnier présente un certificat de reconnaissance à Roland LeBlanc.
Clinton Saulnier présente un certificat de reconnaissance à Roland LeBlanc.

Le Jour du Souvenir est célébré à Wedgeport

WEDGEPORT: Les membres de la Légion canadienne succursale 155 de Wedgeport continuent à coordonner des activités pour commémorer nos anciens combattants. Cette année, comme par le passé, les anciens combattants ont été très occupés par leurs nombreuses visites dans les écoles, les foyers, certaines églises de la région, et dans des cimetières locaux.

     Nos anciens combattants commencent à montrer leur âge et on s’aperçoit que le nombre d’anciens combattants est en décroissance. Cependant leur habileté à sensibiliser les foules continue à inspirer nos communautés. Le Courrier de la Nouvelle-Écosse a eu le plaisir d’assister aux cérémonies du 11 novembre dans la communauté de Wedgeport. Pendant notre visite dans cette communauté, nous avons assisté à la messe du 11 novembre, au dépôt des couronnes et des croix et au banquet à la salle des anciens combattants.

     La messe : Une messe pour commémorer la journée du 11 novembre a eu lieu dans l’église Saint-Michel à Wedgeport. Cette messe a été célébrée par le père Albéni d’Entremont, le curé de la paroisse. Une grande foule estimée à plus de 400 personnes a assisté à cette célébration eucharistique. Le père d’Entremont a été appuyé dans le sanctuaire par les membres suivants de la Légion de Wedgeport : Clinton Saulnier, Don Thibeau, Eileen Pothier et Joe Waitkus. Le diacre Bruce Hubbard était également dans le sanctuaire. Dans son homélie, le père d’Entremont a parlé des conflits mondiaux et des guerres. Il a évoqué les sacrifices de nos anciens combattants et il a constaté que les guerres sont créées par des humains. Il a également parlé des problèmes causés par le stress post- traumatique et il a demandé à la foule de ne jamais oublier nos anciens combattants

     Le dépôt des couronnes et des croix : suite à la messe du 11 novembre, John Surette, aumônier de la succursale 155, a présidé la cérémonie solennelle de commémoration des anciens combattants. M. Surette a été appuyé par d’autres membres de la Légion ainsi que par les cadets de l’armée canadienne de Yarmouth et des guides de la région. Clinton Saulnier, le président de la Légion, a présenté plusieurs individus qui ont placé des couronnes et des croix devant l’autel en mémoire des anciens combattants ou en mémoire des membres de leur famille. Il est à noter que les représentants des gouvernements fédéral, provincial et municipal étaient les premiers à placer leurs couronnes.

     Le banquet : Un délicieux banquet auquel ont assisté plus de 150 personnes a eu lieu à 12 h 30 dans la salle de la Légion. Le banquet était un repas à la dinde préparé par Corey Clamp et son équipe de la T’chuisine de Tusket. André Boudreau a agi à titre de maître de cérémonie. Clinton Saulnier a par la suite présenté les invités spéciaux : le père Albéni d’Entremont, le diacre Bruce Hubbard, Chris d’Entremont, le nouveau député fédéral; Colton LeBlanc, le nouveau député provincial; Danny Muise, le préfet de la municipalité d’Argyle, Don McCumber, le commandant de zone et Donnie Jacquard, l’orateur spécial pour le banquet.

     La partie officielle du banquet s’est terminée avec la distribution des reconnaissances. La première reconnaissance a été accordée aux Dames auxiliaires de la Légion. Un deuxième certificat de reconnaissance a été accordé aux cadets de l’armée. Un certificat d’appréciation a été remis à Roland LeBlanc, le sergent d’armes pour la Légion. Cyrille LeBlanc a reçu un certificat de reconnaissance, in absentia, et Todd Muise a reçu la distinction de légionnaire de l’année. Nora d’Entremont s‘est vu accorder la reconnaissance du président. Suite à ces reconnaissances spéciales, le président de la Légion a présenté des épinglettes à des membres qui avaient consacré un grand nombre d’années de service à la Légion de Wedgeport. Le banquet s’est terminé avec une présentation des Patchwork Pals.

Donnie Jacquard, conférencier à Wedgeport pour le 11 novembre.

EASTERN PASSAGE : Le District d’Halifax de la GRC a reçu une plainte concernant une arnaque où la victime a été fraudée pour plus de 100 000 $ à Eastern Passage.

