Le Consulat général de France dans les provinces de l’Atlantique sera maintenu

ATLANTIQUE : La Société Nationale de l’Acadie (SNA) a reçu confirmation que la présence du Consulat général de France dans les provinces de l’Atlantique sera maintenue. La décision de fermer en 2022 a été annulée, au grand bonheur des Acadiens, Acadiennes et francophones de l’Atlantique.

     Louise Imbeault, présidente de la SNA, applaudit la décision du Gouvernement de la France et salue l’engagement collectif qui a permis cet heureux dénouement.

     « Avec cette décision, la France vient confirmer l’attachement et la valeur qu’elle accorde aux relations qu’elle entretient avec le peuple acadien. Nous nous réjouissons du maintien du Consulat et réitérons notre attachement profond à cette amitié et collaboration fructueuses. Les relations entre la France et l’Acadie sont là pour durer et s’intensifier!»

     Lorsque la nouvelle de la fermeture possible du Consulat en 2022 s’est ébruitée au début octobre, plusieurs voix, d’intervenants de multiples sphères de la société acadienne et française, se sont élevées pour plaider en faveur de son maintien, vantant ses accomplissements et ses nombreux mérites.

     Nous tenons à remercier tous ceux et celles qui ont pris leur plume pour défendre le Consulat, dont, entre autres, l’auteur et dramaturge Antonine Maillet, le sénateur René Cormier, le sénateur Percy Mockler, le ministre Robert Gauvin pour son rôle joué auprès des autorités françaises avec l’appui du premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, la présidente du Conseil économique du Nouveau-Brunswick, Marie Chamberland, le recteur et vice-chancelier par intérim de l’Université de Moncton, Jacques Paul Couturier, le recteur et vice-chancelier de l’Université Sainte-Anne, Allister Surette, le président du Collège de l’Île, Donald DesRoches, le président-directeur général du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick, Pierre Zundel, le président de l’Association des enseignantes et enseignants francophones du Nouveau-Brunswick, Gérald Arseneault, la présidente de Belle Île Acadie, Maryvonne Le Gac, ainsi que les présidents et présidentes des organismes porte-parole de l’Acadie membres de la Société Nationale de l’Acadie: le président de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse, Norbert LeBlanc, la présidente de la Fédération des francophones de Terre-Neuve et du Labrador, Sophie Thibodeau, la présidente de la Société acadienne et francophone de l’Île-du-Prince-Édouard, Colleen Soltermann et le président de la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick, Robert Melanson.

     « Cet engagement collectif a pu démontrer à la France et à son gouvernement que nous tenons à cette collaboration qui nous unit. Sa présence en Acadie est plus que voulue : elle est nécessaire, pour que puissent continuer de fleurir de nombreux projets communs, au bénéfice de nos deux peuples, » a déclaré la présidente de la SNA.

     En plus de nos relations sur le plan social, éducatif et culturel, les collaborations avec la France doivent maintenant prendre un essor résolument économique en partenariat avec le monde des affaires.