     Le 23 avril, la victime a reçu un appel d’une personne qui se faisait passer pour un représentant de la loterie Mega Millions. Le fraudeur a informé l’homme qu’il avait gagné 18 000 000 $ et une nouvelle Mercedes. Il a ensuite demandé à l’homme de déposer de l’argent dans des comptes à des banques différentes. L’homme a fait ce qu’il croyait nécessaire et a déposé les sommes demandées.

Les codes de service, communément appelés codes N11 en raison de leur format, sont utilisés pour fournir des services spéciaux d’accès à la composition à trois chiffres. Les attributions les plus courantes des codes N11 au Canada sont les suivantes :

FRANCOPRESSE : Un article précédent de Francopresse sur le revenu minimum garanti (RMG) exposait l’engouement renouvelé pour cette idée suscitée par la création du programme fédéral de Prestation canadienne d’urgence (PCU). De nombreux groupes, partis politiques, individus et experts réclament à l’unisson que l’exemple de la PCU donne lieu à la mise sur pied d’une véritable allocation universelle de base. Évidemment, ce projet ne fait pas l’unanimité et on croirait que de nombreuses voix s’élèveraient pour s’opposer à l’implantation d’un programme si ambitieux et, surtout, si onéreux.

     Or, il a été étonnamment difficile de trouver des positions discordantes au semblant de consensus qui semble se dégager à propos du RMG. Même ceux qui sont en porte-à-faux sur la question sont en faveur de l’élargissement de certains programmes de soutien au revenu existants.

     C’est justement la quasi-absence de prises de parole à l’encontre d’un revenu de base garanti qui a poussé Olivier Jacques à publier un texte d’opinion dans repris dans plusieurs journaux.

TUSKET : Dans la matinée de mardi 5 mai 2020, sous la pluie, quatre membres de la Légion 155 Wedgeport en uniforme ont déposé deux couronnes au cénotaphe de Tusket et une couronne aux cinq autres monuments de guerre où des tulipes ont été plantées l’automne dernier pour commémorer la libération de la Hollande. Les deux couronnes à Tusket portaient des rubans sur lesquels figuraient Libération de la Hollande et VE-Day (Victoire in Europe).

     En tant qu’événement public, il a été reporté en raison de la pandémie Covid-19.

     Au cénotaphe de Tusket, la dernière sonnerie a été jouée, un moment de silence a été observé et l’Acte du Souvenir a été récité.

     Les quatre légionnaires étaient Clinton Saulnier, Warren Surette, Rita Doucette et André Boudreau le MC. Un cinquième légionnaire, Cyrille LeBlanc, a enregistré l’événement.

ISLE MADAME : La COVID-19 continue de faire des victimes, pour ce qui est d’événements planifiés et d’activités annuelles, prévues pour les mois à venir, dans l’Isle Madame. C’est déstabilisant, dérangeant et inquiétant, mais il est réconfortant de pouvoir affirmer que la COVID-19 n’a jusqu’à maintenant pas été la cause d’aucun décès dans la région de l’Isle Madame. Cette pandémie a toutefois fait plusieurs morts dans d’autres parties de la province, ce qui est vraiment regrettable et pitoyable. De plus, si on compare à la grippe espagnole de 1918-1919, celle-là avait fait au moins une trentaine de morts, rien que dans la paroisse de Petit-de-Grat. Le docteur Steven DeRoche, natif de Petit-de-Grat, a partagé cette information et les résultats d’une recherche qu’il a effectuée à ce sujet.

     Aujourd’hui la situation est loin d’être normale et qui sait ce que sera la nouvelle norme, dans l’Isle Madame et ailleurs en Nouvelle-Écosse. La norme, après la COVID-19, ne ressemblera possiblement pas du tout à ce que nous vivions, avant la pandémie. Et c’est cette incertitude et les annonces d’annulations qui se multiplient qui feront que l’été 2020 sera tellement différent des autres étés connus dans la région acadienne de l’Isle Madame.

(EN) Les Canadiens sont renommés pour leur facilité à rendre hommage aux différentes choses qui rehaussent la fierté canadienne. Ainsi, cer tains aliments, comme les œufs, sont officiellement reconnus comme des incontournables de l’alimentation canadienne. Ils sont nourrissants et délicieux, et bien qu’ils soient petits, on ne peut négliger l’incidence des producteurs d’œufs du Canada.

     1. Un œuf contient 6,5 g de protéines de haute qualité – c’est le super-héros des aliments de base.

     2. Plus de 1 100 fermes familiales produisent les œufs dont la population canadienne est si friande. On les retrouve dans toutes les provinces ainsi que dans les Territoires du Nord-Ouest. Ces producteurs offrent aux familles un aliment polyvalent et abordable tout au long de l’année.

(EN) Se protéger contre la fraude peut représenter un défi. C’est encore plus difficile lors de périodes éprouvantes comme celle que nous traversons en ce moment. La pandémie de COVID-19 crée beaucoup d’incertitude et d’inquiétude, lesquelles font le bonheur des fraudeurs.

     Les escroqueries comprennent les appels, les courriels et les messages textes qui semblent provenir d’une institution financière demandant des renseignements personnels ou financiers. Si vous recevez ce type de demande, soyez méfiant. Les institutions financières ne demanderont jamais de renseignements personnels, de données de connexion ou de renseignements de compte par courriel ou message texte.

VALLÉE : À l’occasion de la journée de la Terre, qui a eu lieu le 22 avril, le CCGH (Conseil Communautaire du Grand Havre) avait lancé un appel à réaliser des vidéos pour partager les gestes écologiques que les gens posent pendant la période de confinement. C’est la vidéo de 20 secondes réalisée par l’écrivaine Mar tine L. Jacquot qui a été retenue, et le CCGH l’a affichée sur son site Facebook.

     La vidéo résume les activités réalisées par l’auteure de la vallée d’Annapolis au cours des dernières semaines, soit marcher et nettoyer la planète - en plus d’écrire. Elle y explique qu’au cours des dernières semaines, elle a parcouru plus de 300 km à pied et qu’elle a ramassé plus de 27 grands sacs bleus de cannettes et bouteilles, qu’elle apportera au centre de recyclage dès que ce sera possible.

HALIFAX : Des Néo-Écossais qui peinent à surmonter les conséquences dévastatrices d’une récente tuerie espèrent obtenir un engagement ferme de la part des leaders provinciaux pour qu’ils mettent sur pied une enquête publique visant à répondre à une longue série de questions.

     Nick Beaton, le mari d’une préposée aux soins continus qui a été tuée alors qu’elle se rendait à son travail, a déclaré lundi qu’une enquête est nécessaire pour se pencher en profondeur sur diverses questions, incluant le mode de communication de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) avec la population lors d’un massacre de masse.

HALIFAX : Dans le cadre de la Semaine de sécurité civile qui débute le dimanche 3 mai, la Division de la gestion des urgences du Service régional d’urgence et de lutte contre les incendies d’Halifax encourage tous les résidents à être « prêt aux urgences ».

     L’année dernière a démontré l’importance de la préparation aux situations d’urgence, avec l’ouragan Dorian en 2019 et la situation actuelle avec la COVID-19.

     La Division de la gestion des urgences se concentre à assurer la sécurité des résidents, de leurs biens et de l’environnement en fournissant une intervention rapide et coordonnée à une situation d’urgence.

CLARE : Un défilé des responsables des premiers secours a eu lieu d’un bout à l’autre de Clare le samedi soir 25 avril. Le défilé, depuis la Rivière-aux-Saumons jusqu’à Saint-Bernard sur la route principale de la municipalité, visait à rendre hommage aux victimes de la tuerie à Portapique la fin de semaine précédente.

     Rappelons qu’un tueur a abattu 22 personnes entre Portapique et Enfield au Nord de la Nouvelle-Écosse dans la nuit du samedi jusqu’au matin du dimanche 19 avril, dont l’agente Heidi Stevenson de la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

CHÉTICAMP : Avec les nombreuses vies qui sont tournées à l’envers à cause de la pandémie du virus COVID-19 et les routines qui ont changé pour tous, les résidants du Foyer Père-Fiset sont en séquestration depuis sept semaines. Cela signifie qu’ils n’ont aucuns visiteurs et qu’ils ne peuvent pas quitter les lieux. Ce n’étaient que les premiers gestes de précaution dans la protection de la vie.

     Mona Poirier, administratrice, et Denise Bourgeois, directrice des Loisirs, ont expliqué récemment à l’animateur Daniel AuCoin de la radio CKJM qu’on a fermé les portes du Foyer le 15 mars. « Nous avons changé l’entrée pour le personnel qui arrive par l’entrée principale du Foyer au lieu de par l’entrée de l’hôpital afin d’éviter le contact entre les deux institutions, a noté Mona Poirier. Nous prenons la température des résidants deux fois par jour et la température des membres du personnel quand ils arrivent au travail. Le personnel infirmier est aussi très vigilant en surveillant pour les symptômes du COVID-19 parmi les résidants. »

(EN) : Lorsque vous décidez d’acheter une voiture, vous pouvez habituellement obtenir un prêt auprès d’un concessionnaire ou d’une institution financière. Dans les deux cas, il est impor tant de comprendre les risques, de comparer les options et de négocier pour obtenir la meilleure offre.

     Les concessionnaires et les prêteurs peuvent proposer de réduire vos versements de prêt afin que vous puissiez rester dans les limites de votre budget. Vous devez savoir que cela signifie également que la durée du prêt est prolongée. Certains concessionnaires vous donneront jusqu’à sept ou huit ans pour payer la voiture. Tout prêt automobile d’une durée supérieure à 60 mois (cinq ans) est considéré comme un prêt à long terme.

HALIFAX : Le gouvernement provincial prolonge l’état d’urgence pendant deux semaines supplémentaires en vertu de la loi sur la gestion des urgences (Emergency Management Act) pour la sécurité et la protection de la santé des gens de la Nouvelle-Écosse.

     La prolongation prend effet à midi le dimanche 3 mai et durera jusqu’à midi le dimanche 17 mai, à moins que le gouvernement n’y mette fin ou la prolonge

ATLANTIQUE : La Société Nationale de l’Acadie (SNA) ajoute sa voix à celle de la Fédération des communautés francophones et acadienne et dénonce la décision de Santé Canada d’éliminer l’exigence d’étiquetage bilingue pour les produits nettoyants importés au pays. Cette décision va à l’encontre de la Loi sur les langues officielles du Canada. C’est une injure à l’endroit des communautés de langues officielles. Cinquante ans après l’adoption de cette loi quasi constitutionnelle, une exception pareille n’est pas acceptable.

     La présidente de la Société Nationale de l’Acadie, Louise Imbeault, appelle la ministre de la Santé, l’honorable Patricia Hajdu, à immédiatement rectifier le tir.

     « C’est justement en temps de crise que la clarté de transmission des informations au public est la plus importante. La pandémie qui sévit actuellement au Canada ne peut pas servir d’excuse au gouvernement du Canada de manquer à ses obligations face à toutes les communautés de langues officielles. Il est déplorable d’en arriver là, surtout que nous sommes en plein processus de modernisation de la Loi sur les langues officielles du Canada. »

OTTAWA : L’équipe de démonstration aérienne de l’Aviation royale canadienne (ARC), les Snowbirds, survolera les différentes villes du pays d’un océan à l’autre dans le contexte d’une tournée pancanadienne. Sept de ses avions CT-114 Tutor voleront en formation « pour saluer les Canadiens qui soutiennent la lutte contre la propagation de la COVID-19 ».

     Nommée Opération Inspiration, cette initiative commencera en fin de semaine en Nouvelle- Écosse et se déroulera durant toute la semaine prochaine en se déplaçant vers l’ouest. Les différents itinéraires seront dévoilés dans les pages de l’équipe dans les réseaux sociaux, soit Facebook, Instagram ou Twitter.

     Les Forces armées canadiennes assurent que les survols se feront à une altitude égale ou supérieure à 500 pieds (152,4 mètres) au-dessus de tout obstacle.

FRANCOPRESSE : Peut-on vivre sans plastique? Qu’en est-il pour une famille de quatre qui aime le camping, qui célèbre Noël et l’Halloween et dont les enfants vont à l’école ou à la garderie? C’est la quête dans laquelle s’est lancée la journaliste Evelyne Charuest avec Ciao plastique!, une série documentaire en trois épisodes qui sera bientôt diffusée sur les ondes d’Ici Explora. Francopresse s’est entretenu avec elle.

     Francopresse : Votre expérience d’essayer de vivre sans plastique s’est étendue sur presque un an. Qu’est-ce qui a été l’élément déclencheur qui vous a donné envie de plonger dans cette aventure?

     Evelyne Charuest : En fait, la série est basée sur trois évènements pour autant d’épisodes : la rentrée scolaire, des vacances en camping et la célébration de l’anniversaire de Nina [âgée de cinq ans].

OTTAWA : Le premier ministre Justin Trudeau a confirmé jeudi que six militaires étaient à bord de l’hélicoptère canadien qui s’est abîmé mercredi en mer Ionienne, au large de la Grèce.

     M. Trudeau a aussi confirmé qu’un corps avait été retrouvé et que les recherches se poursuivaient en mer.

     Un homme de la Nouvelle-Écosse avait affirmé plus tôt jeudi matin que sa fille faisait partie des victimes de l’accident. Shane Cowbrough a publié jeudi matin un message sur Facebook disant que sa fille, Abbigail Cowbrough, avait perdu la vie lorsque l’hélicoptère Cyclone s’est abîmé en mer lors d’un exercice d’entraînement de l’OTAN, mercredi.

POINTE-de-L’ÉGLISE: L’Université Sainte-Anne continue de venir en aide à sa population étudiante par le biais du fonds d’urgence COVID-19 qui a été lancé le 17 avril dernier.

     Un montant de 28 000 $ additionnel a été déboursé cette semaine en plus du 18 000 $ qui avait été déboursé la semaine dernière. L’Université Sainte-Anne a donc déboursé un total de 46 000 $ pour appuyer financièrement 68 de ses étudiantes et étudiants.

     Malheureusement, le fonds d’urgence COVID-19 est maintenant épuisé.

CHÉTICAMP : Durant la pandémie du Coronavirus, quand les nouvelles sont pleines de statistiques inquiétantes et avec les avis de distanciation sociale, il y a une lumière rayonnante dans les gestes de gentillesse que les gens de tous les jours et les entreprises partagent. Un peu d’aide peut aller loin et il y a nombreux exemples des façons que les voisins ont intensifiés pour se soigner mutuellement et pratiquer l’amabilité durant ces temps difficiles. Il y a une réaction en chaîne qui suit dans les communautés.

     Un exemple de ces gestes est le programme de repas à domicile. Les nombreux bénévoles qui réussissent dans ce service essentiel ne sont plus sur la route pour faire des livraisons, mais doivent plutôt être à la maison selon les mesures préventives mises en place par la province.

     Au bonheur de plusieurs gens à Chéticamp et dans la région avoisinante, des repas sont livrés de nouveau aux domiciles dans le besoin. Selon la directrice générale du Conseil des arts de Chéticamp, Joeleen Larade, le Conseil des arts a reçu des fonds à l’automne dernier dans le cadre du programme fédéral des Nouveaux-Horizons pour personnes aînées dans le but d’appuyer des projets visant à améliorer le bien-être et la qualité de vie des personnes âgées. « Il restait des fonds et à cause de la pandémie, selon elle, nous avons été avisés par le gouvernement que ces fonds pourront être utilisés durant cette crise pour aider les aînés dans le besoin. »

Le gouvernement paiera les frais d’exécution d’ordonnance supplémentaires des clients du Régime d’assurance-médicaments pour les renouvellements d’ordonnances qui seraient normalement préparées pour une période plus longue. Par exemple, le gouvernement paiera les frais d’exécution pour le deuxième et le troisième renouvellement d’une ordonnance qui serait normalement préparée pour une période de 90 jours.

     En mars, le Collège des pharmaciens de la Nouvelle-Écosse a recommandé que les pharmaciens délivrent les ordonnances tous les 30 jours même si ces ordonnances seraient normalement préparées pour une période plus longue. Cette mesure a été prise dans le cadre de la pandémie de COVID-19 afin de protéger l’approvisionnement en médicaments. Des mesures semblables ont été prises dans d’autres régions du pays.

(EN) : La plupart d’entre nous sont déjà au courant à propos du système d’alerte qui nous avise en cas d’urgence, comme des alertes Amber, ou liées aux tornades et aux inondations.

     Pour notre sécurité et celle des autres, il faut savoir quelles étapes prendre lorsque nous recevons une alerte. Voici des renseignements qui peuvent vous aider :

HALIFAX : De nouveaux détails émergent sur le chaos qui a entouré la chasse à l’homme de la fin de semaine en Nouvelle-Écosse, alors que la police tentait de capturer un tueur déguisé en policier et que les premiers intervenants essayaient tant bien que mal de venir en aide aux victimes — de plus en plus nombreuses.

     La recherche du suspect s’est déroulée à partir de samedi soir jusqu’à dimanche midi, alors que le bilan passait au fil des heures à 22 morts. On comprend maintenant que le tireur pouvait plus facilement échapper à la police en se déplaçant dans une voiture pratiquement identique à une auto-patrouille de la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

ISLE MADAME/RICHMOND : La pêche au homard dans la zone de pêche 29 se pratique ordinairement du 1er mai au 30 juin. Tous seront d’accord pour dire que le printemps 2020 est loin d’être ordinaire. C’est la pandémie de la coronavirus, la covid-19, qui per turbe les habitudes des pêcheurs d’ici qui n’ont mais eu à faire face à une telle situation. Aucun de ces pêcheurs n’a vécu une pandémie mondiale, étant donné que la dernière remonte à 1918-1920. C’est donc de l’histoire ancienne pour les pêcheurs d’aujourd’hui comme pour le reste du monde.

     Oui, certes, le pêcheur est un aventurier. Au cours des décennies, les pêcheurs au homard de l’Isle Madame et des environs ont été confrontés à bien des situations difficiles et à de nombreux imprévus. On se souviendra qu’un havre était encore pris dans les glaces un 1er mai, de la présence de glaces du large qui venaient déranger et arracher des casiers aux pêcheurs le 10 mai ou plus tard encore, des tempêtes printanièresférocesquibrisaient et repoussaient sur les rives des centaines de casiers, des accidents marins comme celui du pétrolier Arrow survenu en février 1970, des années maigres où la ressource était quasi inexistante et on en passe. Oui, maintes aventures pour le pêcheur.

EN : Pour bon nombre d’entre nous, la protection de l’environnement est une priorité indéniable, et pourtant nous avons parfois l’impression de ne pas être en mesure de faire une différence sur le plan individuel. Toutefois, plusieurs petits gestes que vous posez peuvent avoir impact important.

    Nettoyez une rive. Peu importe où vous vivez au Canada, vous êtes probablement à proximité d’un rivage. Il n’est pas nécessaire que ce soit la rive d’un océan; les lacs, les rivières et d’autres plans d’eau se déversent dans l’océan et ils ne doivent pas être pollués non plus. Organisez un nettoyage de rive communautaire ou allez-y avec vos enfants dans le cadre d’une activité amusante de fin de semaine.

     Remplissez le questionnaire du recensement. Les services d’infrastructure et de transport sontaupremierplandesémissions mondiales de carbone. Votre participation au recensement est donc importante pour permettre au gouvernement de recueillir des données sur la densité des populations et sur les moyens de transport que les gens utilisent pour se rendre au travail. Ces renseignements peuvent servir à promouvoir des projets de construction écologique et à favoriser le transport en commun lorsque nécessaire.

     Oubliez l’imprimante. Un ensemble de petits gestes peut définitivement faire une différence, et un objectif facile que nous pouvons tous atteindre consiste à limiter l’usage du papier. Utilisez une application sur votre téléphone intelligent pour prendre des notes ou pour gérer votre horaire, et employez votre tablette ou votre ordinateur portatif pour consulter les manuels et lire les documents. De nos jours, la plupart des salles de cinéma et de spectacles acceptent les billets numériques; il n’est donc plus nécessaire de les imprimer.

     Éteignez vos appareils à la maison. Au fil du temps, cette habitude peut avoir une incidence importante sur votre consommation d’énergie et votre empreinte carbone. Assurez- vous d’éteindre le téléviseur, les lumières et tous les appareils électroniques que vous n’utilisez pas. De plus, une fois que votre appareil est complètement chargé, débranchez-le de son chargeur, car il continuera à consommer de l’électricité tant qu’il est branché.

     Pour en savoir davantage au sujet du recensement, consultez le recensement.gc.ca

HALIFAX : Les travailleurs de première ligne dans tous les établissements de soins de longue durée, les établissements de soins pour bénéficiaires internes et les organismes de soins à domicile, publics et privés,devrontmaintenantporter des masques pour contribuer à réduire la propagation de la COVID-19. La distribution de masques à ces travailleurs a débuté au cours de la fin de semaine.

     À compter du mardi 14 avril, des masques seront distribués à tous les travailleurs de première ligne dans les établissements de soins pour bénéficiaires internes et les établissements de soins continus, ainsi qu’aux fournisseurs de soins à domicile.

En ces temps d’incertitude, beaucoup sont isolés chez eux et sans doute préoccupés par leur famille, leurs proches et leur communauté. Ces dernières semaines, nous entendons de plus en plus parler de la COVID-19 (maladie à coronavirus) qui a certainement atteint un degré de gravité tel qu’on ne peut plus l’ignorer ni en rire. La maladie est bien réelle, elle touche la planète tout entière, et des précautions telles que le lavage des mains, la distanciation sociale, l’isolement et l’interdiction des voyages non essentiels sont des armes essentielles pour endiguer la propagation du virus.

     Tout ceci me rappelle quelque chose que les anciens avaient l’habitude d’évoquer, soit l’année de la grande grippe. C’était la pandémie de grippe de 1918, mieux connue sous le nom de grippe espagnole qui avait sévi à une époque où il n’y avait ni vaccin, ni remède. Oui, il y a cent ans, la Nouvelle-Écosse vivait aussi un drame. Les autorités de la santé de Halifax et de Dartmouth avaient pris des mesures pour empêcher la grippe de se propager. Ainsi tous les lieux de rassemblement publics, y compris les églises, les théâtres, les écoles et les restaurants, devaient réduire leurs heures d’ouverture ou fermer complètement leurs portes. Les gens étaient encouragés à rester chez eux et à éviter tout contact avec leurs voisins. Le public était informé sur la manière d’éviter la grippe en fuyant les rassemblements, en se protégeant le nez et la bouche en présence d’éternuements et, surtout, on les enjoignait de ne pas avoir peur! Tout comme aujourd’hui, la province, à l’instar d’une grande partie du reste du monde, était aux prises avec un virus agressif qui se propageait. Lorsqu’une épidémie sévit dans une grande région, d’un continent à l’autre, ou dans le monde entier, on parle de pandémie.

Depuis des siècles, les philosophes débattent de la question à savoir « Qui est venu en premier, la poule ou l'œuf? » Ou d’une question encore plus importante : « Pourquoi le poulet a-t-il traversé la rue? » Honnêtement, qui s'en soucie? Ce qui nous intéresse, c'est d'obtenir les œufs les plus frais possible. Le secret pour obtenir des œufs d’une fraîcheur sans pareille, c’est... vous l'avez deviné, procurez-vous vos propres poules.

     L'élevage de poules est un passe-temps amusant et enrichissant. Mais pour garder des poules en bonne santé et heureuses, il faut se renseigner un peu. 

     Il existe plusieurs types de poules. Mais celles sur lesquelles nous allons nous concentrer sont les poules pondeuses.

     Décidez d'abord si vous voulez élever des poulets de race standard ou de taille bantam. Les poules de race standard vous donneront des œufs de la taille que vous voyez habituellement à l'épicerie. Elles sont plus grandes que les poules bantam, ce qui signifie des œufs plus gros, mais aussi une facture plus élevée pour les nourrir et beaucoup plus de fumier à nettoyer. Les bantams sont plus petites, ce qui signifie que vous aurez des œufs plus petits mais aussi une facture moins importante pour les nourrir. Les bantams sont plus aptes à couver. La couvaison signifie que la poule décide de s'asseoir sur ses œufs et de les faire éclore. Et quand une poule couve, cela implique qu'elle arrête de pondre jusqu'à ce que les poussins soient éclos, ce qui est une mauvaise nouvelle pour vous. Les bantams sont également reconnues pour être un peu agitées. 

Pour de nombreuses personnes de notre comté, vivre en ces temps d’isolement ou de distanciation sociale est un tout un changement de style de vie, un défi et c’est carrément ennuyant! Certains des musiciens de notre village de Chéticamp ont décidé d’égayer la vie des gens en se produisant en direct de leur domicile et en diffusant sur les médias sociaux. Des milliers d’auditeurs d’ici et d’ailleurs ont écouté ces diffusions qui ont permis d’alléger un peu cette période difficile. De pouvoir entendre des artistes de ce calibre sans quitter le confort de son propre foyer, c’était un véritable régal!

     La semaine dernière, l’annulation des festivités de la Mi-Carême 2020 en raison, bien sûr, de la menace du virus a certainement déçu de nombreux résidents de la région acadienne qui attendaient avec impatience ces festivités annuelles.